AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: RuinesRuinesPartagez | 
 

 Qui se trouve dans l'ombre d'une forteresse s'attire des ennuis, mais qu'est-ce qui arrive quand la dite personne s'en fout? [PV IRIS!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Solemba


avatar

Age du personnage : qui sait?

Familier : no
Couleur de magie : Démoniaque, noire strié rouge et or
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen
  • Plutôt élevé


Métier : Te torturé
Résidence : Limbes, cercle de la luxure à faire ce que tu veux pas savoir!
Dans le sac : Un long poignard fait dans de l'Onyx, des lignes d'un autre métal rouge sang-brillant traces le contours des gravures qui y sont faites. Il s'agit d'une arme empoisonnée que se plait à lancé Onyx sur tout ce qui bouge.


MessageSujet: Qui se trouve dans l'ombre d'une forteresse s'attire des ennuis, mais qu'est-ce qui arrive quand la dite personne s'en fout? [PV IRIS!]    Dim 2 Mar 2014 - 2:22


PV. NOM DU JOUEUR

RECRUTEMENT

dans l'ombre, personne ne vous entendra crier


Le ciel était sombre contrairement à son esprit qui était aussi clair que l'eau de la rivière qu'il admirait depuis déjà un long moment. Derrière lui, Elrond contrastait avec la beauté naturel en dévorant une jeune biche qui ne devait même pas avoir atteint sa maturité sexuelle. Une autre vierge dévorée par le grand oiseau carnivore. Quelques goutte du liquide vital vinrent tomber dans la rivière, la polluant du peu de mal qu'elles contenaient. Solemba regarda les gouttes se mélanger à jamais à la rivière qui les emporta, invisibles, au loin.

- "Voyons Elrond, tu manges vraiment sans délicatesse! Il faudra que je t'apprenne à manger avec une fourchette et un couteau" murmura le démon alors que l'immense piaf lui donnait un coup de tête tout gentil tout mignon, mais qui envoya le démon à la flotte...

Sortant la tête de l'eau, accroché à une roche, Solemba cracha un jet d'eau en fixant sa monture plumé d'une regard emplit de lassitude.

- "Avant les ustensiles, je t'apprend à contrôler ta force..." dit-il avant de nager vers le bord où il regagna la terre ferme avec un coup de patte de l'oiseau qui frotta sa tête contre lui, tout heureux qu'il était sans même réaliser ce qu'il avait fait.

Il fallait dire que l'humeur de l'oiseau était difficile à briser, surtout en présence de son maître. Le démon resta un moment contre Elrond, pas pour se réchauffer, mais juste parce que le plumé était confortable et que ses plumes étaient si douces au touché! Finalement, Solemba monta sur le dos de l'oiseau et se dernier s'envola. Au bout d'un moment, le démon s'endormit et ne réalisa donc pas que sa monture ailée prenait une direction... pas très recommandable

Lorsqu'il se réveilla enfin, Solemba réalisa qu'Elrond se dirigeait droit vers une immense bâtisse grise et terne, voir sans vie. Le démon pencha la tête et, tapotant le cou de sa monture, la fit descendre dans la forêt qui l'entourait. L'immense volatil trouva une zone moins boisée dans laquelle il pénétra et se posa. Il reprit son envole sur ordre de son maître et s'éloigna en quête de gibier pour repaître son appétit vorace.

Quand au démon, ce dernier ce mit à arpenté les terres inconnues qui se présentait à lui. Chaque arbres semblaient êtres imprégnés de magie démoniaque comme si un grand nombre de personne la pratique. Hors, s'était une magie puissante et méprisé, alors qui pouvait bien faire cela?

Curieux, Solemba se dirigea vers cette chose qui ressemblait à une citadelle. Aurait-il trouvé le repère de Magister sans même le savoir? Cela serait le comble de l'ironie! Cet endroit recherché par tous, découvert par un démon qui s'était endormit sur un aigle géant! Les gens ne le croiraient pas et de toute façon il ne le dirait jamais. Bien au contraire! Pourquoi le ferait-il alors que cet homme avait les mêmes envies que lui? Détruire les dragon! Soudain il y un eu craquement. La magie du démon se matérialisa comme un nuage noir autour de lui, langue de fumée qui entourait son corps. Elle révélait entièrement son identité; noire, démoniaque, parcouru tel un courant électrique par du rouge et de l'or.

Le regard perçant du démon se posa sur l'être qui venait d'arrivé. Solemba hésitait entre la foudroyer à mort sur place, ou la brûler dans un feu de joie! Dans les deux cas, il ne pourrait s'abreuver de son sang, mais s'était une tristesse qu'il pourrait noyer ailleurs.


© Yamashita sur épicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris


avatar

Age du personnage : 17

Familier : Un tigre blanc, Blico.
Couleur de magie : Cyan
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Sangrave, le Mal honey.
Résidence : Cette forteresse grise, comme chaque Sangrave qui se respecte.
Dans le sac : HUM. C'est personnel, disons.

Affinités : Jenna : meilleure amie
Nihal Shareem : soeur jumelle
Mattis Tay : petit ami

MessageSujet: Re: Qui se trouve dans l'ombre d'une forteresse s'attire des ennuis, mais qu'est-ce qui arrive quand la dite personne s'en fout? [PV IRIS!]    Sam 8 Mar 2014 - 10:33












What's the Fuck ?
feat. SOLEMBA


Un léger souffle d’air caresse mon visage et me rafraîchit enfin. Une chaleur accablante pèse dans la cité de la Forteresse Grise, et tous les Sangraves sont recroquevillés à l’intérieur de la bâtisse, assurés par la climatisation qui leur assure de ne pas leur tenir chaud.

Moi, non. Moi, je préfère rester dehors, profiter enfin des deux soleils qui nous ont tant manqués durant cette période insupportable de froid, de pluie, d’intempéries. Maintenant deux longs mois au moins que j’attends ce jour, celui où je pourrai rester toute la journée dehors, celui où je n’aurai pas à rester bloquée dans le château gris, entourés de gens ratés qui pensent que tout sera oublié s’ils prêtent serment à Magister, dans une sinistre ambiance déprimante. Ces monstres noirs n’aiment pas la chaleur du soleil ; ils la fuient. Beaucoup ont trop de dignité pour s’amener à enlever leur manteau gris, et ainsi prouver leur « faiblesse », uniquement pour profiter du soleil, le soleil qui est symbole du bonheur, le soleil qui brille. Ils préfèrent la couleur des ténèbres. C’est sombre, c’est parfait. À vrai dire, ils ne considèrent pas le noir des ténèbres comme une couleur : c’est pour cela que tout ceci leur semble si parfait, tout cet univers de mal. Dans cet univers, on dit que blanc et noir ne sont pas des couleurs ; je proteste. Le blanc représente le Bien dans toute sa splendeur, la virginité, l’innocence, la pureté, la Vie. Le noir représente le Mal, la lâcheté, la peur, la sobriété, le combat, la Mort. C’est un code-couleur : quelqu’un qui porte du blanc sera inoffensif, sage ; quelqu’un qui porte du noir sera méchant, hypocrite.

Je suis sensée penser comme eux. Je suis sensée être du Mal. Je suis sensée être méchante, sans pitié ; je ne devrais même pas avoir ce genre de pensées sur le blanc et le noir, je ne devrais même pas prendre le soleil. Je devrais être à ma place, dans l’immense maison, à me plaindre de ces êtres trop bons qui nous entourent avec mes collègues gris. Mais non, moi j’hôte ma cape, et je m’allonge dans l’herbe fraîche si bien entretenue, pensant à tout et à rien. Suis-je au moins toujours aussi mauvaise ? Il y avait un temps, vers mes quinze ans, ou tuer était ma définition du monde. Que m’arrive-t-il, pour me retrouver à douter de cette manière ? Lorsque Jenna est partie, il y a maintenant deux semaines, ses derniers mots ont été : « Je veux que tu vives, pendant que je vivrai. » Alors j’essaie de vivre. Si tel est son souhait, je l’exaucerai. Seulement, comment vivre alors qu’on s’est engagé à rester Sangrave ? Comment vivre, alors qu’on est le Mal ?

C’est ce que j’essaie maintenant de découvrir.

Les rayons ultra-violets me frappent violemment le visage, s’attaquant à ma peau pâle de demi-elfe. C’est chaud, très chaud, mais peu importe. Au point où j’en suis, ce n’est pas un pauvre rayon de soleil qui va me tuer. Mes boucles désormais blondes scintillent sous la lumière de l’astre immense, se reflétant tels des étincelles d’or. Mes cernes rouges se font invisibles sous le soleil tapant, et mes yeux davantage bleus qu’ils n’ont l’habitude de l’être.

Soudain, au loin, dans le ciel bleu sans un seul nuage pour brouiller cette parfaite harmonie, j’aperçois une bête volante géante, qui semble vouloir se poser dans les bois qui entourent la forteresse. Je me hisse sur mon fessier, tentant d’épier la bestiole, qui disparaît peu à peu dans la forêt broussailleuse. Il me semble alors qu’elle est chevauchée. Fascinée d’une telle apparition comme je n’en avais jamais vue, je m’élance entre les divers arbres, s’emmêlant de branche en branche, me bouchant le chemin. Recroquevillée, j’essaie de passer sous leurs membres de bois, tout en gardant ma vitesse. La température baisse alors : la fraîcheur des feuilles et la hauteur des arbres empêchent la chaleur du soleil de pénétrer dans le sombre bois.

Cachée derrière un arbre, j’observe la scène. Le cavalier de l’oiseau géant arpente les bois, comme perdu, à la recherche de quelque chose, je ne sais trop quoi, tandis que son compagnon s’est déjà envolé il y a un bon bout de temps. J’épie, discrète comme dame Nature, me fondant parfaitement dans le paysage. Je suis alors l’être pas-à-pas pendant une demi-heure au moins, sans prendre de le temps de le regarder en détails et de voir à quoi il ressemble. Puis, malheur à moi, je fais malencontreusement craquer une brindille sous mes pieds. La créature se braque alors, et de la magie noire se matérialise tout autour de son corps, l’enrobant tel un bouclier magique. Gênée, je sors de ma cachette, et me met face à lui. Il semble de mauvaise humeur, mais il ne me fait évidemment pas peur.

Je ressens alors sa magie à travers mes veines : c’est de la pure magie noire, mais pas Sangrave : c’est de la magie démoniaque, de la vraie, de l’authentique, celles des démons. Je me trouve donc face à un démon. Rassurant. S’il le voulait, il pourrait ne faire qu’une bouchée de moi. Mais loin de moi l’idée de laisser transpercer ma peur et de lui montrer ma faiblesse face à lui. Je l’affronte alors du regard, détaillant son corps. De longs cheveux noirs dégoulinent sur un torse musclé, mis à découvert par une ample veste dont la fermeture Eclair reste ouverte. Des yeux d’une couleur indéfinissable, peut-être rouge, me défient, l’air malsain, du haut de sa grande taille. Il me dépasse de deux têtes facilement. C’est alors vrai ce qu’on dit sur les créatures démoniaques : c’est fascinant, c’est beau, c’est étrange et magnifique, c’est effrayant.

Inutile de perdre mon temps sur la description de cette incarnation de la beauté :

« Hé mon grand, je ne voudrais pas t’importuner, mais à moins que tu ne comptes être le dîner du Maître ce soir, tu ferais mieux de te casser, et vite : tu n’as rien à faire ici. »

Je marquai une pose, observant sa réaction :

« Je ne suis pas du genre balance. Mais sérieusement : va-t’en. »


 Il paraît que les bonbons donnent des caries, que c'est mal de jurer, que le lait est plein de calcium, que la soupe fait grandir, que les oignons font pleurer. Il paraît que l'espoir fait vivre, que fumer tue, que la Terre est ronde, que si l'on veut on peut, que le chocolat est une drogue. Il paraît que le feu brûle, que la glace congèle, que E=MC2. Il paraît aussi que je suis gentille. Enfin, il paraît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4108-iris-because-the-evil-is-just-a-cover?highlight=iris
Solemba


avatar

Age du personnage : qui sait?

Familier : no
Couleur de magie : Démoniaque, noire strié rouge et or
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen
  • Plutôt élevé


Métier : Te torturé
Résidence : Limbes, cercle de la luxure à faire ce que tu veux pas savoir!
Dans le sac : Un long poignard fait dans de l'Onyx, des lignes d'un autre métal rouge sang-brillant traces le contours des gravures qui y sont faites. Il s'agit d'une arme empoisonnée que se plait à lancé Onyx sur tout ce qui bouge.


MessageSujet: Re: Qui se trouve dans l'ombre d'une forteresse s'attire des ennuis, mais qu'est-ce qui arrive quand la dite personne s'en fout? [PV IRIS!]    Dim 23 Mar 2014 - 17:10


PV. NOM DU JOUEUR

RECRUTEMENT

dans l'ombre, personne ne vous entendra crier



La forêt était grand et magnifique. L'air y était pure et le démon aimait bien l'endroit. Un coin tranquille où piaillaient les petits oiseau. Le vent sifflait entre les branches dans un doux sifflement et caressait  sa peau brûlante de créature de l'enfer. Solemba respira un grand coup alors qu'il se baladait par-ci par-là. Elronde passait de temps à autre au-dessus de lui, gardant un oeil sur son maître.

Le regard de Solemba s'arrêta à quelque reprise sur l'immense forteresse grise. Le démon sentait qu'il en suait une magie démoniaque et puissante qui ne résultait pas de ses nombreux habitants, mais d'une seule personne. Sans doute le maître des lieux. Le démon se demandait bien à qui pouvait appartenir ce bâtiment. Peut-être à ce dénommé Magister? Après tout, il avait tous ces incapables à placer quelque part et cet endroit semblait parfait. Soudain un craquement et d'un coup la magie démoniaque de l'être infernal se matérialisa autour de lui telles des centaines de langues vaporeuses striées de sang et d'or.


Le démon se tourna alors vers la provenance du bruit. Il hésita entre deux choses; brûler vif cette personne, l'électrocuter ou trouver le moyen de la faire exploser. Il pouvait toujours la donner en pâture à Elronde, ce dernier n'en ferait qu'une boucher. La jeune insouciante le détailla lui et son corps sur lequel on aurait facilement pu fantasmer des nuits durant. La nouvelle venue avait des cheveux noirs ou brun, Solemba hésitait entre ces deux couleurs. De toute façon, le démon ne s'attarda pas sur cette mortelle, en quoi pouvait-elle être intéressante? Ceux qui suivent les autres ne sont soient que des voleurs, soient des assassins ou de basse classe.

« Hé mon grand, je ne voudrais pas t’importuner, mais à moins que tu ne comptes être le dîner du Maître ce soir, tu ferais mieux de te casser, et vite : tu n’as rien à faire ici. Je ne suis pas du genre balance. Mais sérieusement : va-t’en. »


- Et qui es-tu pour m'ordonner de partir? demanda le démon, un sourire en coin, croisant les bras alors que la fumée noire lui servant de magie ne redevienne invisible, sans pour autant disparaître.

Solemba restait prêt à se battre, malgré que ses airs détendus semblaient plutôt nargué l'hybride qui se trouvait devant lui.

- Je suis le démon Solemba pour ma part, et si tu crois que je crains l'être que tu appels Maître, et bien tu te trompes de personne.

Non mais! Lui, avoir peur de quelqu'un d'autre? Non. Le démon avait apprit à ne pas craindre les autres êtres vivants, qu'ils soient humains ou d'autres races. Cependant il connaissait la notion de respect et si ce Maître était Magister, alors oui il le respecterait sans le craindre cependant.

© Yamashita sur épicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris


avatar

Age du personnage : 17

Familier : Un tigre blanc, Blico.
Couleur de magie : Cyan
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Très élevé


Métier : Sangrave, le Mal honey.
Résidence : Cette forteresse grise, comme chaque Sangrave qui se respecte.
Dans le sac : HUM. C'est personnel, disons.

Affinités : Jenna : meilleure amie
Nihal Shareem : soeur jumelle
Mattis Tay : petit ami

MessageSujet: Re: Qui se trouve dans l'ombre d'une forteresse s'attire des ennuis, mais qu'est-ce qui arrive quand la dite personne s'en fout? [PV IRIS!]    Ven 18 Avr 2014 - 21:17












What's the Fuck ?
feat. SOLEMBA


E
t qui es-tu pour m'ordonner de partir ? Je suis le démon Solemba pour ma part, et si tu crois que je crains l'être que tu appelles Maître, et bien tu te trompes de personne. »


Sur ce, il croisa les bras, faisant disparaître sa magie aussi noire que la mienne l’était. Le ton dédaigneux sur lequel il me parlait me déplaisait quelque peu ; sa façon de me toiser d’un air soi-disant détendu également : je n’étais pas dupe, même un humain aurait pu ressentir la tension qui coulait à flot dans ses veines.

Mon sang froid n’étant pas au rendez-vous ce matin et la colère que cette chose venait de provoquer en moi faisant frétiller mes narines, je me retrouvai en un quart de seconde à peine nez-à-nez avec lui, rapide grâce à ma partie elfique. Sur le moment, j’avoue que le scénario était un peu ridicule : moi, mesurant un mètre soixante-dix à peine, confrontant cette créature démoniaque haute d’au moins deux mètres à vue d’œil à un duel. Il était certainement plus puissant que moi, mais peut m’importait : de ma force surhumaine, je le plaquai contre un gros et solide chêne âgé d’au moins deux cent ans. L’être végétal feint de se plaindre, mais je n’en fis rien. Avant que le démon ne puisse s’en rendre compte, je sortis une petite dague de ma poche, et fis glisser la lame du haut de sa nuque à son torse. Je savais qu’il n’éprouverait sûrement aucune douleur, mais le mince filet de sang qui s’échappa de son corps me satisfit : je pointai mon index dans le coulis de sang, et le portai ensuite à ma bouche, dégustant le peu de sucre que contenait le liquide rouge. Mmh, plutôt ragoûtant, après réflexion. Je tentais cependant de garder mon sérieux, souhaitant pour rien au monde me ridiculiser face à ce monstre venu des ténèbres.

En exerçant une pression sur son torse avec la dague, je lui susurrai une simple réponse :

«  Je suis une Sangrave mon cher, prénommée Iris. Et je te déconseille de t’adresser à moi sur ce ton supérieur. Tu as d’ailleurs bien tort de ne point craindre Magister. Tu lui dois tout ton respect. Tu ne dois pas l’attaquer. Tu ne dois pas lui tenir tête. Tu dois bien t’adresser à lui. Tu dois l’écouter. Tu ne dois parler uniquement s’il te le demande. »

Je marquai une pause. L’atmosphère était tendue, on n’entendait plus que le souffle du vent faisant valser les feuilles séchées entre elles, leur donnant vie, mais donnant la mort au jardin. La mélodie qu’elles esquissaient était si douce et régulière que j’aurais pu m’arrêter là, m’asseoir, et continuer à l’écouter jusqu’à l’épuisement, jusqu’à ce qu’elle finisse de me bercer ainsi.

Sortant de mes pensées, je repris :

« Je dis ça, parce que c’est avec toi qu’il dînera ce soir. »

J’essuie une perle de sueur sur mon front, regrettant que le soudain souffle de vent soit parti. J’ôte mon t-shirt, ayant moins chaud avec le simple débardeur que j’avais dessous, et attrape Solemba violemment par le bras, le tirant de toutes mes forces vers la Forteresse avec moi. J’avais beau être dotée d’une force incontestable, j’avais beau tirer encore et encore, le démon ne bougeait pas, et restait figé face à moi, un sourire satisfait au visage.


 Il paraît que les bonbons donnent des caries, que c'est mal de jurer, que le lait est plein de calcium, que la soupe fait grandir, que les oignons font pleurer. Il paraît que l'espoir fait vivre, que fumer tue, que la Terre est ronde, que si l'on veut on peut, que le chocolat est une drogue. Il paraît que le feu brûle, que la glace congèle, que E=MC2. Il paraît aussi que je suis gentille. Enfin, il paraît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4108-iris-because-the-evil-is-just-a-cover?highlight=iris
Solemba


avatar

Age du personnage : qui sait?

Familier : no
Couleur de magie : Démoniaque, noire strié rouge et or
Niveau de magie :
  • Elevé
Niveau de combat :
  • Moyen
  • Plutôt élevé


Métier : Te torturé
Résidence : Limbes, cercle de la luxure à faire ce que tu veux pas savoir!
Dans le sac : Un long poignard fait dans de l'Onyx, des lignes d'un autre métal rouge sang-brillant traces le contours des gravures qui y sont faites. Il s'agit d'une arme empoisonnée que se plait à lancé Onyx sur tout ce qui bouge.


MessageSujet: Re: Qui se trouve dans l'ombre d'une forteresse s'attire des ennuis, mais qu'est-ce qui arrive quand la dite personne s'en fout? [PV IRIS!]    Ven 24 Oct 2014 - 2:39


PV. NOM DU JOUEUR

RECRUTEMENT

dans l'ombre, personne ne vous entendra crier



Cette petite chose que l'on appelait humain fascinait légèrement Solemba. Elle semblait perdre patience facilement et son sang froid devait avoir prit des vacances car, avec amusement, il vit le changement d'humeur dans les yeux de son homologue. Cela était si étrange, la sensation qui suivit. Il sentit le corps de la sangrave entrer en contacte avec lui, puis son dos frapper de plein fouet le tronc d'un arbre. Un gland tomba, entre leurs deux visage et le démon l'attrapa avec sa langue. Il était surprit de la force de cette mortelle, mais n'eut pas le souffle coupé. Il avait arrêté de respirer dès qu'il avait sentit le contacte de la femme sur son torse, simple réflexe. Un rire grave, moqueur, sortit d'entre ses lèvres lorsqu'il sentit la lame trancher la peau de son corps. Il se moquait de cela, le sang il le buvait dans de grande coupe! Il était un démon, la douleur il s'en foutait, la ressentait à peine.

«  Je suis une Sangrave mon cher, prénommée Iris. Et je te déconseille de t’adresser à moi sur ce ton supérieur. Tu as d’ailleurs bien tort de ne point craindre Magister. Tu lui dois tout ton respect. Tu ne dois pas l’attaquer. Tu ne dois pas lui tenir tête. Tu dois bien t’adresser à lui. Tu dois l’écouter. Tu ne dois parler uniquement s’il te le demande. »

là ce fut la goutte de trop et le démon éclata violemment de rire, se pliant en deux, ouvertement moqueur. Lui? Connaître la peur? Ah ces humains! Même les elfes savaient qu'ils ne connaissaient pas la peur! Avant que l'autre ne comprenne ses intentions, Solemba l'attrapa par la gorge et lui mit un coup de genoux puissant en plein diaphragme avant de lui décrocher un crochet du gauche. Ouvrant la bouche, le démon lança un sortilège du Pocus sur la sangrave avant de s'approcher plus d'elle.

"Alors Humaine, je vais te dire deux vérités bien crue que tu ferais mieux de te mettre dans la tête. Je n'ai point de maître que moi seul et je décide à qui je dois respect et toutes ces choses que tu viens de nommer, ensuite, je ne connais pas la peur. Ce sentiment est la pire faiblesse du genre humain, bien avant l'amour qui est, lui, à double tranchant. En ayant peur de quelqu'un, on perd ses moyens, on se perd soi-même. Nous, démons, ne connaissons pas se sentiment inutile et faiblard."

Un léger rire se fit entendre de sa part.

"Alors simplement voici comment je vois les choses; je ne crains point ton Maître, mais éprouve du respect, car je hais moi-même ces sacs-à-mains sur pattes. Eh oui, je sais ce que le mot "respect" signifie malgré ma "race". Alors calme ton sang, tu risques de t'évanouir. Déjà que tu transpire comme si tu étais malade... Je pourrais te croqué en un instant, ne l'oublis pas" lâcha le démon en s'éloignant, marmonnant le contre sort pour libéré l'humaine. " Et que veux-tu dire par, c'est avec moi qu'il dinera hum? Je ne le crois pas intéressé à dîner avec un genre de mon espèce. Oh fait, je suis Solemba" fit le démon avant de s'appuyer contre un arbre. "désolé pour le sort de Pocus, mais j'aime pas être plaqué contre les arbres. Après j'ai toute les misères du monde à retirer l'écorce de mes cheveux!" acheva-t-il, mêlant paroles et gestes en commençant à retirer de petits éclat de bois qui s'étaient émicé dans sa chevelure d'ébène.  


© Yamashita sur épicode

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui se trouve dans l'ombre d'une forteresse s'attire des ennuis, mais qu'est-ce qui arrive quand la dite personne s'en fout? [PV IRIS!]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui se trouve dans l'ombre d'une forteresse s'attire des ennuis, mais qu'est-ce qui arrive quand la dite personne s'en fout? [PV IRIS!]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cinéma : La valse dans l'ombre.
» Dans l'ombre des alcôves [Rôles Privés]
» Le paradis se trouve dans les seins d'une femme, sur le dos d'un cheval, entre les pages d'un livre.
» Dans l'antre de la Dame d'Esgaroth
» Tour des âmes=> monstres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: RuinesRuines-
Sauter vers: