AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: Autre contrées :: BascritPartagez | 
 

 Stone memories

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tara "The Fire" Duncan


avatar

Age du personnage : 22

Familier : Galant, pégase
Couleur de magie : bleu azur
Niveau de magie :
  • Très élevé
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Apprentie Impératrice, catastrophe
Résidence : Omois

MessageSujet: Stone memories   Ven 30 Déc 2016 - 16:45

Elle était posée dans sa chambre, sur une étagère, depuis qu’elle avait été soignée. Elle n’avait osé y toucher, mais l’envie se faisait plus forte. La curiosité était l’un des vilains défauts de Tara, mais un défaut qui était parfois payant. Assise dans un de ses fauteuils, un soda dans la main, elle réfléchissait déjà depuis plusieurs jours à ce qu’elle allait faire de cette pierre semblable au rubis. Le cœur de la Dévoreuse. Tout ce qui restait d’elle après un combat titanesque. Enfin, pas tout à fait, puisque la cicatrice du pieu qui l’avait transpercée était et restera un stigmate de cet affrontement. Les reparus n’avaient rien pu y faire, et elle pensait que c’était une rémanence d’un enchantement lié à la gargouille. On l’avait bien soigné, et en soi, elle était même étonnée d’être encore en vie. Une fois remise sur pied, elle s’était fait passer un savon monumental teinté de félicitations. Sa tante avait eu très peur pour elle, mais était aussi soulagée de sa réussite et l’annonce de l’arrestation de la tueuse en série avait grandement boosté la popularité de Tara. Elle avait montré qu’elle était et resterait capable. Et quand elle eut finit de raconter toute l’histoire à Lisbeth, celle-ci en était presque admirative.

Bien entendu, l’Impératrice, tout comme quiconque à qui elle avait posé la question n’avait jamais entendu parler des gargouilles, et on lui avait juste rendu la pierre comme trophée. Sa médaille du mérite à elle, en somme. Et si elle n’avait voulu en entendre parler, elle avait besoin de réponse. Autremonde était plein de mystère et elle espérait bien percer celui-ci, avec les risques que cela impliquait.

Elle se leva doucement, et approcha de la pierre, presque craintive, tendant une main tremblante vers elle. Elle s’en saisit d’un coup, s’attendant à tout sauf… Sauf à rien. La roche était inerte, sans éclat, alors qu’elle l’avait vu rougeoyante avant de sombrer dans l’inconscience. La jeune héritière retourna s’assoir, posant l’objet de ses craintes sur la table basse devant elle, posant sa tête contre son poing et l’examinant de l’autre.

En soi, ce n’était pas une très belle pierre. Tout du moins, c’était un rubis, mais brut. Celui qu’on ne trouverait pas dans une bijouterie mais dans un gisement. Très grossier, ses arrêtes étaient tranchantes et elle manqua de se couper plusieurs fois. Elle ne ressentait rien de particulier. Rien n’y faisait, et elle faillit la jeter de rage. Peut-être bien que les secrets des gargouilles s’étaient envolés en poussière.

Mais Tara n’était pas du genre à s’arrêter en si bon chemin. Elle tenta d’y poser une goutte de sang, d’eau, de vin, et tout ce qu’elle put trouver dans la pièce. Toujours rien. Elle entreprit de l’ébrécher, d’en extraire un morceau qu’elle pourrait faire analyser, mais rien de ce qu’elle essaya ne put ne serait-ce que rayer la surface lisse du rubis. Elle l’empoigna et s’illumina de magie bleue, tentant de transmettre de la magie comme sa pierre magique le faisait. Elle constata, non sans satisfaction, qu’un éclat s’était réveillé. Elle s’arrêta immédiatement, reposant le cœur pour voir ce qui allait se passer. Rien. Elle reprit, plus doucement, transférant la puissance en un tout petit flux continu jusqu’à ce que la pierre retrouve le rougeoiement qu’elle avait à la mort de la Dévoreuse.

C’est alors que la voix retentit dans sa tête.

« Mes salutations, jeune Héritière. »

Elle lâcha le coeur de surprise, et celle-ci résonna d’un son clair en touchant le sol. Tara s’empressa de la reprendre en main, perdant quelques notions de prudence assez élémentaires.

« Qui êtes-vous ? »

La question était rhétorique, elle le savait, mais elle préférait enfoncer des portes ouvertes que de passer par la fenêtre un peu plus tard.

« Celle que tu connais sous le nom de « La Dévoreuse ». Mais mon vrai nom est Ruby. Je ne pensais pas que tu me réanimerais.»

Tara souffla un bon coup. Elle non plus ne pensait pas faire ça, en plus. Au moins, elle ne pouvait rien lui faire sous la forme d’une petite pierre précieuse, et elle ne risquait rien à lui parler. La gargouille reprit :

« Je suis désolée d’avoir causé tout ce tort. C’est surement difficile à croire, mais il y a une explication à la soif de sang qui m’avait saisie. Tu as besoin de réponses, je le sais et je le sens. Je peux tout te raconter, si tu acceptes de m’aider. »

Tara soupira. On n’a rien sans rien. Autant l’écouter.

[color:9e09= blue] « Tu comprendras que je sois un peu réticente à cette idée. Je n’ai aucune raison de croire ce que tu pourras me dire, et c’est peut-être un stratagème pour revenir à ta vraie forme et t’enfuir. »

Le rubis sembla plus terne un instant, comme s’il accusait le coup.

« J’imagine que c’est de bonne guerre. Très bien, je vais te raconter. Te raconter un temps si lointain que je dois être la seule sur cette planète à pouvoir en parler : »


C’était au balbutiement de la société sur la planète, il y a plusieurs milliers d’années, bien avant l’arrivée des différentes races que tu connais ici. Il y vivait alors des créatures que tu n’imaginerais pas, mais la plupart était humanoïde. Les races en question se vouaient une haine certaine, liée à leurs non-connaissances les uns des autres. Les affrontements étaient sanglants et ne permettait pas à de grandes cités de voir le jour, ce qui explique pourquoi la planète était vierge de vie intelligente pour vous avant votre arrivée. Les êtres les plus puissants en ce temps-là étaient les sortceliers les plus doués. C’étaient eux qui menaient les peuples les uns contre les autres. C’est à cette époque que nous fûmes créées. Les gargouilles. C’est un apprenti de génie mais imprudent qui forma la première. Tirant de l’énergie tellurique primordiale qui pulsait sur la planète, il façonna un cœur comme le mien, qu’il plongea dans une sculpture de pierre, qui prit vie. Il avait toute autorité dessus, et elle était son instrument. Il se rendit rapidement compte que nous étions insensibles à la magie, tout en étant soumises à celui qui nous offrait sa magie pour survivre. L’apprenti s’empressa d’en créer d’autres, et participa à sa façon dans les guerres futiles des sorceliers. Il constata rapidement aussi qu’il pouvait perdre le contrôle sur ses créations, s’il s’en éloignait trop, et qu’un sorcelier tentait d’imposer sa volonté à la créature de pierre. Très vite, il y en avait partout, dans chaque camp, et le secret de leur création n’en était plus un. Les simples formes de vie, dénuées de magie, étaient sans défense contre nous, et seuls les sorciers les plus puissants pouvaient nous contrer. Sinon, nous devions nous affronter sans relâche.

L’histoire voulut que je fusse la première à me révolter. Je suis persuadée que non, mais je fus, en tout cas, la première à en avoir la force. Fait étrange, le meurtre, le sang de nos victimes, leurs sentiments de peur nous nourrissaient, devenant de l’énergie qui alimentait nos cœurs. Nous avions été créées pour répandre la mort et celle-ci nous donnait de la puissance. Assez de puissance pour briser nos chaines. Beaucoup de sortceliers perdirent la vie, beaucoup de gargouilles furent détruites, mais nous parvinrent  nous affranchir et partirent toute nous cacher loin des guerres. Nous avons fondé une cité souterraine et en avons interdit l’accès extérieur. Les flux telluriques magiques nous offraient de quoi survivre. Et nous vécurent notre vie, loin de l’agitation des vivants, créant notre propre culture et tout ce qui pouvait s’associer à une vie en communauté. Il y eut des grands bouleversements sismiques et je pense que la vie intelligente s’est éteinte à cause d’un cataclysme ou des guerres, mais sans preuve.
C’est alors le premier cas s’est présenté. C’était il y a deux millénaires, grand maximum. L’une d’entre nous perdit l’esprit, et avant que nous ayons pu la rattraper, s’était rendue à l’extérieur et s’en était pris aux humains qui y vivaient. Nous sommes parvenu à la neutraliser, mais ne retrouva jamais ses esprits, et sa gemme perdit son éclat quand nous nous résolurent à la détruire.

Il ne nous fallut pas longtemps pour comprendre. Ce qui nous alimentait s’amenuisait, et notre organisme réagissait en recherchant l’autre source potentielle de vie : prendre celle des autres. Bien entendu, nous aurions pu nous faire nourrir par un sortcelier, mais cela signifiait la servitude, l’esclavage et les combats. Et si nous étions bien d’accord sur une chose, c’était que la servitude n’était pas une option. Une à une nos sœurs tombèrent, et furent détruites avant de pouvoir sortir. Leurs gemmes étaient alors entreposées dans d’immenses mémoriaux, et nous cherchions une solution tout en espérant que les flux magiques reviennent un jour. Nous ne trouvâmes jamais, même en deux mille ans, et nos rangs s’amenuisaient. Et vint le moment où je fus la dernière.
C’est terrible, de devoir endormir, peut-être à tout jamais, quelqu’un comme vous. Je restai seule, et continuait de chercher quelque chose pour nous sauver, tentant même d’aller chercher à l’extérieur. C’est là que j’appris à prendre une forme humaine, ce qui n’était pas compliqué en soi. Ce n’était cependant la seule extravagance que la magie que nous possédions permettait de faire. Si tu ne m’avais pas remarquée avant, c’est que nous avons le don non pas de se dissimuler, mais te tromper l’esprit humain. Si on ne nous cherche pas de façon bien définie, il est quasi impossible de nous voir réellement. Je ne l’explique pas, mais cela à son utilité.

Vint mon tour. J’ai sombré dans la folie comme les autres, et c’est à ce moment que tu m’as arrêté. J’avais eu le loisir d’en apprendre sur toi pendant mon errance, et si quelqu’un ou quelque chose peut nous aider, je ne vois que toi. C’est pourquoi j’implore ton aide. Si tu refuses, tu n’as qu’à abandonner mon rubis, et la magie qui me donne la force de parler disparaitra de toute façon.

Tara accusa le coup. Ça paraissait trop gros pour être un mensonge, et l’histoire était suffisamment impressionnante pour la souffler quelques secondes. Ce savoir la rendait peut-être plus puissante que n’importe qui sur cette planète. Elle était la seule à le détenir, et avait accès à une armée de gargouille qu’elle pourrait plier à sa volonté. Rien que d’imaginer ce qui pouvait arriver si Jar, ou Magister obtenait cette connaissance lui faisait froid dans le dos. En soi, elle pourrait suivre le dernier conseil de la gargouille. Abandonner le rubis et oublier cette histoire. C’était surement le moins risqué. Mais aussi le moins Tara.

« Bon. Admettons que je t’aide. Qu’attends-tu de moi ? »

La pierre rayonna d’un petit éclat joyeux.

« Je te donne le moyen d’accéder à notre sanctuaire. Je suis sure que tu seras capable de trouver l’origine de la disparition de l’énergie qui nous maintenait en vie. Et peut-être alors notre race pourra renaître de ses cendres. C’est normalement sans danger, mais j’imagine que tu te doutes qu’il ne faut en parler à personne, et que, par conséquent, cela pourrait être un piège de ma part. »

Tara confirma d’un hochement de tête. De toute façon, tout ce qu’elle pouvait entreprendre était souvent un piège potentiel. Et cela ne l’avait pas arrêté pour autant.

« Laisse-moi un peu de temps pour me préparer. Une petite semaine. Des affaires impériales à régler, mais je devrais pouvoir trouver le moyen de m’éclipser. (à savoir, une visite diplomatique qu’elle inventerait) Faut-il que je te redonne de l’énergie régulièrement ? »

« Ce n’est pas nécessaire, mais appréciable. »

Tara nota l’information, et reposa le rubis sur son étagère.

Comme prévu, elle passa le portail de transfert pour la capitale de Bascrit, qui était l’endroit le plus proche de la zone qu’elle devait rejoindre. Son apparence changée dès son arrivée, elle s’éclipsa sans remous en dehors de la ville et enfourcha Galant, suivant la direction indiquée par Ruby. Dans le doute, elle s’était équipée pour tenir un siège. Vêtue d’une tenue complète en camélin, ses sens de BSH aux aguets, elle avait assez d’armes et de vivres pour équiper et nourrir un petit village pour une guerre. Une longue guerre.

Ce n’est qu’au-dessus de la mer que Ruby lui indiqua de s’arrêter. Un peu interloquée, Tara s’exécuta, ne voyant pas de terre proche pour se poser.

« L’entrée est immergée. La surface de la planète à quelque peu changé, et ce qui était autrefois une terre est maintenant sous l’eau. Ce qui explique aussi qu’on ne nous ait jamais retrouvées. »

Tara n’aimait pas trop l’idée de se retrouver dans une cave sous-marine, mais pris son courage à deux mains, ainsi qu’une grande inspiration, pour faire plonger Galant dans les profondeurs, l’entourant d’une bulle d’air protectrice. Elle ne sut trop dire jusqu’où ils descendirent, mais elle trouva effectivement, comme Ruby le lui indiquait, une large zone rocheuse, et s’engouffra dans une ouverture au pied de ce qui ressemblait assez à une montagne érodée.

La jeune femme ressortit de l’eau dans un tunnel éclairé par une espèce étrange de champignon luminescent. Il y en avait un peu partout et elle trouvait cela fort pratique. Elle était arrivée, un peu épuisée par l’effort que nécessitait le maintien d’une bulle de magie à ces profondeurs. Elle s’assit pour manger un morceau, reminiaturisant Galant pour qu’il ne se fasse pas mal sous terre.

« Bon, c’est quoi la suite des évènements ? »

« Un peu plus loin se trouve l’entrée d’une grotte. Il suffit d’y entrer un certain code et elle s’ouvrira pour découvrir notre sanctuaire. Une fois là-bas, je ne saurais trop te dire. Nous avions pour croyance de penser que la pierre au centre même de la caverne était la source de notre magie, mais nous n’en avons aucune preuve. Il faudra peut-être commencer par là. »

Tara acquiesça en mâchonnant. Elle qui n’était pas très fana de spéléologie allait devoir s’y mettre.

« Cela fait combien de temps que tu es partie ? »

« Un dizaine d’année, je dirais. Même si nous vivons sous terre, la ville n’avait pas l’aspect un peu lugubre que tu trouveras un fois sur place. L’entretien laisse un peu à désirer faute d’habitantes.»

Comme toute les villes fantômes, de toute façon. Tara avait eu plusieurs idées sur ce qui l’attendait et avait hâte de découvrir cette société, même si elle était morte. Elle se sentait un peu comme Lara Croft, le mini-short et les pistolets en moins. Elle se remit en route, suivant le tunnel pour arriver à une voûte dans la paroi. Quelque chose de sculpté et non plus la paroi brute. Cependant quelque chose clochait :

« J’avais refermé la porte quand je suis partie. J’en suis certaine. »

Tara déglutit. Rien ne pouvait être simple quand elle se lançait dans quelque chose de ce genre.

« Aucune chance que ce soit lié à un quelconque disfonctionnement ? »

« Je ne crois pas. Les mécanismes étaient en bon état et notre semblant de technologie était fait pour durer. »

« Cela signifie que quelqu’un d’autre sait et se trouve peut-être ici ? »

« Surement. »

Soupir. Elle espérait que ce ne soit pas le cas mais se doutait du contraire. Ou le visiteur était venu il y a plusieurs années et était reparti ou mort depuis. Ou peut-être pas. Il lui faudrait être prudente, comme toujours. Elle rabattit sa capuche de camelin qui avait pris la couleur de la roche, et s’enfonça plus profond dans la caverne.

Et, comme elle s’en doutait, cela ne ressemblait en rien à ce qu’elle connaissait. Déjà, la grotte était gigantesque. Une immense cavité qui devait s’étendre sur plusieurs kilomètres. Comme la base sous-terraine de la Terre, mais en plus modeste et sans le soleil et les mammouths. Les habitations avaient été creusées à même la paroi pour la plupart et c’est une immense ville à l’architecture unique qui s’étendait devant elle. Elle n’osait pas l’avouer, mais elle ne s’attendait pas à quelque chose d’aussi abouti de la part de créatures de pierre parfois sanguinaires. Des bâtiments plus imposants avaient été construits et d’immenses tours parsemaient la ville, sur lesquelles poussait une quantité incroyable de champignon qui fonctionnait comme éclairage. Assez efficace et plutôt économe. Au centre trônait la construction la plus massive de la cavité, et elle pouvait y discerner des lueurs de feu. Des torches surement. Cela confirmait l’hypothèse la moins amusante.

« C’est quoi le bâtiment là-bas ? »

« C’est là que se trouve la pierre qui focalisait l’énergie tellurique. C’est une sorte de lieu de culte gigantesque. C’est aussi le mémorial le plus grand, qui concentre presque la moitié des cœurs de gargouille de la ville.»

« Réjouissant. Celui ou celle qui se trouve ici avec nous à l’air de s’y terrer. En route.»

Elle comptait bien en avoir le cœur net, de toute façon. Elle s’avança dans la ville. Celle-ci n’était pas très praticable à pied. En même temps, c’était compréhensible. Quel besoin de faire des rues dignes de ce nom quand on a des ailes ? Cela avait cependant un avantage : elle n’aurait aucun mal à se déplacer sans être repérée. Elle aurait pu enfourcher son pégase, mais c’était augmenter les risques d’être vue. La lumière tamisée et l’humidité ambiante ne rendait pas vraiment les lieux accueillants, mais elle ne doutait pas que ce n’était qu’une question d’habitude. Elle se voyait déjà à moitié aveugle quand elle reverrait la lumière extérieure. Fort heureusement, ici, ses sens de chasseur lui permettaient d’être totalement autonome et elle voyait comme en plein jour.

Après quatre bonnes heures de marche silencieuse, ponctuée de quelques pauses, l’apprentie exploratrice espionne était au centre de la grotte, non loin de son objectif. Selon sa montre, il était l’heure de dormir, de toute façon, et il était primordial de garder un rythme de personne non troglodyte pour ne pas mourir de fatigue ni devenir dingue. Elle s’installa donc dans une maison un peu cachée et posa son matériel de camping. Heureusement qu’elle avait prévu plusieurs jours. Elle mangea sans bruit, discutant à voix basse avec Ruby qui lui raconta des histoires sur son peuple. Tara s’endormit peu après, d’un sommeil sans songe dont elle se réveilla à moitié reposée. Dormir sur le sol n’était pas très agréable et ses dernières années au Palais lui avait fait perdre quelques habitudes.
Des crochets aux mains et aux pieds pour escalader la paroi, elle prit d’assaut celle-ci pour pénétrer dans le sanctuaire. L’ascension fut longue mais elle atteint une fenêtre sans trop d’effort. Elle passa la tête par celle-ci, et ce qu’elle y vit lui glaça effectivement le sang. Sans plus attendre, elle se jeta à l’intérieur pour se planquer derrière les genres de gradins style arène romaine pour observer la scène. Il devait y avoir quatre gargouilles, vivantes. Ce qui n’était pas bon signe. Mais surtout, perché sur un pic de roche blanche, un sortcelier, les mains illuminées de magie, et dans l’une d’elle, une pierre semblable à celle de Ruby. Elle sortit ses jumelles pour voir ça de plus près, la bâtisse étant assez grande pour en avoir besoin, et détailla l’homme. Il devait avoir une bonne quarantaine d’année, un homme aux cheveux noir de jais dans la force de l’âge. Il devait dépasser Tara de deux bonnes têtes au moins et était bien deux fois plus large qu’elle. En même temps, elle était un peu poids plume. Il n’avait pas de signe distinctif sur lui mis à part ses vêtements de cuir, pleine de lanière en tous sens. La concentration intense se lisait sur son visage et elle pouvait deviner la sueur sur son front.

Il ne lui fallut qu’un instant pour comprendre ce qu’il se tramait. Et elle pouvait s’estimer heureuse de son sens du timing. Une semaine plus tard et elle serait peut-être tombée sur une armée de gargouille. Elle pouvait encore réagir. Ruby, elle, pestait encore et encore. Car si elle était persuadée que Tara ne lui imposerait pas sa volonté en lui rendant forme, ce n’était surement pas le cas de celui qui les ressuscitait actuellement. Tara resta la quelques minutes. Elle espérait franchement qu’il était seul ici, dans sa mégalomanie, à recréer une troupe de gargouille. Elle n’en eut pas la confirmation, mais pas l’infirmation non plus. Elle assista à l’insertion de la gemme dans une statue et la naissance d’une nouvelle gargouille, et le sortcelier semblait assez fatigué de son effort. Avec de la chance, elle pourrait frapper lors de sa prochaine invocation.

La jeune héritière sortit de sa cachette pour repasser par la fenêtre, et regagna la plus proche maison, pour réfléchir à ses options. Seule, face à cinq gargouilles, voire plus, et un sortcelier qui avait l’air compétent, elle n’était pas vraiment à son avantage. Elle avait certes l’élément de surprise, mais c’était bien tout. Il fallait donc l’utiliser à bon escient. Dans son repère de fortune, elle réfléchit en mangeant un morceau de camelle brune, n’ayant pas envie de s’alourdir avec quelque chose de plus conséquent.

« Ton autre option, bien qu’elle me désole, serait de faire comme lui. Tu es la plus puissante sortcelière du coin, et s’il a le savoir, je l’ai aussi. Tu pourrais monter une armée de gargouille et vaincre la sienne. »

« C’est assez tentant. C’est triste de le dire, mais nous n’avons pas d’autre choix. C’est quoi la marche à suivre ? »

Les instructions étaient assez claires, et ce n’était pas la chose la plus compliquée qu’elle ait eu à faire. A côté du rituel de la potion fantôme, c’était même plutôt facile. Elle s’éloigna du centre pour être sure que les émanations magique potentielle ne soit pas perceptible, et s’attela à la tâche. La première étape consistait à créer les corps des gargouilles. Ruby lui avait expliqué que ce qu’elle pourrait surement réussir ici ne serait surement pas possible une fois retournée sur la terre ferme. Des histoires d’âge de la pierre, et autres explications telluriques. De toute façon, Tara ne comptait pas gagner sa vie comme créatrice de statue, alors elle hocha bêtement la tête. Pour qu’une gargouille se sente à l’aise, il lui fallait au moins une paire de bras, de jambes et d’ailes. Le reste était à son appréciation.

« L’idée est de tirer la magie non pas que de toi, mais de la terre aussi. C’est l’essence même de la planète qui nous maintient en vie, et plus cette énergie primordiale est présente dans nos corps, plus nous sommes fortes. »

Ses premiers essais n’étaient pas franchement glorieux, mais après avoir pris la main, elle parvint à créer la copie conforme de la gargouille qu’elle avait pu affronter par le passé. C’était pas mal, pour une débutante, apparemment. Assez satisfaite, elle entama la seconde étape, la fusion de la pierre d’âme avec le corps. En soi, ce n’était pas compliqué, mais assez fatiguant si elle avait bien compris le principe. Ses yeux blancs flamboyants de puissance, elle posa une de ses mains rayonnantes de puissance sur le torse de la statue, et tenait dans l’autre le cœur de Ruby. Elle servait de pont pour lier les deux entités, en consommant de la magie pour fabriquer le lien. Sa pierre magique en renfort, elle chargea de toute sa volonté le flux de puissance, qu’elle fit rétrécir jusqu’à ce que sa main plonge dans la pierre pour y déposer le rubis. Dans un craquement rocailleux, la créature bougea, avant de prendre forme humaine.  Dénuée de folie, l’apparence humaine de Ruby était plus classique, et plus gracieuse. Rien à voir avec le cadavre décharnée assoiffé de sang qu’elle avait pu voir. Bien qu’aidé par la pierre magique, l’opération avait demandé un effort intense à la jeune fille, déjà bien contente d’avoir réussi.

« Belle performance. Je suis plus forte qu’avant et j’étais déjà l’une des plus puissantes d’entre nous. Je ne désespère pas de remporter cette victoire. Pour le moment, je suis à tes ordres, et il n’y rien que je ne puisse faire pour changer cela. Ne me libère pas de ton emprise, ou notre adversaire pourrait s’imposer à moi. Mon obéissance contre ta protection.»

« Cela me parait correct. Je vous libèrerai toutes une fois la victoire acquise. C’est une promesse. »

« Je t’en suis reconnaissante. Je vais aller chercher les cœurs des plus puissantes d’entre nous. Comme elles furent les dernières à tomber, elles ne sont pas au centre. Si tu parviens à faire aussi bien sur elle que sur moi, même en sous nombre nous aurons une chance. »

La gargouille s’envola après avoir passé la porte, volant bas pour éviter de se faire repérer. Tara remangea pour compenser la perte d’énergie puis recommença à façonner des statues. Quand Ruby revint, avec une demi-douzaine de cœur, elle était parvenue à créer trois gargouilles qu’elle avait voulues faites pour le combat. Les cinq qu’elle avait vues étaient très conventionnelles. Elles étaient grandes et puissantes, mais pas exotique. Ici, Tara avait rajouté une queue à l’une d’elle, terminée par une excroissance, comme un ankylosaure. A une autre, elle avait sculpté des dizaines de lanières le long du dos et des bras. Elle ignorait si cela serait efficace mais imaginait bien la gargouille enserrer ses victimes dans celle-ci. La dernière, au contraire, ne ressemblait en rien aux autres. Elle l’avait fait toute petite, à peine un demi mètre de haut, avec un corps tout pointu qui lui donnait un air assez inquiétant. C’était sa pièce maîtresse, même si Ruby ne pourrait surement pas l’imaginer.

« Etrange, mais efficace j’imagine. Cela leur demandera un petit moment pour s’adapter. Tu es sure de vouloir en faire une aussi petite ? J’espère qu’elle ne se vexera pas… »

« Eh bien, on va le leur demander. »
Elle tendit ses mains pour récupérer les pierres. Elle ne fut pas surprise de trouver des émeraudes, des topazes et des améthystes. Les caractères des gargouilles seraient surement très différents. Une à une, elle leur insuffla de la magie, et elles purent s’éveiller tranquillement, comme après un coma.

« Bonjour, mes sœurs. C’est moi, Ruby. »

« C’est une surprise, Grande Ancienne. Je ne pensais pas que nous sortirions un jour de notre sommeil. Mais qui est cette personne ? Je pensais que nous avions refusée de nous soumettre pour survivre. »

« C’est… »

« Je vais le faire. Mon nom est Tara’tylanhnem T'al Barmi Ab Santa Ab Maru Duncan. Je suis l’héritière de l’Empire d’Omois, l’une des plus grandes puissances actuelles d’Autremonde. J’ai affrontée et vaincue votre Grande Ancienne qui avait sombrée dans la même folie meurtrière que vous. J’ai ensuite ravivé son cœur comme je viens de le faire pour vous, et elle m’a menée jusqu’ici, car elle pensait que je pourrais rentre à votre sanctuaire ses pouvoirs. Cependant, nous y avons trouvé un autre sortcelier, qui a dû arriver au plus tard la semaine dernière, et qui commence à recréer lui aussi des gargouilles. Je vous demande pour cela votre aide, bien que cela implique que je vous impose ma volonté. Mais votre libération sera immédiate une fois cette menace vaincue. »

Les pierres commencèrent alors à converser dans une langue qu’elle ne connaissait pas, qui devait être propre aux gargouilles. Et après quelques instants, on s’adressa de nouveau à elle.

« Nous apprécions grandement vos efforts, Tara’tylanhnem T'al Barmi Ab Santa Ab Maru Duncan. C’est avec joie que nous nous rangeons sous vos ordres. »

« Appelez-moi Tara, ça suffira. Je ne sais pas combien d’entre vous je pourrais recréer avant de demander grâce, mais je vais faire de mon mieux. »

Elle s’affaira immédiatement, et lia X’arya, Nedra et Eoga aux statues qu’elle avait déjà produite, avant de s’effondrer, ruisselante de sueur. Mais les trois gargouilles étaient satisfaites de leur nouveau corps et de leur puissance.

« Je doute de pouvoir en faire plus pour le moment. Ruby, je ne sais pas comment tu espères que je remette toutes les tiennes sur pied après avoir affronté le mystérieux sortcelier. »

« Cela te sera plus simple avec le temps. Tu en fais trop pour l’existence paisible à laquelle nous aspirons mais l’énergie dépensée est nécessaire à ce que nous devons faire. Pour ce qui est des statues, nous avons emporté celles destinées à faire d’autres comme nous avant notre rébellion. C’est surement celle qu’il utilise pour ne pas avoir à créer de statue, bien que je l’imagine capable d’en produire lui aussi. Repose toi, il doit faire nuit à la surface. »

Tara ne se fit pas prier et partit s’installer dans un des coins de la pièce. Elle avait mal partout, comme après une session d’entrainement un peu trop intensive, et elle accueillit le sommeil avec soulagement, en sachant pertinemment qu’elle devrait recommencer demain et cela ne l’enchantait guère. Mais c’était la rançon de la gloire. Quelle idée aussi, d’être à la fois puissante, altruiste et crédule ? Après, cela pouvait avoir certains avantages. Elle s’imaginait déjà à la tête d’une potentielle armée de gargouille à qui elle aurait gentiment demandé de péter la tronche de son maléfique frère s’il réussissait d’une manière ou d’une autre à l’écarter du trône sans son accord. Elle sombra dans l’inconscience avec cette douce idée en tête.

Elle fut réveillée par Ruby. Elle et ses sœurs n’avaient pas chômées, et lui firent un rapide rapport sur ce qu’elles avaient pu glaner. L’homme était effectivement seul, et savait aussi façonner les statues. Il compensait son manque de puissance par une grande maitrise du procédé, ce qui étonnait franchement les créatures de pierre. Elles n’avaient absolument aucune idée d’où lui venait son savoir. Tara avait quelques hypothèses mais peu de preuves pour étayer quoique ce soit, alors elle espérait que ce ne serait pas significatif.

Tara reprit le façonnage et l’introduction des cœurs dans d’autres statues toutes aussi excentriques. Elle n’était pas forcement sure de l’efficacité de ce qu’elle créait, mais elle imaginait que ce qui fonctionnait pour les démons devrait fonctionner aussi pour les gargouilles, quand bien même il leur faudrait s’habituer à cela. Après tout, les gargouilles vivaient déjà recluses avant que les démons ne traversent les failles. Et les gargouilles tentaculaire et dentues étaient assez impressionnantes. Même si c’était ses créations, et qu’elle connaissait leurs envies pacifiques, Tara devait avouer ne pas être tranquille devant de telle créature. Elle ne le laissait pas transparaître mais elle se sentait presque sans défense à côté d’elles.
« Au fait Ruby, tu m’as dit qu’un sortcelier pouvait reprendre le contrôle sur une autre gargouille déjà possédée. Comment s’y prend-t-on ? Cela pourrait être plus pratique que de les démolir.»

Ruby réfléchit quelques instants.

« Ce genre de phénomène n’arrivait qu’en combat et en général, nous avions d’autres choses à faire que de nous intéresser au processus. Mais si j’en ai bien compris ce que l’on m’a rapporté, le sortcelier s’arrange pour expulser la magie de l’autre pour y implanter la sienne. La méthode était souvent imparfaite et nécessitait une possession en bonne et due forme comme tu les réalises déjà. Mais cela suffisait à court-circuiter une gargouille ennemie sans trop de risque. »

« Bon à savoir. J’en aurai surement besoin. De toute façon, il va falloir se mettre en mouvement. Le temps joue contre nous et plus nous attendrons, plus nous augmentons nos chances de nous faire repérer et de perdre l’effet de surprise. Qui nous sera primordial. Voilà le plan. »

Il est était foutrement simple. Mais Tara aimait la simplicité et n’avait aucune raison de chercher à faire plus compliqué que « on attend qu’il soit en plein rituel pour lui mettre un rouste sans qu’il ne puisse rien faire ». Ce qui était en soi une idée efficace. Elle prit sa forme de chasseur et sa tenue de combat contre les gargouilles. A savoir une armure renforcée au torse pour éviter de se perforer un poumon avec une côte cassée, et des gants de cuir lourd, qui laisserait passer sa magie sans qu’elle s’explose les poings contre la roche. Les cheveux attachés, un regard flamboyant dans les pupilles, elle savait qu’elle n’avait de toute façon pas droit à l’échec. Cette fois, personne ne serait là pour la sortir de là et lui appliquer un petit reparus. Elle laissa Galant avec les gargouilles, il lui permettrait de donner le signal d’attaque mentalement et sans signaler quoi que ce soit à son adversaire. Elle avait à sa disposition sept gargouilles, mais avait demandé à la plus petite de se cacher dans le haut du bâtiment et de n’intervenir que si Tara le demandait.

Elle retourna dans la pièce principale pour en étudier plus en profondeur les spécificités. Malheureusement, une gargouille s’y trouvait, et elle ne put pas, comme elle l’espérait, pouvoir poser un quelconque piège. Alors elle prit son mal en patience, jouant avec sa mèche en imaginant sa punchline de victoire, mais elle n’en trouva pas d’assez satisfaisante avec des allusions à la pierre. Tant pis, une autre fois. De toute façon, personne ne pourra rapporter sa grande classe si elle l’emportait. L’homme fit alors son entrée, suivit par six gargouilles. Il y en avait donc au moins sept. Deux d’entre elles portaient une statue, qu’elles posèrent non loin du centre de l’amphithéâtre. Ils allaient bientôt commencer.

Elle sentit sa magie monter, il était plutôt puissant, et elle fit graduellement monter sa puissance aussi, prête à intervenir. Rangée par rangée, elle se rapprocha de plus en plus, évitant le regard des gargouilles qui ne cherchaient de toute façon pas d’intrus. Pourquoi y’en aurait-il ? Il était moins efficace qu’elle, mais savait bel et bien ce qu’il faisait. Quand le lien se fit, elle envoya le signal à Galant. Elle estimait à trente secondes le temps qu’il faudrait aux gargouilles pour passer les fenêtres. Tara compta mentalement en mobilisant ses ressources, et celle de la pierre magique, prête à atteindre le paroxysme de sa puissance. Vingt. Ses yeux s’illuminèrent, et ses mains aussi. La lueur interloqua une gargouille qui pointa du doigt sa position. Vingt-cinq. Elle surgit de derrière le gradin, les mains tendues. [/b]Trente. Ses alliées surgirent par les fenêtres, et les autres gargouilles comprirent rapidement la situation, car elles se jetèrent sur les intrus. La septième comptait se jeter sur elle, comme elle l’espérait. Elle se prépara à l’impact, car il allait être terrible. Quand la créature fut sur elle, Tara se jeta en avant, passant sous le coup de poing qui détruisit la roche derrière elle, et la boule d’énergie pure fusa. Elle aurait voulu le faire avant, mais les gargouilles se seraient surement interposées entre elle et sa cible : l’autre sortcelier. Et visiblement il comptait sur ses gargouilles pour empêcher cela puisqu’il n’avait pas interrompu son rituel. Il fut frappé de plein fouet, éjecté et Tara se permet un sourire de satisfaction qui fut bien vite enlevée par le coup de poing titanesque qu’elle reçut dans le dos. Elle atterrit deux rangs plus bas en crachotant du sang. Cela commençait bien.

Mais chose que son adversaire ignorait, elle n’était pas une simple sortcelière. Elle bondit sur ses pieds et lui fit signe de s’approcher. La gargouille était moins dotée niveau bras que Ruby, et un peu moins vive aussi, ce qui laissait l’avantage à Tara. Elle avait vaincu bien plus fort que cela, et c’est sans effort qu’elle esquiva le coup qui ciblait cette fois son visage, pour loger son point gorgé de magie dans l’abdomen de la créature. L’onde de choc stoppa les combats aux alentours. Après tout, seule Ruby était au courant, et cette dernière profita de la surprise pour prendre l’ascendant sur son opposante. Les rajouts de Tara fonctionnait à merveille et elle fut heureuse de voir que ses « soldats » à elle se débrouillaient bien mieux que celles du sortcelier à terre. Elle continua d’échanger des coups avec la gargouille qui peinait déjà à se défendre, parvenant tout de même à laisser une large estafilade sur le bras droit de la demoiselle. Tant pis. La blessure la lançait et elle perdait pas mal de sang, mais elle termina la gargouille d’un coup de pied magistral au torse, et son cœur tomba au sol alors que son corps retournait à la poussière. Tara banda rapidement la plaie avant de rassembler son énergie comme pour le rituel. Sa magie et sa volonté frappèrent de plein fouet une gargouille adverse qui s’arrêta net, laissant le loisir à son alliée de la maitriser. Effectivement, le processus n’était pas simple, mais l’impérialisme de sa magie laissa bientôt la gargouille à la merci de ses désirs. Sans prendre malheureusement le temps de lui expliquer, elle l’envoya combattre alors qu’elle-même reprenait son souffle. Elle n’eut cependant pas ce loisir alors qu’elle érigeait une barrière en catastrophe, contrant un rayon de magie pure. L’homme cessa son attaque, un rictus inquiétant sur le visage.

« Qui es-tu, gamine ? Comment es-tu arrivée ici ? »

Pour une fois qu’on ne la reconnaissait pas… Cela dit, avec ses crocs de vampyrs et son regard d’acier, elle tranchait sérieusement avec son aspect de tous les jours.

« Tara Duncan, héritière impériale et briseuse de plan machiavélique à plein temps. Et vous ? »

Il accusa le coup. Pour une surprise, c’était une surprise. Surtout qu’elle avait délibérément évité de lui répondre quant à sa présence. Il cracha.
« Celui à qui le contrôle des gargouilles revient de droit. Ma famille s’est dévouée à cette tâche depuis la nuit des temps, et ce ne sera pas une petite merdeuse qui va empêcher ça. »
Le bruit des gargouilles qui s’effondraient derrière elle ponctua sa phrase. Sauf que c’était celle de Tara qui l’emportait. L’avantage du nombre, et de la force avait joué en sa faveur. Elle se permit un sourire.

« Il faut croire que si. »

« Puisque tu ne me laisses pas le choix… »

Avant qu’elle n’ait le temps de répondre, il se saisit du cœur de la gargouille qu’il comptait réincarner, et d’un simple jet de magie et d’une formule dans une langue inconnue, fit ce qu’elle n’avait pu faire : il fit exploser le cœur. La déflagration magique fut assez violente pour la faire tituber, et les cris de ses alliées rajoutèrent un effet dramatique des plus saisissants. Quand elle put enfin distinguer ce qu’il se passait, le corps de l’homme était sans vie. Par contre, la gargouille, elle, l’était bel et bien.

« Impressionnant, n’est-ce pas ? C’est sacrément grisant.»

Les autres voulurent se jeter sur lui, mais d’un cri impérieux, il les réduisit au silence et à l’immobilité.

« Pas de ça. C’est entre elle et moi. »

Tara ne doutait pas qu’il puisse, sous cette forme, reprendre le contrôle des gargouilles, mais il semblait prendre un malin plaisir à la battre de cette façon. Comme toujours. Comme toujours elle était sous-estimée. A croire que c’était une maladie chronique des vilains d’Autremonde. Soit. Elle allait lui montrer de quoi elle était capable.

« Eh bien, approche. »

Il ne se fit pas prier puisqu’après un hurlement guttural des plus effrayants, il décolla pour se ruer sur elle. Et elle déchanta quelques peu quand elle dut encaisser l’assaut. Il était plus fort que Ruby, comme si la façon dont il s’était incarné dans la statue avait surpassé le potentiel de celle-ci. Elle vola un peu plus loin, projetée par l’impact sans pour autant être encore blessée. Elle n’eut que le temps de se jeter au sol pour esquiver le carbonus qui arrivait sur elle. Il pouvait toujours utiliser sa magie. PARFAIT.

Sa propre magie serait surement inefficace, alors elle devait reprendre le combat à l’ancienne. Elle se releva pour revenir vers lui et il s’avança lui aussi. Le premier coup qu’elle lui porta le surpris très fortement. Qui ne le serait pas ? Elle avait mis tout ce qu’elle pouvait dans cette frappe, mais ce ne fut malheureusement pas suffisant. Il hurla encore une fois, mais de douleur et de surprise ce coup-ci :

« Cooooommeeeeent ? »

Et oui, il ne fallait pas s’attendre à être immortel quand même. Elle profita de son incompréhension pour porter un second coup sur son bras, ne sachant trop si, comme un être organique, la douleur le rendrait plus vulnérable. Le combat au corps à corps s’engagea et elle remercia sa forme de vampyr de lui éviter de se faire broyer pendant l’échange. Elle était trop rapide pour lui et il ne parvenait pas à la toucher, alors qu’elle, au contraire, profitait de chacune de ses ouvertures. La rage l’emportait et ses coups devinrent plus brouillons. Mais cela eut aussi l’inconvénient de lui faire renoncer à ses principes, alors qu’il voyait la défaite approcher. Elle ne sentit pas le signal, et, prise en traître, elle ne put éviter les deux gargouilles qui s’emparèrent d’elle. Soulevée de terre, sans appuis, les deux bras fermement retenus, elle était sans défense. Et cette fois, elle ne pourrait porter un coup chargé puisqu’il connaissait sa force. Si la situation lui était familière, ce n’était plus tout à fait la même.

« Eh bien, votre altesse ? On ne s’attendait pas à ça ? »

« Moi, je tiens à mes principes, même quand je perds. »

Il avait reculé de quelques pas, pour savourer sa victoire et son impuissance, ce qui laissa à Tara le choix de son prochain mouvement. L’hésitation est à l’origine de la défaite. C’était Myakko qui lui rabâchait ça tous les jours, et elle avait raison. Il jouait trop avec elle. Elle n’avait pas beaucoup d’options, mais n’était pas encore vaincue. Alors, elle tenta quelque chose d’un peu inédit. Elle se transforma, de façon très rapide, comme elle avait pu le faire pour devenir un dragon. Tout d’abord, en spatchoune (oui), pour se sortir de l’emprise de ses gardiennes, et dès l’instant suivant, elle était elle-même une gargouille. Bon, une gargouille organique, mais une gargouille quand même. Elle en avait l’aspect, la taille mais malheureusement pas tous les avantages. Elle asséna immédiatement deux coups chargés en plein face aux deux gargouilles qui la tenaient encore il y a quelques instants, mais son adversaire principal ne lui laissa pas le loisir de continuer, se jetant sur elle et la plaquant au sol.

« Bien essayé, mais ça ne marchera pas deux fois. Je voulais te garder comme otage, mais tu es bien trop dangereuse pour que je prenne se risque, en fin de compte. »

Une des gargouilles restantes s’avança, se saisissant d’un pic de roche, bien décidée à empaler Tara. Celle-ci hurla, sa voix amplifiée par sa forme de gargouille et suffisamment forte pour cacher le léger bruissement d’aile qui provenait du plafond. L’impact fut terrible, assez pour transpercer son adversaire et la blesser elle-même. Il cria en se relevant, la gargouille miniature planté dans son dos. Elle s’était servi de sa forme anguleuse et de la vitesse de chute pour s’empaler sur lui, et sur Tara par extension. Celle-ci se releva d’un bon, ignorant la douleur sur son flanc droit, et porta la frappe finale réduisant en poussière. Elle reprit forme humaine en se tenant la hanche, alors que les gargouilles se retrouvaient sans maître. Ruby se porta immédiatement à son secours, la soutenant. Elle banda sa blessure comme elle put, avant de s’asseoir. Son changement de forme avait réduit la gravité de la plaie et elle n’était pas en danger. La jeune impératrice remarqua, non sans surprise, que l’homme avait perdu un cœur de gargouille

« On dirait qu’on a gagné. », lâcha-t-elle entre deux souffles.

Encore une victoire qui lui coûtait cher, mais c’était une victoire quand même. Elle se releva avec difficulté, et la changeline lui fit apparaître un bâton pour prendre appui. Elle se traîna jusqu’au cœur de son adversaire et s’en saisit. Il n’avait pas perdu son éclat mais il ne lui répondit pas quand elle lui parla. L’impression était étrange, c’était comme si elle tenait sa pierre magique mais si celle-ci n’avait pas de conscience. Un réservoir de magie. Cela lui donnait une idée, mais, c’était pour demain… Elle fouilla le cadavre de l’homme, et y trouva un très vieux journal, écrit dans une langue inconnue mais dont de nombreux passages avaient été traduits. Si elle ne se trompait pas, cet ouvrage était l’objet le plus vieux de cette planète, et était l’œuvre d’un sortcelier d’une race éteinte qui transmettait son savoir sur les gargouilles. Elle le laissa à Ruby par prudence

Elle s’installa ici avec les gargouilles restantes, qui partirent rassembler les autres cœurs pendant qu’elle récupérait. Il lui fallut deux bonnes journées pour reprendre un minimum possession de ses moyens, et reprendre la création de statue. Mais c’était toujours reculer pour mieux sauter. Elle devait trouver quelque chose. Profitant d’une pause, elle se dirigea vers la dent de pierre blanche qui aurait soi-disant donné son pouvoir aux gargouilles, et quelle ne fut pas sa surprise d’y reconnaître la couleur, la texture et la sensation de… sa pierre magique. Celle-ci lui confirma que c’était bel et bien quelque chose dans ce goût la, et qu’elle semblait… endormie. Alors elle tenta quelque chose. Elle sorti le cœur du sortcelier, et le plaqua contre la roche, et réalisa le même rituel que pour l’incorporation dans une gargouille, faisant appel à toute sa magie et s’aidant de sa propre pierre. Le cœur n’apprécia pas, si bien qu’il explosa, et la puissance magique parvint à réaliser ce qu’elle tentait de faire, un électrochoc géant pour entité tellurique. La dent de pierre blanche pulsa quelques secondes avant de revenir à son état normal, mais la magie coulait à nouveau en elle.

Tara sentit l’échange rapide entre sa pierre et celle-ci, et elle fut heureuse d’apprendre que ce n’était pas l’esprit maléfique du faiseur de gargouille qui s’y était incarné, mais bien l’esprit d’origine qui s’était réveillé, et que c’était un mouvement tectonique qui l’avait plongé dans le sommeil. Au moins, ce n’était pas d’origine malveillante. Tara lui demanda l’autorisation de puiser dans sa puissance pour faire revivre les gargouilles qui vivaient ici autrefois, et expliqua ce qu’il se passerait si elles étaient de nouveau dénuées de magie, et l’immense pierre d’énergie accepta avec joie.
Tara reprit son ouvrage, et faillit se noyer dans le flot de puissance qu’on lui fournissait. Déjà que sa minuscule pierre était d’une puissance rare, elle n’imaginait pas le pouvoir total qui se trouvait en ces lieux. Avec tant de magie, elle n’avait plus réellement besoin de la sienne et ne servait que de relais, si bien qu’elle put rendre la vie au quelques milliers de gargouille qui sommeillaient, en moins de quelques jours. Et elle se ferait surement passer un savon par Lisbeth en rentrant devant tant d’absence, mais c’était, encore une fois, justifié.

Elle ne resta donc pas longtemps après avoir terminé son ouvrage, et Ruby la raccompagna à l’entrée, lui expliquant comment revenir si elle en avait le besoin et Tara lui assura qu’elle pouvait venir la visiter au Palais s’il se passait quoi que ce soit. Leur coopération avait été brève, mais intense, et profitable à toutes les deux. Enfin, en espérant que Tara ne soit pas exécutée sur place par la rage de sa tante…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chroniques-am.actifforum.com/t5169-tara-tylanhem-duncan
 
Stone memories
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Stone +16
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» The Best Memories With Memories
» Protection energy magic stone of jinaar.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: Autre contrées :: Bascrit-
Sauter vers: