AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: TatranPartagez | 
 

 Toute science vient de Dieu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Théophage


avatar

Couleur de magie : Ardoise
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Plutôt faible



MessageSujet: Toute science vient de Dieu.   Lun 21 Oct 2013 - 16:23







           Le soir se faisait sentir au royaume de Tatran, sans nul doute autant que partout ailleurs sur Autremonde et, comme à l'accoutumée, Hyacinthe ne s'éveilla que très tard. La petite jouvencelle avait veillé jusqu'à l'aube et peinait encore à s'en remettre. Tatran était un pays magnifique et, elle voulait bien l'avouer, très vivant, mais résider ici requerrait - lui sembla-t-elle - beaucoup d'énergie dont elle ne disposait pas, à son plus grand désespoir. Aussi passait-elle ses journées à roupiller et ses nuits à partager l'allégresse de la vie avec des compagnons de beuveries parfois assez inattendus. Autant dire que les réveils n'étaient pas particulièrement plaisants et ce jour-là ne fit pas exception. A peine eut-elle posé ses petits pieds sur le sol qu'elle se sentait prise d'une terrible migraine. Seigneur, pourquoi fallait-il qu'elle ait bu autant ? La pauvre ne sentait même plus ses orteils. Elle tenta de se lever, dans un élan de bravoure -ou d'inconscience-, mais fut vite ramenée à la terre ferme; sa gueule de bois n'était pas prête de se dissiper et elle se retrouvait le nez ensanglanté par une malencontreuse chute sur le parquet ciré de la chambre. Un soupir lourd de sens s'échappa de ses lèvres. La lutine devrait être habituée, à force. Elle se demandait même pourquoi elle n'avait pas le nez cassé, pour le nombre de fois où elle se mangeait violemment le par terre...
           Il lui fallut bien une dizaine de minutes pour parvenir à retrouver ses sens et à se tenir debout sans s'écrouler aussi vite. Quand cet exploit fut enfin accompli, elle demeura un instant sans bouger. Il manquait quelque chose. Définitivement. Il y avait quelque chose dans ce réveil qui la perturbait. Il y avait quelque chose dans cette pièce qui la troublait. Elle aperçut subitement un Nibelung paresseux étalé sur une table plus loin et elle réalisa l'erreur.
           ...Quand avait-elle loué une chambre ? Paniquée, elle se précipita vers les étagères, fouilla les armoires, souleva les moindres meubles de la petite pièce; ses affaires n'étaient nulles part. Elle déglutit avec peine. Sa tente, bon dieu ! Sa tente, ses livres, sa lanterne, ses vivres ! Elle sentit le lien de Nibelung se préciser dans sa tête alors qu'il revenait doucement à la réalité, mais il ne semblait pas en savoir davantage. La pauvre petite se hâta d'évacuer la chambre, embarquant son familier un peu trop secouée à son goût dans ses bras, et sortit en trombe, cherchant désespérément ses affaires au loin. Si elle se rappelait seulement où elle s'était installée la veille, diable ! Mais non, Hyacinthe avait voulu profiter, Hyacinthe avait un peu trop bu, Hyacinthe se retrouvait paumée ! Elle entendit Nibelung pester dans son esprit. Les poissons-clown volants avaient la vie dure avec cette gosse-là. Plus moyen de flemmarder en paix, maintenant, il croyait rêver.
*          *          *
*          *
           La nuit était finalement tombée, et avec elle une ambiance joviale et bon-vivant s'était installée sur la petite place du village. Hyacinthe s'était posée là, impassible au milieu de son matériel de peinture qu'elle avait retrouvé par simple miracle, et s'amusait à dessiner les passants les plus incongrus. La musique des Tatzboums sonnait dans ses oreilles comme une chanson de fête et elle ne pouvait se lasser de contempler la populace qui peuplait les lieux; beaucoup dansaient, riaient aux éclats, d'autre chantaient gaiement de longs discours connus. C'était une de ces nuits à Tatran où les étrangers se mêlaient au peuple pour partager un peu de bon temps, et la petite lutine ne pouvait qu'en être ravie. Elle voyait occasionnellement des passants s'arrêter sur son travail et s'extasier devant tant de couleur; elle en était d'autant plus enchantée lorsqu'ils amenaient à boire avec eux. Tant qu'on ne lui adressait pas la parole, Hyacinthe était comblée. Enfin, plus la nuit défilait sous ses yeux, plus elle se détendait - sûrement en partie à cause de l'alcool, ma foi, mais mieux valait ne pas le lui faire remarquer. Elle finit bien vite par s'ennuyer et s'empressa de remballer ses affaires et de s'en aller danser et chanter, choppe de bière à la main, au milieu des parfaits inconnus qui peuplaient la place du village. Le petit groupe faisait un boucan incroyable et il ne fut pas surprenant qu'on les entendît à l'autre bout du village. Autant dire qu'avec tout ce remue-ménage, Hyacinthe avait complètement oublié de retrouver sa tente.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gra & Ham Ducks

Me gusta
avatar

Age du personnage : 39

Familier : //
Couleur de magie : Jaune
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Faible


Métier : Scientifique
Résidence : Tatran
Dans le sac : Rien dans le sac, tout dans le laboratoire. 8)

Affinités : Ace & Jeff > Retournez à la maison, on veut revoir Kaloo !

MessageSujet: Re: Toute science vient de Dieu.   Mer 23 Oct 2013 - 21:23

Ah, la nuit. Quoi de mieux que ce moment pour observer tous ces milliards d'étoiles fascinantes de l'univers ? Nous avons toujours aimé l'astronomie, c'est pourquoi nous postons quelquefois notre téléscope sur le balcon et étudions toutes les merveilles du ciel nocturne. Nous apprenons beaucoup de choses très intéressantes ainsi. Et ça nous inspire de nouvelles expériences. Vous devriez essayer, au lieu de roupiller comme des marmottes ivres dès que le soleil se couche.

Enfin, l'astronomie, c'est bien. Sauf quand des jeunes idiots et sans intérêt se mettent à gueuler juste à côté. Mais qu'avons-nous fait au Dieu Canard pour mériter autant de malheurs ? Pourquoi faut-il que dès que nous avons besoin de concentration il y ait toujours des cons pour vous déranger ? Comment voulez-vous que l'on travaille dans ces conditions ? Ah, ces jeunes de nos jours. Faites des gosses, qu'ils disaient. Au final, moins les gens naissent et mieux le monde se porte. Sans ces bandes de chèvres dans les rues, tout irait bien mieux.

Comme nous avons deux mains pour quatre oreilles, il nous est absolument impossible de tout boucher. Nous devons donc aller chercher des bouchons dans la pièce d'à côté. Franchement, vous voyez tous les efforts que vous nous faites faire par votre faute, les mômes ? Toute cette énergie que nous dépensons à marcher d'une salle à l'autre aurait pu être utilisée pour quelque chose de bien plus important. Enfin, nous pouvons nous remettre à travailler, c'est le principal.

Au bout d'un certain temps, nous nous rendons compte que les cris sont tellement bruyants que même à travers nos bouchons d'oreille nous les entendons. Ah non, là ça suffit, c'en est trop. Si on ne peut même plus être tranquille dans sa propre maison, où va le monde ? Exaspéré, je frappe un grand coup sur la table, tandis que je me mets à marmonner. Ils vont m'entendre, ces sales gosses. Et ils vont aussi peut-être même m'entendre moi. Ça ne peut plus durer.

Nous quittons notre très cher laboratoire et sortons de la maison d'un pas rapide. Nous marchons un peu dans les rues, à la recherche de la source du bruit, puis nous tombons sur les responsables de tout ce grabuge. Un groupe de cinq personnes qui fait autant de bruit qu'un troupeau d'éléphants en colère. Ils crient et chantent n'importe comment, une chope de bière à la main. Non mais, je vous jure. Plus aucun respect.

Nous arrivons juste devant eux et les fusillons d'un regard noir. Ils ont l'air complètement bourrés. Je n'aime pas les gens bourrés. Moi non plus. Même s'ils ne sont généralement pas très malins en temps normal, lorsqu'ils sont ivres on ne peut même plus leur chercher une once de raison. Et alors pour parler à des gens aussi intelligent qu'une huitre, bonjour. Habituellement, nous nous arrangeons pour ne pas leur parler du tout. Mais cette fois-ci, nous n'avons pas beaucoup d'autres solutions.

- S'il vous plait.
- Si vous pouviez vous taire un peu, nous vous en serions reconnaissants.
- Nous avons besoin de calme.
- Avec tous vos cris, on ne parvient pas à nous concentrer.

Maintenant, ils devraient comprendre. Nous l'avons demandé si gentiment qu'ils ne peuvent pas refuser. Même si à première vue ils ont tous l'air d'une bande d'ignobles mal élevés, ils ne vont pas oser tenir tête à un scientifique aussi respectable que moi et moi-même. N'est-ce pas ?



Nobody's perfect. My name is Nobody.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3988-gra-ham-ducks#66903 http://tara-duncan.actifforum.com/t3927-gra-ham-ou-le-hamster-trop-sexy-bim#66251
Théophage


avatar

Couleur de magie : Ardoise
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Plutôt faible



MessageSujet: Re: Toute science vient de Dieu.   Dim 27 Oct 2013 - 2:25


          Dans un premier temps, Hyacinthe avait pensé qu'ils étaient sympathiques. La fête aurait pu continuer, aller de bon train et ne plus s'arrêter avant très tôt au petit matin. Ils auraient pu s'enivrer comme des trous, rire aux éclats, déranger le voisinage, réveiller tous les piafs du coin et se faire engueuler par les habitants du village. Ils auraient pu faire des concours de lancer d’œufs sur les portes, ils auraient pu traverser le village en chantant à tue-tête de vieilles chansons paillardes, ils auraient pu s'endormir à même le sol au milieu d'un champs en se racontant les pires conneries à la belle étoile. Et Hyacinthe se serait retrouvée perdue au milieu de ces gens là, se serait allongée dans l'herbe avec eux et se serait laissée entraînée pour la simple raison qu'elle s'ennuyait ce soir. Le problème étant qu'elle avait finit par se rendre compte que leur compagnie ne s'avérait pas si agréable qu'elle l'espérait. Soyons honnêtes, suivre un groupe d'inconnu bière à la main, ce n'était pas forcément la meilleure idée qu'elle ait jamais eue, et l'ennui n'excusait rien.
          Mais par chance tout ça n'allait pas arriver parce qu'un Tatris avait décidé qu'ils faisaient trop de bruit. Face à lui, la lutine était mitigée entre l'ignorer par pur esprit de contradiction ou laisser revenir le naturel et s'excuser platement pour le dérangement. Mais l'occasion était trop bonne pour s'extirper de là et, de toute manière, un simple regard vers ses compagnons et elle avait compris qu'ils étaient tous complètement ivres et qu'elle n'en tirerait rien. Elle retint un soupir lourd de sens. Ils n'étaient vraiment pas fichus de se tenir droit, hein. Ils étaient au bord du coma éthylique, ces malheureux. Il y en avait trois qui bavaient et deux autres qui souriaient comme des abrutis de première. Elle qui voulait simplement s'occuper, elle qui voulait simplement se plonger l'espace d'une soirée dans les méandres de la vie sociale, elle se retrouvait à jouer la nounou avec un groupe d'inconnus parfaitement bourrés. On avait rêvé mieux comme plan. Lorsqu'elle se retourna vers le Tatris, elle songea un instant que, de toute évidence, toute compagnie serait bien mieux que ceux-là. Elle se demanda même pourquoi elle avait rangé ses affaires, pourquoi elle les avait suivi, et pourquoi elle n'était pas sagement restée dans son coin à se contenter des quelques bières qu'on daignait lui proposer. Avoir pensé ne serait-ce qu'un court instant qu'elle était capable de se fondre dans la masse, de rejoindre le bas-peuple pour profiter juste une soirée de sa piètre vie, lui sembla alors une idée tout ce qu'il y avait de plus saugrenue. Nibelung, semblant approuver en silence, vint se nicher dans son col, comme pour signaler à la petite qu'il n'était pas d'humeur à faire la fête. Cette fois-ci, elle soupira.
          Ramenée à la réalité, son regard sombre s'éleva vers le nouveau venu avec une attention toute particulière. Un Tatris. à Tatran. Jusque là, tout allait bien. En réalité, la lutine cherchait désespérément une excuse pour faire faux-bon à ses camarades. Non pas qu'elle les méprisa, là, maintenant, à cet instant précis, mais... Voyons, elle était la seule encore un minimum sobre dans ce petit groupe et tout d'un coup, elle se sentait bien moins intégrée à la populace qu'elle ne pensait l'être. Face à de tels ressentis, ce gentils monsieur qui venait de faire irruption dans son champ de vision semblait tout ce qu'il y avait de plus sympathique.

          Elle avisa la petite bouteille de bière dans sa main, prit une grande respiration et se lança. Maintenant qu'elle réalisait à quel point ses "camarades" étaient déjà bien entamés - autant dire qu'elle ne s'en était pas vraiment rendue compte dans son élan de désespoir qui la poussait à chercher à tout prix des gens avec qui discuter -, elle se sentait un peu à l'écart. Tout sauf passer une soirée entière avec des hommes ivres comme des trous. Elle s'écarta prudemment du petit groupe pour s'avancer vers le Tatris et -pas encore assez ivre pour se montrer vulgaire- s'inclina légèrement, toute confuse. « M-mes excuses, messire. » s'aplatit la lutine, la voix abîmée par l'alcool. « Et aux noms de mes camarades, je... Nous n'avions pas dans l'intention de vous importuner. » Malgré elle, sa voix tremblait. Pour être tout à fait honnête, elle ne se sentait pas très à l'aise du tout. Prendre la parole devant des enfants n'était pas la même chose que face à des adultes plus âgés et surtout plus grands qu'elle. Et pour couronner le tout - soyons francs -, Hyacinthe se sentait assez honteuse d'être mêlée à ce genre de remontrances. Les messieurs mesdames derrière elle s'apprêtaient à protester quand elle leur intima le silence d'un geste suppliant. Mieux valait ne pas aggraver leur cas. Enfin, elle se retourna une dernière fois, toujours aussi confuse. « J-je puis vous offrir quelque chose en guise d'amende honorable, peut-être, messire... ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gra & Ham Ducks

Me gusta
avatar

Age du personnage : 39

Familier : //
Couleur de magie : Jaune
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Faible


Métier : Scientifique
Résidence : Tatran
Dans le sac : Rien dans le sac, tout dans le laboratoire. 8)

Affinités : Ace & Jeff > Retournez à la maison, on veut revoir Kaloo !

MessageSujet: Re: Toute science vient de Dieu.   Lun 28 Oct 2013 - 19:58

Non mais, vraiment, regardez-moi ces têtes. Il ne faut vraiment pas être malin pour vouloir se rendre bourré. Quelle utilité ? Au final, il ne font que devenir plus moches et plus bêtes qu'ils ne le sont déjà. Rien que de les voir baver comme des chiens... C'est répugnant. Nous, nous n'avons jamais été bourré, et nous vivons bien mieux ainsi. Comment voulez-vous réfléchir lorsque vous avez de l'alcool dans le sang ? Impossible. Les gens qui boivent sont tous bêtes.

Une des leurs s'avance vers nous. Fort heureusement, elle a l'air plus normale que les autres. Elle s'incline et s'excuse en bégayant. Ah ! Enfin un peu de politesse dans ce bas monde ! Vous voyez, bande d'ingrats, vous devriez prendre un peu exemple ! Elle tremble un peu, cependant. Nous devons l'intimider. En effet, qui n'est pas intimidé par nous, le plus grand scientifique de l'univers ? Quoiqu'il en soit, après une petite pause, la fille reprend la parole et propose de nous offrir quelque chose pour se faire pardonner. Oh, bien, bien.

Normalement, nous aurions refusé : nous avons autre chose à faire que de prendre un verre avec une personne inconnue, et l'astronomie n'attend pas. Mais que voulez-vous, c'était si gentiment demandé, et la politesse est si rare de nos jours ! Les gens ont tendance à devenir de plus en plus bêtes au fil des générations, et les jeunes de maintenant ont généralement un Q.I. très proche de celui d'un moineau. Leurs paroles ne sont toujours qu'insolence et ingratitude envers leurs aînés. Alors, comprenez-nous, lorsque nous nous retrouvons face à quelqu'un qui connait les bonnes manières, nous ne pouvons tout simplement pas l'ignorer.

- Eh bien, dans ce cas, pourquoi pas ?
- Cependant, je ne crois pas que vos... amis soient de très bonne compagnie.
- Mieux vaudrait qu'ils rentrent chez eux.
- Mais qu'ils arrêtent de faire autant de bruit.

* * *

Quelque minutes plus tard, nous sommes assis à une table dans le café le plus proche et commendons des boissons. A vrai dire, nous n'aimons pas trop ces endroits, que nous n'avons pas l'habitude de fréquenter. Trop de monde, trop de bavardages, trop de pertes de temps. Nous n'aurions peut-être pas dû accepter, finalement. Dire que notre laboratoire nous attend, chez nous...

- Qu'est-ce qu'on fout là, Ham ?

De toute façon, nous sommes un Tatris trop bien élevé pour partir de là maintenant. Que deviendra notre réputation si nous agissons comme ces adolescents fous qui trouvent drôle de fuir comme des voleurs ? Tandis que les verres arrivaient, nous décidons d'engager la conversation avec la jeune fille.

- Et bien, damoiselle, que faîtes-vous dans la vie ?
- A part traîner avec des personnes soûles en pleine nuit, bien entendu ?
- Aimez-vous les sciences ?
- Oui, saviez-vous que les sciences regorgent de mille et une merveilles ?

Nous hésitions à lui parler du Dieu Canard (sait-on jamais), mais peut-être vaut-il mieux ne pas poser trop de questions à la fois. Plus tard, sans doute.



Nobody's perfect. My name is Nobody.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3988-gra-ham-ducks#66903 http://tara-duncan.actifforum.com/t3927-gra-ham-ou-le-hamster-trop-sexy-bim#66251
Théophage


avatar

Couleur de magie : Ardoise
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Plutôt faible



MessageSujet: Re: Toute science vient de Dieu.   Mar 29 Oct 2013 - 3:33


          La petite lutine rousse commençait à se demander si une telle proposition était la meilleure idée qu'elle ait eu ce soir. Était-ce bien correct ? Était-ce bien décent ? Elle se gifla mentalement. Ce n'était pas le moment de se préoccuper des limites de la bienséance, elle venait d'échapper à un groupe d'ivrognes. Elle devrait plutôt remercier le ciel de lui avoir offert un échappatoire. Maintenant qu'elle en était loin, Hyacinthe réalisait à quel point l'idée même de se joindre à ce genre d'individu était parfaitement stupide. Pour être même vraiment honnête, si ça n'avait tenu qu'à elle, elle se serait presque étalée par terre en signe de reconnaissance face à la créature qui les avait interrompus. Lui payer à boire était bien peu de chose à son goût, mais dans l'absence d'autre possibilité, elle s'en contenta platement.
          Elle attrapa sa cuillère sans grand enthousiasme et commença à la tourner machinalement dans le contenu de sa tasse. Malgré sa volonté inébranlable de montrer sa reconnaissance envers ce sympathique tatris, elle devait avouer que la situation l'embarrassait considérablement. Elle n'avait jamais été douée pour faire la conversation. Outre raconter sa vie - sujet de conversation qu'elle considérait comme Ô combien trivial et inintéressant -, elle voyait mal ce qu'elle pouvait bien dire pour meubler le silence. Par chance, ce fut lui qui entama la discussion en posant quelques questions. Enfin quelques... quatre à la fois, Hyacinthe n'était vraiment pas habituée à converser avec un tatris. Ça représentait bien le double d'effort à fournir pour maintenir la conversation. « Pour être tout à fait honnête, je ne suis guère sûre que cela puisse vraiment vous intéresser, je... » sa voix se perdit tandis qu'elle cherchait ses mots, en vain. Que dire de sa vie ? Qu'elle était une artiste ? Elle trouvait ce terme particulièrement pompeux. « Je peins, je pense qu'on peut exprimer les choses ainsi. Je profite des grandes affluences nocturnes pour vendre mon art... » Elle hésita un moment. était-il nécessaire de préciser que c'était pour cette raison qu'elle s'était trouvée parmi le bas-peuple ? La pauvre lutine avait peine à dissimuler son embarras. Elle ne voulait pas passer pour celle qui cherchait absolument à s'excuser d'un malentendu. Finalement, elle ne dit rien et se contenta de relever ses pupilles noires vers son interlocuteur. Jusque là, elle n'avait pas pris la peine de le détailler. Était-ce vraiment nécessaire ? Oui, ça l'était. Comme détailler cette pièce, cet environnement. C'était le permanent besoin de capturer une image de la réalité dans son vaste esprit pour le coucher plus tard sur papier. Il lui fallu un certain temps pour comprendre qu'elle recommençait à partir dans des contrées imaginaires plus lointaines encore. Évitons cela, ça valait mieux. « Je pourrais vous citer Einstein, Heisenberg ou même Rutherford, ... » Ils avaient de sombres yeux noisette et le teint assez pâle de ceux qui ne sortent que très peu, mais ainsi plongé dans la lumière tamisée du café, le portrait qui se dressait devant elle dégageait presque quelque chose de chaleureux. « ... mais je doute fort que cela suffise à faire de moi une grande scientifique. » Un sourire crispé se dessina sur ses lèvres. Hyacinthe éloigna bien à contrecœur son regard du tableau qu'elle venait de bâtir pour replonger son âme dans sa tasse de café. Quand elle y repensait, elle se souvenait avoir longtemps regretté de ne pas être capable d'assimiler à elle seule le savoir universel. Mais elle avait fini par se rendre compte que posséder une telle chose serait bien triste. Plus rien à apprendre, plus rien à découvrir; elle pourrait à peine le supporter. « V-vous êtes des scientifiques, je suppose... ? » Question bateau, question stupide; la pauvre jeune femme n'osait même plus lever les yeux vers son interlocuteur de peur de replonger dans les méandres de l'imaginaire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gra & Ham Ducks

Me gusta
avatar

Age du personnage : 39

Familier : //
Couleur de magie : Jaune
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Faible


Métier : Scientifique
Résidence : Tatran
Dans le sac : Rien dans le sac, tout dans le laboratoire. 8)

Affinités : Ace & Jeff > Retournez à la maison, on veut revoir Kaloo !

MessageSujet: Re: Toute science vient de Dieu.   Lun 11 Nov 2013 - 0:34

Elle peint. Elle vit de ses peintures. Eh bien. J'imagine qu'on ne peut pas toujours être parfait. J'y arrive très bien, pourtant, moi. Nous, pardon. Enfin, elle est tout de même loin d'être la pire personne que nous avons rencontrée. Elle n'a pas que des défauts, au moins. Elle est polie, courtoise et nous paie à boire. Bien sûr, elle ne pratique pas un métier très honorable, et ses fréquentations semblent plutôt douteuses, mais allons, il faut savoir être tolérant.

Elle affirme ensuite connaître quelques noms de grands scientifiques. Ah, il semblerait donc qu'elle ait au moins un peu de culture. La plupart des jeunes de nos jours ont tellement peu de cervelle qu'ils seraient incapables de nous en citer ne serait-ce qu'un seul. Bien entendu, ça ne fait pas d'elle une scientifique digne de ce nom, et c'est fort dommage qu'elle n'en sache pas plus sur ce merveilleux domaine qu'est la science, mais disons que c'est déjà ça.

- Et bien, si nous pouvons vous donner un conseil...
- Vous devriez étudier les sciences. Il existe de très bons livres à ce sujet.
- Au moins les bases, je vous assure que c'est divinement intéressant.
- Et ce serait bien dommage que vous restiez à cet état d'ignorance jusqu'au bout.

Elle nous demande aussi si nous sommes des scientifiques. Ah. Nous redressons légèrement le menton, fiers. C'est incroyablement satisfaisant d'être reconnus comme tel, à notre très juste titre. Bien sûr, c'était évident. Des personnes aussi distinguées que nous ne peuvent qu'exercer une profession noble et inscrite dans la science. Nous reposons nos deux tasses sur leurs soucoupes respectives puis répondons :

- En effet.
- De très grands scientifiques, d'ailleurs, si je puis me permettre.
- Vous avez sans doute dû entendre parler de notre plus grande invention ?
- Il s'agit de canards mutants, aussi appelés les superducks.
- Inventés de nos propres mains.
- Vous voyez comme la science peut mener à de belles et grandes avancées !

Nous reprenons nos tasses et finissons les dernières gouttes. Nous allions enchaîner avec un autre sujet lorsque le cancanement d'un canard retentit dans notre poche. Zut, nous ne nous souvenons pourtant pas avoir embarqué un canard avec nous en sortant. Peut-être y était-il tombé involontairement ? Pauvre canard. Nous fouillons dans notre poche à la recherche de la source du bruit et effleurons un objet en métal. Oh ! Mais bien sûr ! Notre bipeur !

Nous écarquillons tous les deux nos yeux et nous relevons de notre chaise d'un bond, tandis que l'alarme continue de sonner.

- Sacrebleu !
- Saperlipopette !
- Ham, l'alarme !
- Quelqu'un s'est introduit dans notre laboratoire !
- Horreur !
- Je t'avais bien dit que l'on n'aurait pas dû sortir !

Nous sortons notre bipeur de la poche et l'éteignons. Nous ne devons pas céder à la panique. Nous sommes des scientifiques, nom de Dieu Canard ! Nous devons raisonner comme tel. Nous relevons les yeux vers la jeune fille et lui crions :

- Quelqu'un nous cambriole !
- Notre laboratoire est en danger !
- Vite !

Nous saisissons notre veste, l'enfilons rapidement et courons jusqu'à la sortie du café. Rappelons-nous, il ne faut surtout pas céder à la panique.



Nobody's perfect. My name is Nobody.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3988-gra-ham-ducks#66903 http://tara-duncan.actifforum.com/t3927-gra-ham-ou-le-hamster-trop-sexy-bim#66251
Théophage


avatar

Couleur de magie : Ardoise
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Plutôt faible



MessageSujet: Re: Toute science vient de Dieu.   Jeu 16 Juil 2015 - 4:49


          Concrètement, la suite lui parut un peu plus confuse et pressée. Il y eut des cancanements, un moment d'affolements de la part de ses interlocuteurs, et ils partirent en emportant leur veste, sans faire vraiment attention à la lutine qui mit un certain temps à réagir. Un laboratoire ? Cambriolé? Allons bon. Elle n'était pas franchement sûre d'être la plus utile dans ces conditions, mais elle ne pouvait décemment pas rester là comme ça. Alors, aussi vite qu'elle pu, elle laissa sur la table un peu de monnaie - plus qu'il n'en fallait, mais elle n'avait pas le temps de compter - et parti à la suite de l'étrange tatris. À l'extérieur, dans sa course, les décors défilaient et elle peinait à s'orienter dans ce vaste village. Elle suivait certes les scientifiques, mais sans vraiment comprendre où ils se dirigeaient. Lorsqu'ils arrivèrent enfin, elle n'était pas sûre et certaine qu'ils fussent au courant de sa présence, et pour être tout à fait honnête, elle ne se voyait pas rentrer comme ça. Cet endroit, plongé dans la nuit ambiante, dégageait une atmosphère étrange; et elle n'arrivait pas à en déterminer la cause, mais elle ne se sentait pas très à l'aise par ici. Elle entendit de grands fracas, des cris de canards effrayés et vit des plumes voler à travers des fenêtres. Mais qu'est-ce qu'il se trafiquait ici ? Soudainement, le tatris lui évoquait Mary Shelley et son frankenstein; elle s'imaginait les scientifiques, gants en latex et sourires diaboliques sur les lèvres, guettant patiemment la foudre pour réveiller un cadavre de canard géant aux pattes et au bec bioniques. Hyacinthe secoua la tête. Non, non, rien de tout cela, voyons. À quoi pensait-elle ? La lutine, ainsi restée bouche béante à la porte de la curieuse demeure, essaya de se remettre les idées en place. Peut-être l'alcool faisait-il encore effet, mais son inconscient persistait à se plonger dans ces idées poétiques de la science et des expériences effroyables que menaient ces inventeurs de la littérature; et par association d'idée, elle éprouva subitement une profonde envie d'en apprendre davantage sur l'étrange personnage qu'elle avait rencontré ce soir. Ce fameux laboratoire lui semblait brusquement être la source de tant de mystères qui provoquèrent chez elle un appétit dévorant. Elle voulait absolument savoir ce qu'il y avait derrière cette porte. Mais elle devait rester courtoise... On entrait pas chez les gens comme ça ! Mais ces fracas... et si le tatris avait besoin d'aide ? Et si il y avait eu un accident ?
              Puis elle ne comprit pas tout à fait ce qu'il se passa. Elle vit courir à une vitesse folle une boule de plume blanche qui passa entre ses jambes dans un élan désespéré pour s'échapper de cette antre terrifiante. Ni une, ni deux, Hyacinthe se fit la réflexion que les scientifiques n'apprécieraient probablement pas de perdre une de leurs bestioles, peu importe ce qu'ils leurs faisaient subir, et elle se mit à la pourchasser. Par chance, ses petites jambes de lutine étaient très agiles, et elle parvint à rattraper la pauvre bête assez vite. Lorsqu'elle revint, elle se permis enfin d'entrer, considérant qu'à partir du moment où elle rapportait l'animal, on ne lui en voudrait pas. Ils devaient bien avoir des cages là dedans, et elle n'allait pas porter le canard dans ses bras toute la nuit, aussi mignonne soit cette chose. « Messires, je crois avoir attrapé l'une de vos créatures en fuite... auriez-vous besoin d'assistance avec... » Elle s'interrompit, perplexe devant ce spectacle incongru.



:ouhou: :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gra & Ham Ducks

Me gusta
avatar

Age du personnage : 39

Familier : //
Couleur de magie : Jaune
Niveau de magie :
  • Plutôt faible
Niveau de combat :
  • Faible


Métier : Scientifique
Résidence : Tatran
Dans le sac : Rien dans le sac, tout dans le laboratoire. 8)

Affinités : Ace & Jeff > Retournez à la maison, on veut revoir Kaloo !

MessageSujet: Re: Toute science vient de Dieu.   Lun 20 Juil 2015 - 11:46

Nous courons à toute vitesse, comme si notre vie en dépendait. En réalité, c'est totalement le cas. Si notre laboratoire est saccagé, nos projets sont sabotés ! Et si nos projets sont sabotés, qu'allons nous devenir ? Un scientifique perdu, sans rien pour mener à bien ses expériences, sans rien pour montrer son talent. Notre Dieu Canard, ce scénario nous paraît bien horrible. Mais pire encore, et si notre cambrioleur s'en prenait aux canards ? À nos canards, nos pauvres petits canards, encore impuissants, dans leur cage, tremblants de peur devant cet agresseur inconnu. Et que dira le Dieu Canard, si ses pauvres bêtes sont attaquées ? Non, non, ni moi ni moi ne voulons penser à cela. C'est pourquoi nous courons aussi vite, espérant arriver à temps pour faire fuir ce malotru.

Nous arrivons devant notre maison et rentrons presque en défonçant la porte. Tinker et Belle allaient se réveiller avec tout ce boucan, mais peu importe, la situation était grave. Nous filons jusqu'à notre laboratoire et ouvrons la porte.

- Ça suffit maintenant !
- Les mains en l'air !
- Vous êtes pris !

Nous levons les poings et parcourons la pièce de nos quatre yeux. Elle est vide. Ça alors ! Il aurait donc déjà filé ?! Nous faisons rapidemment l'inventaire dans nos têtes. Le téléscope, les tubes à essais, notre blouse, nos lunettes de protection, notre matériel de chimie... Tout est là. Notre voleur n'aurait donc rien volé ? Nos canards sont tous là aussi, mais... ça alors !

- Mon Dieu Canard !
- Tu vois ce que je vois, Ham ?!

Les cages aux canards sont ouvertes !! Et maintenant, tous les canards volent en liberté dans la salle, poussant des cancannements à tout va. L'un d'eux cherche à fuir par la fenêtre, mais celle-ci est fermée et il se prend la vitre. Un autre file entre nos jambes et sort du laboratoire. Non, non non non ! Il ne faut surtout pas qu'ils partent ! Il faut les remettre dans leur cage, et vite ! Oh non, non, si jamais ils s'en allaient tous... Nos pauvres canards, confrontés à la vie réelle et ses habitants tous plus fous les uns que les autres. Et s'ils rencontraient cette bande de chenapans ivres que nous avons affrontés tout à l'heure ?! Quelle horreur ! Quel cauchemar ! Nous devons vite leur éviter ça.

Nous en prenons un et le rentrons dans sa cage. Puis un autre, puis un autre. Newton, Einstein, Descartes, Pythagore, Pascal, Euclide... Sacrebleu ! Il manque Euclide !! Notre pauvre Euclide, où a-t-il bien pu passer ?? Saperlipopette, les canards ressortent de leur cage ! Non, ils ne doivent plus s'enfuir. Nous allions fermer la porte du laboratoire pour leur empêcher de fuir lorsque la fille que nous avions rencontrés tout à l'heure arrive. Tiens, nous ne pensions pas qu'elle nous avait suivi. En réalité, nous l'avions totalement oublié. Mais... Serait-ce un canard qu'elle tient dans les mains ?? Le Dieu Canard soit loué !!

- Euclide !

Nous attrapons notre pauvre petit canard dans les mains et le mettons à l'intérieur de sa cage, vide à nouveau. Il faut vite les remettre dans la cage et la refermer avant qu'ils ne s'échappent. La fille (elle est petite d'ailleurs, serait-ce une enfant ? Ou une lilliputienne ?) nous a proposé assistance avant de s'interrompre. Quelle idée de s'interrompre en pleine phrase. Comment voulez-vous que l'on devine la suite ? Enfin, si elle peut nous aider, nous ne disons pas non !

- Oui, oui, s'il vous plait.
- Fermez la porte, déjà.
- Il ne faudrait pas qu'ils s'échappent à nouveau.
- Il faut les remettre dans leur cage avant qu'ils ne saccagent tout notre laboratoire.
- Nos pauvres canards, voyez comme ils sont affolés !
- Calmez-vous, pauvres petits, Papas sont là !

Nous réussissons à attraper Pythagore dans nos mains et le mettons à son tour dans la cage.



Nobody's perfect. My name is Nobody.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t3988-gra-ham-ducks#66903 http://tara-duncan.actifforum.com/t3927-gra-ham-ou-le-hamster-trop-sexy-bim#66251
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Toute science vient de Dieu.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Toute science vient de Dieu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: Tatran-
Sauter vers: