AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: SmallcountrySmallcountryPartagez | 
 

 You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wilson E. Váldez


avatar

Age du personnage : 17 ans

Familier : /
Couleur de magie : Pas de magie
Niveau de magie :
  • Inexistant
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : Pas de métier, mais aide parfois à l'auberge
Résidence : L'auberge "Chez Anna" à Tingapour
Dans le sac : Dans le sac? Rien d'illégal, si c'est ce que vous voulez savoir.


MessageSujet: You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]   Mar 14 Mai 2013 - 22:22


















You were my nightmare, but now, I love You...



Du bleu. Un bleu profond, un abîme noir au centre. Juste un regard. De songeur, il devient cruel. Cruel, ou triste. Infiniment triste. Déçu peut être. Une légère brise. Une mèche de cheveux bruns-roux vient balayer cet océan de bleu. Puis soudain, tout est noir. Il n'y a plus rien. Tu es seul, chuchote une voix mielleuse. Pour toujours.

Kyo se réveilla en sursaut, le corps trempé de sueur, tremblant et haletant. En reprenant son souffle, il ferma les yeux, tentant d'effacer de son esprit cette image. Encore ce cauchemar. Des mois qu'il l'assaillait. Des mois que toutes ses nuits lui étaient dédiées. A elle. Janny. Celle qu'il aimait, mais ne pouvait pas aimer. Celle qu'il devait chasser, mais qu'il ne pouvait blesser. Celle à qui il pensait toute la journée et à laquelle il rêvait la nuit.

Il jeta un coup d’œil à la pendule. Cinq heures. L'heure pour un omoisien comme les autres de se rendormir. L'heure pour Kyo de se lever.
Il passa la main dans ses cheveux châtains ébouriffés. Ils étaient trop longs, emmêlés. En touchant ainsi ses cheveux, Kyo prit soudain conscience d'une chose, une chose à laquelle il n'avait jamais réfléchi. Il avait dix sept ans. Dix sept ans, c'était l'âge des découvertes, l'âge de l'amour. Et lui, depuis ses quinze ans, il en était réduit à sa promesse de vengeance. Et il commençait à regretter cette promesse. Il avait désormais conscience qu'elle était irréalisable. Pas seul, en tout cas. Il repensa soudain à cette louve qui avait tenté de le recruter dans le Clan des Ombres. Il ne lui avait toujours pas répondu. Il pourrait. Un jour, peut être.

Il se leva en soupirant. Il avait de nouveau un rendez vous, un homme devant lui donner un avis de recherche secret sur une femme suspectée comme étant une BSH. Il n'avait absolument pas envie de parler à ce type, pas envie de traquer cette femme. Formulant cette pensée, il fut surpris. Il y a un an, il aurait appelé une BSH une créature, ou une criminelle, voire pire. Maintenant il disait une femme. Il percevait de plus en plus ce changement qui s'opérait en lui. Et il ne savait pas exactement ce que cela signifiait. N'avait-il réellement plus envie de se venger ? Cela méritait réflexion. Après tout, toutes les BSH n'étaient pas comme Selenba, qui avait tué ses parents. Janny par exemple. Elle était tellement différente des femmes qu'il avait rencontré jusqu'ici...

Son souvenir ranima en lui quelque chose dont il ne soupçonnait même pas l'existence. Désormais, il ne voulait pas tuer cette femme qu'on lui demandait de rechercher. Il voulait l'aider.

Smallcountry. Kyo ne s'y était jamais rendu. Une occasion de découvrir. L'informateur avait eu une heure plus tôt un message selon laquelle la présumée BSH se trouvait dans une auberge située au centre de la ville. Il s'y rendit donc, un peu plus motivé que le matin. Il entra. L'ambiance était conviviale, l'auberge chaleureuse, mais Kyo, comme à son habitude s'assit à une table dans un coin et observa la scène.

Quelques buveurs minuscules étaient postés au bar. On était dans la ville des gnomes après tout. Son regard continua son inspection. Et soudain, il l'aperçut. La femme. A une table, dans le coin opposé. Elle se leva. Et soudain, il la reconnut. Ces cheveux étaient si beaux. Il flottaient autour de son visage de manière irréelle. Il ne réagit qu'une fois qu'elle fut sortie. Il se leva d'un bond, faillit marcher sur le serveur qui venait prendre sa commande et sortit en courant. Il l'aperçut sur sa droite. Sans réfléchir, il fonça, l'attrapa par l'épaule, et la retourna brusquement. Un seul mot sortit de sa bouche. Un prénom. Le plus beau prénom du monde.

-Janny...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janny E. De Brina


avatar

Age du personnage : 21 ans

Couleur de magie : Rouge Bordeau
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Ex-Assassin, aujourd'hui Barman & Voleuse.
Résidence : Un hangar près de Tingapour, et sinon...la rue.
Dans le sac : Un couteau, un couteau suisse, une trousse à maquillage, de l'argent et des provisions. On ne sait jamais quand on devra à nouveau s'enfuir.


MessageSujet: Re: You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]   Jeu 16 Mai 2013 - 0:18


Kyo & Janny
I love you, can't deny it, even if you're my nightmare.




Je regarde le pauvre humain recroquevillé contre le mur. Je m'approche de lui, à pas de félin qui jubile de voir sa proie traumatisée de savoir qu'elle vit les dernières secondes de sa vie, prête à boire son sang à l'odeur si alléchante mais...

Mais une force me bloque. M'arrête net en plein chemin. Je ne peux tout simplement pas le tuer. En regardant ce petit être chétif innocent, j'éprouve de la pitié. Je refoule un soupir et tente d'arborer mon plus beau sourire en ajoutant une pointe de joie dans ma voix:

-Souriez vous êtes filmés! Allez petit file, sinon c'est reparti pour un tour avec les caméras cachées!

Le gamin est trop soulagé et heureux qu'il gobe mon histoire avec toute la crédulité des enfants de son âge. Et il s'enfuit à toute vitesse de la grotte confortable qui me sert d'abri.

Je m'effondre sur la pierre. Je suis même plus fichue de boire du sang humain. Et d'un gosse de surcroît. Je ne suis capable plus que de tuer comme avant. Ca a été dur mais j'ai retrouvé le plaisir de la torture.

Je suis brisée. De moi, il ne reste plus rien. Que des ruines. Les archives des fondations de l'édifice que j'ai mis tant d'années à bâtir. Oui que des ruines. Et le souvenir d'un visage.

J'avais découvert une amitié avec le brun ténébreux. Nous nous étions compris durant un petit moment de ma dépression passagère. Je suis redevenue normale, ou plutôt j'ai remis le masque sur mon coeur. Et lorsqu'on s'est recroisés, il l'a fait tomber. À jamais.

Il a arraché mon masque avec un simple baiser. Il m'a détruite et remise en question. Fait éprouver des sentiments dont je me servais pour détruire. Il a laissé une plaie béante en moi, qui ne cicatrisera jamais, avec son empreinte.

J'ai toujours une cicatrice au fond de mon coeur. Elle avait disparu, il en a ouverte une seconde, plus profonde. Mais le plus cruel, c'est qu'il n'est pas responsable.

La responsable, c'est moi.

J'aurais dû m'avouer dès le début qu'il traquait des phénomènes comme moi, des BSH. J'aurait dû comprendre que savoir que nous étions identiques au plus profond de notre âme provoquerait la chute de mes barrieres. J'aurait dû tout lui avouer dès le départ.

Mais m'avouer que je l'aimais, c'était trop dur.

Je constate avec pitié ce que je suis devenue. J'ai déprimé, sombré dans un abîme sans fond pendant une si longue période. Sans mon masque difficilement recollé, cette Janny qui ne m'a pas abandonnée et s'est battue pour vivre même après mon rejet d'elle et m'a de nouveau sauvé la vie, je serai dans le même état aujourd'hui.

Mais je ne suis plus la même qu'avant. Les fondations ont de nombreuses faiblesses, je suis moins forte, je commence à éprouver pitié et compassion pour les personnes, je ne bois plus de sang humain...

J'ai retrouvé par contre le plaisir du crime dans son entièreté. Cela est survenu un soir, quelques jours après ma "guérison". Un couple de jeunes adolescents, 17 ans comme lui et moi. Ils étaient si heureux.

J'ai laissé libre cours à ma colère et ma violence, mon chagrin, refoulés dans mon coeur. Pourquoi eux avaient-ils le droit de s'aimer heureux et pas moi? Pourquoi ne m'accordait-on pas ce privilège? La fille, elle n'est pas amoureuse du gars qui veut sa mort. Et ce dernier ne l'aime pas contre son gré.

Je les ai torturés jusqu'à la fin. Utilisé l'un et l'autre, l'un contre l'autre. Je me sentie mieux, comme avant. Je n'avais pas prévu la nouveauté, le remords. Mais cette pointe de culpabilité était si petite qu'elle fut rapidement ignorée.

J'ai fait plein de choses depuis...qu'on s'est encore quittés. Alors qu'on venait de comprendre. J'ai même été pirate c'est dire! Ca m'a beaucoup apaisé la conscience et Leia est une capitaine admirable. J'ai appris aussi. En fait, j'ai surtout beaucoup erré. Psychologiquement parlant s'entend.

Parce que j'ai continué un peu mon métier. Là je suis sur un reportage à SmallCountry, la ville à côté. J'en reviens, il est fini. J'ai voulu voir si l'instinct de BSH était revenu. Les méthodes et l'instinct oui, mais pas le courage.

Je n'ai pas bougé. Je songe à retourner à l'hôtel. Peut-être passer au bar. Histoire de se changer les idées.
Je marche, laissant mes jambes avancer. Je continue, sans notion du temps. D'ailleurs, cette notion aussi est perdue depuis longtemps.

Je pousse la petite porte du bar. Je me sens lasse. Si triste, si blessée, poignardée. Et hantée. Toujours. Je le revois chaque nuit. Son regard de connivence, puis de reproche. Les traits de son visage, ses expressions. Il m'embrasse puis...plus rien, le néant, le noir total.

En fait, je revis la scène. Sans arrêt. Avec l'intensité de son regard, ce contact si bref entre nous, et la déchirure, la douleur. Un cauchemar épouvantable. Un cauchemar dans lequel j'évolue et me bats pour survivre.

Assise, je demnde une bouteille de Tzinpaf. J'ai même pas réussi às tuer un stupide demi lutin P'abo, je suis faible, il m'a brisée. Ce refrain trotte dans ma tête, tourne en boucle, mais je ne cèderai pas à l'alcool. Ni aux larmes.

Je n'ai pas pleuré depuis mes quatres ans. Et après son départ, pas pluq de trois larmes amères. Mais durant toute ma dépression, j'ai tenu le coup fièrement. Ce serait stupide et lâche de flancher maintenant.

Je paye et sort du bar. Je trouve qu'il fait froid et m'enfonce dans mon écharpe, mes mains engoncées dans les poches de mon manteau. Et je manque mourir.
Parce qu'il est là. Derrière moi. J'aurais reconnu le contact de sa main sur mon épaule entre mille. Ainsi que sa voix. Ce petit chuchottement presque imperceptible...La façon dont il prononce mon prénom. Ce Janny... soufflé dans l'air prrès de mon oreille.

Kyo. Il est là. Ce prénom si beau, si lourd de sens. Et son propriétaire toujours si beau, près de moi, à SmallCountry. Tout ce que je peux lâcher, sans réussir à empêcher douleur et bonheur de se mêler à mon murmure, c'est:

-Kyo...

Il est difficile d'exprimer les sentiments que je ressens. Indescriptibles. Le chaos total.
Je sais juste une chose. Kyo ne doit pas le voir, mais je ne peux plus le cacher.

Je pleure doucement.



codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4785-janny-e-de-brina-fini
Wilson E. Váldez


avatar

Age du personnage : 17 ans

Familier : /
Couleur de magie : Pas de magie
Niveau de magie :
  • Inexistant
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : Pas de métier, mais aide parfois à l'auberge
Résidence : L'auberge "Chez Anna" à Tingapour
Dans le sac : Dans le sac? Rien d'illégal, si c'est ce que vous voulez savoir.


MessageSujet: Re: You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]   Mer 22 Mai 2013 - 18:49
















Hold me, kiss me, love me...



Aujourd'hui, tout avait changé. Un seule chose, plutôt. Mais l'équilibre du monde en avait presque été bouleversé. Aujourd'hui, Kyo avait retrouvé Janny. Et il s'était retrouvé lui même, par la même occasion.

Et soudain, le temps s'arrêta. Comme si ce prénom avait été le mot magique pour stopper l'écoulement des secondes. Ils restèrent ainsi, longtemps, regard vert dans regard bleu. Le temps passé ainsi était impossible à définir. Trop long. Ou trop court. Ou trop entre les deux. Puis, soudain, le mot magique pour redémarrer le temps sortit de la bouche de Janny :

-Kyo...

Là encore, un murmure. Mais il résonna dans le cœur de Kyo plus fort que n'importe quel cri. Il résonna dans ce cœur qu'il avait fait taire bien trop longtemps, ce cœur qui battait désormais plus fort que jamais. Ce cœur qu'il laissait vibrer à l’unisson avec un autre.
Mais soudainement, dans ce même cœur, le bonheur absolu laissa la place à l'incompréhension. Parce que Janny pleurait. Doucement, plus doucement encore que ce prénom qu'elle avait murmuré quelques secondes plus tôt. Les larmes coulaient telles des perles de verre sur les joues pâles de la plus belle vampyre du monde.

Mais Kyo ne comprenait pas. Mille pensées contradictoires se bousculaient dans son esprit, le plongeant dans la confusion la plus totale. Pourquoi ces maudites larmes ? Pourquoi cette tristesse ? En un instant, tout s'éclaira. Et la douleur l'envahit. Comment avait-il pu être aussi idiot ? Aussi aveugle ? Il l'avait abandonnée, lâchement abandonnée. Comme un chien au bord de la route dont on n'a pas besoin pour partir en vacances.

A cet instant, cet instant précis, il réalisa à quel point il l'aimait. Et à quel point il avait peur de la perdre à jamais.
Mû par un soudain instinct, il la prit dans ses bras, la serrant fort, comme pour ne pas qu'elle disparaisse. Ils faisaient presque la même taille, joue contre joue, et les larmes de Janny se mêlèrent aux siennes, qui s'étaient mis à couler silencieusement.
Les longs cheveux de Janny lui caressaient les bras et le visage, son parfum pénétrait au plus profond de son être.

Longtemps, Kyo la tint ainsi dans ses bras, sans pouvoir se détacher d'elle. Une éternité plus tard, il osa enfin la regarder droit dans les yeux et lui énoncer la seule réalité qui existait dans cette vie :

-Je t'aime.

Kyo aimait Janny. Et le monde redevenait tel qu'il devait être. Il ne le resta pas longtemps. Il se remit à tourner à l'envers lorsque, comme d'elles même, les lèvres de Kyo rencontrèrent celles de Janny.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janny E. De Brina


avatar

Age du personnage : 21 ans

Couleur de magie : Rouge Bordeau
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Ex-Assassin, aujourd'hui Barman & Voleuse.
Résidence : Un hangar près de Tingapour, et sinon...la rue.
Dans le sac : Un couteau, un couteau suisse, une trousse à maquillage, de l'argent et des provisions. On ne sait jamais quand on devra à nouveau s'enfuir.


MessageSujet: Re: You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]   Sam 1 Juin 2013 - 13:19


Kyo & Janny
I love you, can't deny it, even if you're my nightmare.

Les larmes coulent doucement sur mes joues, en rythme. Je ne sais pas, je n'ai aucune idée de la raison pour laquelle je n'arrête pas ce ballet de gouttes. Ou si, je sais. Parce que je n'en ai pas la force.
Les larmes, je les ai pourtant toujours haïes, refoulées, détestées. Pour moi, elles étaient un gage de faiblesse, enfin pas seulement: des vestiges de mon ancienne vie.

Et maintenant, même si je refuse de l'admettre, j'ai besoin d'elles. Je trouve en ces perles cristallines un soulagement indistinct, une sorte de réconfort. Je ne suis plus qu'une fille normale, mais blessée au point d'en être anéantie, qui a besoin d'évacuer son chagrin.

Je ne voulais pas que Kyo me voit pleurer. Il a d'un une autre image de moi, celle d'un tyran, un monstre sans coeur, et deuxièmement, il ne comprendrait pas. Il ne comprendrait pas qu'elles coulent en partie par sa faute.

C'est lui qui me bouleverse au point que tout l'édifice que j'ai bâti pour devenir forte s'écroule, pour laisser revenir à la surface une fille seule, sans défense ni armes, et dont la pression accumulée depuis tant d'années réduit en miettes ce petit être fragile.

Peut être que m'être protégée ainsi en me coupant du monde et en acceptant ma condition de monstre n'était finalement pas la meilleure solution. Ou peut-être que si. Cela m'a ouvert les yeux sur ce qui était réellement important dans ce monde hostile: les sentiments.

A ce moment précis, je constate que Kyo m'observe. Je le dévisage brièvement avant de me détourner. Je refuse catégoriquement qu'il ait pitié de moi. Ce n'est pas ce que je veux. C'est même la dernière.

Et je sais que ce que je désire tout au fond de moi ne peut pas se réaliser. Souhaiter être aimée par ce garcon incroyablement beau et intelligent, que d'ailleurs j'avais "rejeté" pour rester forte? Impossible. C'est un rêve de gamine au même titre que celui de la rencontre du prince charmant.

Mais je ne me suis pas retournée assez vite. Kyo a eu le temps de voir mon visage et je sens de l'incompréhension. Quelle abrutie j'ai été de le regarder! Je savais que c'était ce qui surviendrait! Et ceci ne fait que redoubler mon chagrin silencieux.

Soudain, je ressens un sentiment de bien-être et d'apaisement. Je sais que c'est lui qui m'a invitée à pleurer dans ses bras. Ce que je déteste. Car c'est justement ce que je redoutais : qu'il me console par pitié. Mais malgré cela, je ne bouge pas de ses bras, même si je ne devrais pas y être.

Je n'ai jamais été aussi proche de lui que maintenant et ce contact avec son corps était loin de me déplaire. Je n'avais aucune raison de m'écarter si ce n'est celle de ma conscience.
Et s'il y a bien une chose que j'ai apprise, c'est qu'il vaut mieux en présence de Kyo écouter la voix de mon coeur. Et celui-ci me dit de ne pas bouger de là, de rester ici avec ma tête nichée dans son cou à sécher mes larmes.

Je remarque que Kyo est seulement un tout petit peu plus grand que moi, car lorsque je lève la tête pour le regarder, et par ailleurs m'échapper de l'emprise de son corps et de son parfum enivrant, perdue sur le chemin tortueux de l'incertitude, je suis presque aussi grande que lui.

Je ne peux m'empêcher de le regarder, il est toujours aussi séduisant et beau. Et c'est là que je me rends compte qu'il m'a terriblement manqué. Mais est-ce réciproque?
Je suis emplie de doutes, je ne sais toujours pas si ses sentiments pour moi sont toujours les mêmes. Je l'espère du fond de mon coeur.

Et c'est là que trois petits mots franchirent ses lèvres, trois mots qui réchauffèrent mon coeur, effaçant mes doutes et apportant l'espoir, la sortie au bout du tunnel ténébreux dans lequel je me trouvais.

Trois mots prononcés si sincèrement que je les crus. Trois mots qui firent naître un sourire sur mon visage et lui faire prendre une teinte pivoine impossible à cacher. Ces mots n'étaient autres que

-Je t'aime.

Et ensuite, tout se passa très rapidement. Nous nous embrassions comme la première fois, à la différence près qu'il s'agissait cette fois d'un vrai baiser. Qui dura nettement plus longtemps. Et contrairement à toutes les opinions que j'avais eues sur un premier baiser, ce n'était pas le moins du monde désagréable.

Il fallut pourtant se séparer à un moment donné. Je me décidais à avouer à Kyo ce que je ressentais pour lui. Et même si je lui en voulais de m'avoir abandonnée, ce n'était en aucun cas sa faute.

Donc c'est en laissant transparaître tout mon amour dans ma voix que je prononcais la phrase qui scellerait définitivement mon destin:

-Moi aussi.

J'eus une réaction totalement innatendue venant de ma part: je le serrais contre moi de ma propre initiative. Et l'on sait que les contacts volontaires et moi, ca n'est pas une grande histoire d'amitié. Je me moquais bien que les passants nous remarquent, je voulais juste l'avoir près de moi. Etre heureuse.

Je m'écartais légèrement, en lui décochant le plus beau sourire que j'eusse jamais fait. D'un ton moqueur, les yeux brillants, je taquinais le jeune homme qui m'avait fait comprendre que ma théorie sur l'amour était plus qu'erronnée, me faisant découvrir ce dernier. Car oui je l'aimais maintenant, et n'envisageais plus d'être à nouveau séparée de lui.

-Alors comme ca tu n'es plus embêté d'aimer un monstre maintenant? Les choses changent dirait-on. Ce n'était pourtant pas ce que tu désirais quand tu m'as laissée souffrir et que tu es venu hanter mes cauchemards, si?

Bon, faut vraiment que je fasse des efforts en humour "normal". Parce que c'est franchement pas génial même pour taquiner gentiment. J'ai un mauvais souvenir de la dernière tentative d'humour avec lui, au bar. Mieux vaut éviter et prendre des cours ca sera plus raisonnable.

Je pris une grande inspiration et déglutis. Le moment tant redouté était arrivé. Il faut qu'il sache mon histoire. Qu'il comprenne que je suis différente. Comment je suis devenue cette meurtrière dépourvue de coeur. Pourquoi surtout. Et que je ne suis pas ue vraie BSH. Bon en même temps j'en suis même plus une fausse alors...

-Je...à propos de monstre je...je pense que je te dois des explications.

Je n'ai raconté jusque là mon histoire qu'à deux personnes. Et encore, pas l'entière vérité. Seulement le superficiel. C'était toujours vraiment dur de commencer ce récit. Je partis m'asseoir sur un petit banc de pierre, le visage entre les mains. Je rassemblais mon courage et démarrais.
codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4785-janny-e-de-brina-fini
Wilson E. Váldez


avatar

Age du personnage : 17 ans

Familier : /
Couleur de magie : Pas de magie
Niveau de magie :
  • Inexistant
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : Pas de métier, mais aide parfois à l'auberge
Résidence : L'auberge "Chez Anna" à Tingapour
Dans le sac : Dans le sac? Rien d'illégal, si c'est ce que vous voulez savoir.


MessageSujet: Re: You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]   Mar 18 Juin 2013 - 19:42
















Hold me, kiss me, love me...




Les couleurs qui se mirent soudain à tourner dans la tête remplacèrent parfaitement ce monde en noir et blanc, aussi terne qu'une vieille carte postale oubliée au fond d'un tiroir. Rien n'existait plus que Janny et ses lèvres chaudes posées sur les siennes. Le baiser se prolongea dix secondes, ou peut être vingt, ou même des heures. Le temps n'existait plus.

Lorsque Janny se détacha, au bout de ce temps infini, elle prononça les mots qu'il avait attendus depuis si longtemps. En répondant ainsi à son amour, elle le confortait définitivement dans sa décision.


-Moi aussi.


Et, chose totalement inattendue, elle le serra contre elle, comme personne ne l'avait jamais serré. Avec amour, un amour qui était d'une force qui lui donnait le vertige. Un amour qu'il lui rendait. Son odeur si spéciale, si indescriptible, envahit la moindre parcelle de son esprit qui n'était pas occupée par son image. Quand elle se détacha légèrement et qu'elle lui offrit son plus beau sourire, le cœur de Kyo se décrocha dans sa poitrine, tant elle était belle.


-Alors comme ça tu n'es plus embêté d'aimer un monstre maintenant? Les choses changent dirait-on. Ce n'était pourtant pas ce que tu désirais quand tu m'as laissée souffrir et que tu es venu hanter mes cauchemars, si?

Aïe. Le coup résonna dans son esprit. Pourquoi disait-elle cela ? Était-ce pour le déstabiliser, le pensait-elle vraiment ? Ou bien était-ce une tentative d'humour ? Il lui jeta un regard inquiet et interrogateur. Il ne voulait pas qu'elle lui en veuille.

Elle déglutit, inspira profondément. Le cœur de Kyo se mit à battre plus fort. Avait-elle décidé de lui raconter quelque chose ? Voulait-elle réclamer des excuses, des explications ? Dans l'attente et l'incertitude, il ne savait que penser. Aussi, il l'écouta avec attention lorsqu'elle bredouilla :


-Je...à propos de monstre je...je pense que je te dois des explications.

Des explications, donc. Lui aussi en avait à lui donner. Il inspira également. Il était grand temps qu'ils s'expliquent, oui. Sur plusieurs points. Il acquiesça donc et la suivit alors qu'elle se dirigeait vers un banc. Et elle commença son récit.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janny E. De Brina


avatar

Age du personnage : 21 ans

Couleur de magie : Rouge Bordeau
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Elevé


Métier : Ex-Assassin, aujourd'hui Barman & Voleuse.
Résidence : Un hangar près de Tingapour, et sinon...la rue.
Dans le sac : Un couteau, un couteau suisse, une trousse à maquillage, de l'argent et des provisions. On ne sait jamais quand on devra à nouveau s'enfuir.


MessageSujet: Re: You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]   Sam 22 Juin 2013 - 15:31


Kyo & Janny
I love you, can't deny it, even if you're my nightmare.




Kyo s'assit sur le petit banc de pierre à mes côtés. Sa présence me perturbait autant qu'elle me rassurait. Avec lui j'étais troublée, mais aussi heureuse et le plus amusant, en sécurité. Ironique de la part d'une meurtrière n'est-ce-pas? Et en sécurité par rapport à quoi, ou à qui d'abord? Eh bien, par rapport à moi. Je n'ai, loin de là, pas peur de moi-même. Mais je tiens à me protéger de mes côtés trop roses ou trop sombres. En conclusion, avec Kyo, je suis le juste milieu. Juste la véritable Janny. Et c'est d'elle qu'il est tombé amoureux. Cela signifie qu'il est peut-être temps que j'assume qui je suis, que je reconnaisse mes deux personnalités, afin qu'elles fusionnent dans le but de ne devenir qu'une seule et unique entité. Peut-être...

Je commencais donc mon récit, avec plus que difficulté que les deux fois précédentes. Pourquoi? Parce que cette fois-ci je contais l'entière vérité. Pas juste une partie. Et à la personne qui comptait le plus pour moi. Celle qui était la plus chère à mon coeur, qui pour l'instant battait à tout rompre. Il espérait que Kyo ne me jugerait pas, ne serait pas dégoûté, et qu'il n'aurait pas pitié.
Je fis volontairement remonter mes souvenirs à la surface. Ce fut moins dur que je ne le pensais. D'une voix qui me parut lointaine, étrangère, je racontais mon histoire.

-Mon père est mort quand j'avais deux ans. C'est de lui que j'ai hérité mon goût pour le combat. Ma mère travaillait à la Brigade Noire. Elle s'est remariée avec un de ses collaborateurs que ma soeur Netalia de deux ans mon ainée et moi-même ne pouvions supporter. Nous passions le moins de temps possible avec nos parents, vivant indépendamment d'eux. J'étais une petite fille douce et innocente, gaie et rieuse.
Netalia, charmante et géreuse, véritable coeur d'or. Mais on nous détestait. On nous harcelait, insultait, piégeait, rejetait du côté des nains et des vampyres, car nous n'étions pas assez des leurs. On souffrait toutes les deux et on se taisait. Je bouillonais mais ma soeur m'apaisait.
Vint un jour où Netalia m'offrit mon premier arc. J'avais un don pour le tir, cela se savait dans la région. Mais la première flèche atteignit un humain qui passait par là et le tua d'un coup. C'était involontaire. Et comme nous étions très jeunes, nous avons décidé de boire son sang pour faire croire à une attaque de BSH.


Je m'arrêtais un instant pour reprendre ma respiration et continuai:

-Nous découvrîmes alors que de notre partie naine, nous n'étions pas totalement dépendantes de sang humain. Nous ne présentions pas les habituels effets secondaires, mais nous devenions plus fortes. Je commencais à me venger petit à petit, au désespoir de Net', de ceux qui m'avaient blessée.
Et ma mère découvrit un jour que nous étions en quelque sorte...ses ennemies. Ce fut si honteux qu'elle en oublia que nous étions ses filles. Elle voulait nous tuer et nous nous enfuîmes. C'est là que je changeai de personnalité.
Nous vécûmes en paix un moment, vivant comme jourstalistes à Travia et fûmes rattrapées. Netalia n'eut pas autant de chance que moi, j'étais dévastée.
C'est là que Maggychou entre en scène.


Je passais maintenant à la dernière partie du récit. Je n'osais pas tourner la tête vers Kyo, refusant de voir sa réaction. Cela pourrait peut-être me décourager et m'empêcher de poursuivre. Après une dernière inspiration je poursuivis:

-Magister avait entendu parler de nous, et nous voulait absolument dans sa team. Ses sbires, trouvant Netalia mourante la sauvèrent sur ordre de Mag, en échange de ses services en temps qu'espionne. Car elle était trop bonne pour tuer de sang-froid. Et évidemment, j'étais indispensable pour cette tâche.
J'hésitais à intégrer leurs rangs. Pendant plusieurs années, je demandais du temps à mon nouveau super pote pour délibérer: ma soeur ou ma liberté. J'étais invitée d'honneur à la Forteresse, voyait ma soeur quand je voulais, et j'étais libre. Pourquoi travailler pour ces imbéciles? Je tuais, buvais du sang humain deux fois par an, me vengeais, quand et comme bon me semblait. J'étais heureuse, j'avais une amie, Nais, qui m'accompagnait parfois...Telle était ma vie avant que tu ne la bouleverse.


Lorsque j'eus fini, je plongeais enfin mon regard dans celu de Kyo qui m'avait religieusement écoutée. Je n'avais aucune idée de ce qu'il pensait. Je lui murmurais en me levant pour faire les cent pas en me tordant les mains:

-Je te comprendrais si tu voulais t'enfuir. Maintenant que tu connais la vérité sur moi tu dois être dégoûté. Et je ne te blâme pas.

Je pressais mes mains sur ma tête tant j'étais nerveuse, en proie à un terrible stress surgi de je ne sais où. Me remémorer et évoquer mon parcours m'a mise dans un de ces états...
Je tente tant bien que mal de garder mon calme apparent, ceci étant mission réussie, et de me contrôler, ceci étant nettement plus dur. Je ne sais pas du tout ce qui pourrait apaiser mon trouble. Personne n'imagine à quel point c'est dur de raconter la vérité sur soi pour la première fois depuus sept ans.


codage par langweilen sur apple-spring

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4785-janny-e-de-brina-fini
Wilson E. Váldez


avatar

Age du personnage : 17 ans

Familier : /
Couleur de magie : Pas de magie
Niveau de magie :
  • Inexistant
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : Pas de métier, mais aide parfois à l'auberge
Résidence : L'auberge "Chez Anna" à Tingapour
Dans le sac : Dans le sac? Rien d'illégal, si c'est ce que vous voulez savoir.


MessageSujet: Re: You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]   Dim 30 Juin 2013 - 18:00
















Ne plus te quitter... plus jamais





Elle sembla avoir un peu de difficultés à se lancer. Kyo la comprenait, si son histoire était aussi dure que la sienne, ce ne devait pas être facile de la raconter. Mais elle commença enfin, et ce que Kyo entendit alors, le remplit encore plus d'affection pour la jeune fille. Elle avait vécu tant de choses dures! Le fait que sa mère ait presque voulu la tuer... ça paraissait encore pire que de perdre ses parents.

Et elle aussi avait perdu une sœur. Entendre cela le toucha profondément. Il l'aimait déjà avant de connaître son histoire. Mais maintenant qu'il en savait plus sur ce qu'elle avait vécu, cela la rendait encore plus chère à ses yeux.

Quand elle eut enfin fini, elle se leva et se mit à marcher de long en large, ses magnifiques cheveux voletant autour de sa tête. Kyo aurait pu la regarder ainsi longtemps, mais le regard torturé qu'elle lui jeta le fit bondir. Alors qu'elle parlait encore, il lui prit les mains:

-Je te comprendrais si tu voulais t'enfuir. Maintenant que tu connais la vérité sur moi tu dois être dégoûté. Et je ne te blâme pas.

Dans un élan d'amour, Kyo la prit une nouvelle fois dans ses bras, et lui chuchota à l'oreille:

-M'enfuir? Tu ne crois pas que je t'ai assez fuie comme ça? Et, ajouta-t-il avec un sourire, tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement. Je t'aime, je ne te lâcherais pas.

Il l'embrassa sur le front, et plongea une nouvelle fois dans son regard bleu. Puis, sentant que c'était à son tour, il se lança:

-Puisqu'on est aux révélations, je vais t'expliquer pourquoi je t'ai... rejetée. En fait, quand j'avais quatorze ans, Selenba a attaqué le village où je vivais et a tué tout le monde. Moi et ma sœur nous n'étions pas là ce jour là, et quand en revenant, nous avons trouvé tous ces cadavres je...

Il ferma les yeux, tentant de chasser toutes ces images du passé qui remontaient à la surface. Puis il reprit:

-J'ai ressenti une telle colère! Je ne voyais rien d'autre à faire que de tuer toutes ces « erreurs de la nature » comme je les appelais. Et quand Mya, ma jumelle, a disparu, c'est devenu encore pire. Elle était la seule ancre qui me rattachait au monde. Mais, heureusement, termina-t-il en regardant Janny dans les yeux, j'en ai une autre. Et celle là, je ne veux pas la perdre.

Les dés étaient jetés. Ils ne se quitteraient plus. Ils retrouveraient Mya, et ils ne se sépareraient plus. Plus jamais.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 
You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Let Love Lead The Way [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: SmallcountrySmallcountry-
Sauter vers: