AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: OmoisOmois :: TingapourPartagez | 
 

 Embrouille en boîte [with ma p'tite nièce et Coin Coin ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Deux couteaux, un crochet, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

MessageSujet: Embrouille en boîte [with ma p'tite nièce et Coin Coin ♥]   Lun 1 Avr 2013 - 20:30


Les talons claquent le sol sombre de Tingapour. La nuit vient juste de tomber et les étoiles apparaissent les unes après les autres. Omois s'endort. La vie nocturne se réveille. Par vie nocturne, j'entends les bars, les petites soirées entre potes et... les boîtes de nuit. C'était là qu'allait Lisa. Elle avait appris qu'il y avait une boîte pas loin et elle avait décidé d'essayer, après avoir troqué ses vêtements décontractés habituels par une petite robe super sexy et des talons. Ben oui, vous êtes déjà allés en boîte en jogging et baskets vous ? Si c'est le cas, et bien... euh, bonne chance pour la suite. Mais bref. Lisa marchait donc (assez difficilement, à cause des talons dont elle n'avait pas l'habitude), (pour dire vrai, on dirait un canard), (je sais, il faut que j'arrête avec mes parenthèses) dans les rues de Tingapour, jusqu'à ce qu'elle arrive enfin à destination.

Une vingtaine de personnes faisaient la queue devant la porte, et à en croire le bruit qui s'échappait du bâtiment, il devait bien y avoir au moins une centaine de gens déjà à l'intérieur. La Voleuse dut patienter quelques instants avant d'arriver jusqu'aux videurs. Il la contrôlèrent vite fait et elle rentra dans la salle. Elle fut direct mise dans l'ambiance ; la musique était à fond ; tout le monde dansait ; tout le monde buvait ; tout le monde s'embrassait. Et moi j'ai réussi à placer mes points-virgules. Avouez qu'ils gèrent ! Enfin bref. Je disais donc, l'ambiance était au rendez-vous et Lisa ne tarda pas à faire comme tout le monde, c'est-à-dire à danser, à boire, et à... euh non, quand même pas à embrasser. Elle était là pour s'amuser, mais pas pour tromper son copain.

Au bout d'une petite trentaine de minutes, et après avoir giflé un mec qui la draguait un peu trop lourdement, Lisa aperçut un visage familier. Elle réussit à mettre un nom dessus après quelques secondes d'intense reflexion. C'était L'ilne ! La fille un peu (beaucoup) tarée qui avait joué un petit caneton avec elle lors de l'Event ! Ah ouiiii ! Lisa lui adressa un grand sourire. Tout en espérant que c'était bien elle et pas une parfaite inconnue mais qu'elle aurait confondu à cause des lumières de la boîte (et aussi à cause de l'alcool). Parce que ce n'était pas qu'elle aurait eu l'air bête, mais un peu quand même. Enfin, heureusement, L'ilne avait l'air de l'avoir reconnue, donc c'était bon. Ouf. Lisa put se remettre à danser tranquille et sans crainte.

Lorsqu'elle eut un peu soif, elle s'accouda pour la énième fois au bar et demanda une boisson bien alcoolisée. Ce n'était pas très raisonnable, mais aujourd'hui, elle était en boîte, alors au diable la raison ! Elle se prit à trinquer sans vraiment savoir pourquoi avec la fille juste à côté d'elle et finit son verre lorsqu'elle sentit que quelqu'un lui tapotait l'épaule. Oh non. C'était sûrement encore un petit pervers complètement obsédé qui allait lui parler dans le seul but de la voir finir dans son lit. Bon. Elle se retourna, agacée, vers son interlocuteur, bien décidée à remettre les choses à clair et à lui dire d'aller se faire voir.

Sauf que son interlocuteur était en fait une interlocutrice. Un genre de pétasse aux cheveux blonds, le genre de fille que Lisa ne pouvait pas supporter. Elle ne lui avait même pas encore parlé qu'elle l'énervait déjà. En fait, la Voleuse n'avait absolument pas envie de discuter avec elle. Et puis, qu'est-ce qu'elle lui voulait ? Elle espérait quand même qu'elle n'allait pas lui faire le coup de « Nan mais t'es à ma place là ! », avec une voix criarde qui aurait avalé de l'hélium, comme on voyait souvent dans les films. Bon ok. On arrête les clichés là, Lisa ne la connaissait pas, et tant qu'on ne connait pas, on ne juge pas. Oui mais bon, quand même quoi.

Lisa souffla et demanda d'une voix agacée :

« Oui ? C'est pour quoi ? »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Neela C. Tamahees


avatar

Age du personnage : 25 vagues écumées de déréliction.

Familier : Aucun petit animal aux yeux dorés à mes arrières. Fort heureusement.
Couleur de magie : Varie entre le vert algue et le vert oxyde.
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : .
Résidence : .
Dans le sac : .

Affinités : Je suis tristesse. Je suis haine. Je suis solitude, et désespoir.

MessageSujet: Re: Embrouille en boîte [with ma p'tite nièce et Coin Coin ♥]   Lun 1 Avr 2013 - 21:18

Spoiler:
 



Je marchais tranquillement dans la Rue de Tinguapour. Mes pas retentissaient à cause de mes talons qui me rajoutaient 5cm de hauteur . J’étais contente, ça allait être la 2e fois que j’allais en faite. Je m’amuserais sûrement autant que dans la réception de Lisbeth. Mais oui, j’ai claché plusieurs personnes et elles ont eu honte. C’est marrant vous trouvez pas ? D’ailleur comme la nuit tout les chats sont gris, j’avais pensé à prendre un énorme manteau de fourrure qui cachait ma robe sexy. J’avais attaché mes cheveux en une longue natte (comme ça en les lâchant ils seront un peu bouclés mais en même temps lisses) qui m’arrivait jusqu'à la poitrine. En faite, dans cette tenue, je n’attirais pas du tout l’attention. Tout compte fait ce n’étais pas si mal de passer inaperçu, mais ça ne devait pas arriver trop souvent, j’avais pas envie de m’y habituer. J’étais depuis quelque temps chanteuse dans les boîtes de nuit. C’était agréable d’être sur scène, mais ce qui me plaisait le plus, c’était que comme ça je me sentais plus proche de ma mère car elle aussi chantait. Mais quand mon père a disparu, ça l’a détruit . . . Mais ça je ne l’ai jamais dis à personne, je suis peut être un peu méchante, mais j’ai l’impression d’être une moins que rien. C’est vrai quoi . . . Ma famille entière a disparu . . . Je n’ai donc plus personnes, j’ai été utiliser par un homme, je suis tombé dans le panneau comme une idiote. . . M’enfin.
Je fus forcé de sortir de mes pensées quand je trébucha, un vigile me rattrapa in-extremis.


- Wow ! Ca va ?!


- Oui . . . Ca va aller. . . . Lui répondis-je en baissant les yeux.

Je continua d’avancer et passa derrière la boîte de nuit et entra. J’étais enfin arriver sur scène. Accompagné de mes danseurs autour de moi j’entama le show. Au second refrain, je tomba mon manteau et laissa apparaître ma robe noir brillante qui scintillait. Une fois mon show terminé, je me dirigea vers le bar et vis un espèce de . . . de . . . M’enfin difficile de lui trouver un nom. Comme je n’étais pas de trop mauvaise humeur, je lui tapota l’épaule gentiment et elle se tourna vers moi. L’expression de son visage était signe qu’elle ne m’aimait pas. Mais quoi brolk de slurk !? Je ne lui ai encore rien fais ! Et pourtant . . . Elle semblait se calmer et me dis d’une voix agacé juste après avoir laché un pouffement :


« Oui ? C'est pour quoi ? »

. . . Ok la guerre est déclaré !!

-Tu es assise à ma place ma belle, alors si tu voudrais bien te bouger un peu les fesses.





«Angel singin' in the ocean of evil»
(c) ystananas





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Neela C. Tamahees


avatar

Age du personnage : 25 vagues écumées de déréliction.

Familier : Aucun petit animal aux yeux dorés à mes arrières. Fort heureusement.
Couleur de magie : Varie entre le vert algue et le vert oxyde.
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : .
Résidence : .
Dans le sac : .

Affinités : Je suis tristesse. Je suis haine. Je suis solitude, et désespoir.

MessageSujet: Re: Embrouille en boîte [with ma p'tite nièce et Coin Coin ♥]   Sam 20 Avr 2013 - 0:47






La réponse de la jeune fille me fit presque tombé par terre tellement elle était nulle.

« Il y a d'autres places là-bas. Alors t'es bien gentille, mais tu arrêtes tes caprices et tu vas aller poser ton cul ailleurs. Et si c'est trop loin à ton goût, ce n'est pas mon problème. Va faire chier quelqu'un d'autre, j'ai d'autres choses à faire que de taper la discute à une fille comme toi. Merci, salut, au revoir. »

.............. Non mais … non non non .. HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !! Arrêtons, c’est pas à moi qu’elle a parlé cette pauvre fille ?Pour commencer, elle parle de mon cul, sinon c’est le sien qui risque d’avoir des problèmes. Non mais je vous jure. Y’a des gens parfois. Attendez un peu que je la lui pête sa tête. Pourquoi je l’ai pas fait ? Bah elle m’a pas laisser le temps de répondre, elle a fait plein de geste avec sa tête-Déjà qu’elle était pas belle, c’était pas trop agréable à voir- puis elle m’a toisé, puis elle a levé les yeux aux ciels. Heu non… Elle les a roulés je crois ? Bref je sais plus. En faite, j’étais plus contente qu’énervé, parce que là, c’est trop nulle, elle a façon bien à elle de tomber dans le panneau. On dit bien « bête comme un bééé » . Non ? C’est crédule comme un Bééé ? Bref, on peut aussi dire qu’elle est bête. Mais la naiveté s’applique quand même bien ! Bah oui, elle est bien tombé dans le trou que je lui ai ouvert. –Cool ça va chauffer- Elle semblait d’ailleur contente que son amie –qui s’habille comme un sac poubelle soit dit au passant- soit ici. Hahaha !! Sauf qu’ici c’est moi qui fait la loi.

« Hey L'ilne ! Ne fais pas attention à elle, c'est juste une imbécile. Qui va bientôt dégager de là, d'ailleurs. Comment tu vas sinon ? »

Alors la !!!!! LOL !!! MDR comme disent les humains !!! Non non, j’étais pété de rire intérieurement, mais attendez, elle vient chez moi et elle veut me dicter ma conduite, navrée ma belle mais au final tu tomberas de la montagne de laquelle tu es monté en me défiant. Je lui lança un regard misérable et admira le verre de Tzinpaf qui était près d’elle.. Retiens toi, Leyla .. Retiens toi.. Et puis non !! C’est plus fort que moi !!!
Je prend le verre de Tzinpaf et le lui vide sur sa robe :


- Tiens cadeau ça t’aidera à customiser ta robe.  Elle est belle comme ça, tu trouve pas ?

Son visage changea, on aurait pu croire qu’elle voulait m’arracher les cheveux. Et encore !! Vous ne savez pas la suite,  je repris d’un air narquois, sournois et emmerdant :

- Quoi ? Ne me dévisage pas ainsi voyons !! On dirait que tu veux m’arracher les cheveux !! Sauf que mes cheveux c’est personnel tu ne les touche pas !


Puis avec le plus faux sourire du monde, je dis à son amie :

- Quant à toi, tu veux quoi ? Ah mais .. Je te reconnais !!! C’est toi la fille que j’ai croisé à Selenda !!! Je constate que tu as toujours du mal à t’habiller, c’est un comble ça quand même. En plus ta robe, qu’est-ce qu’elle à l’air bon marché .. Heu .. Tu l’as bien acheté rassure moi. Non parce que, si tu me dis que tu l’as volé, ce ne sera pas grave, on pourra toujours dire qu’elle ne valait pas la peine d’être payée.


Je me tourna ensuite et alla poser mes fesses sur le siège. Alors la suite, je vous donne le truc, soit elles me sautent dessus et on les vire de la boîte- et je m’arrange pour qu’il leur arrive quelques bricoles, je sais pas moi, peut être une histoire avec un couteau, ou du poison.- soit elles s’éloignent de moi et tout le monde est content, sauf elles, mais ce n’est qu’une minorité alors.


[ Je sais pas ce que j'avais, j'avais envie d'être à votre niveau, du coup j'ai écris pendant 15minutes, ce qui est rare.]




«Angel singin' in the ocean of evil»
(c) ystananas





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Neela C. Tamahees


avatar

Age du personnage : 25 vagues écumées de déréliction.

Familier : Aucun petit animal aux yeux dorés à mes arrières. Fort heureusement.
Couleur de magie : Varie entre le vert algue et le vert oxyde.
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : .
Résidence : .
Dans le sac : .

Affinités : Je suis tristesse. Je suis haine. Je suis solitude, et désespoir.

MessageSujet: Re: Embrouille en boîte [with ma p'tite nièce et Coin Coin ♥]   Mer 1 Mai 2013 - 0:00




Je sens la fille monter en pression sur moi. Elle ne me fait pas peur, c’est vrai quoi. C’est juste une fille avec une frange-qui ne lui va pas du tout d’ailleur- et d’horribles cheveux noirs .. Elle semble s’énerver davantage. On pourrait presque dire qu’elle voulait m’arracher les yeux. Hahaha, qu’elle continue elle m’interesse .C’est  juste drôle, on dirait qu’elle se parle à elle-même.
Genre « Calme toi, calme toi » hahaha. Cette fille je ne peux pas la supporter .. Je .. Je crois que je vais la tuer. Oui ça serait une bonne idée Leyla. Elle ira dans une ruelle et puis, là, moi je la frapperais, elle tombera à terre, et puis .. Et puis je lui donnerai des coups !! Et puis là, je .. Je pourrais arracher ses cheveux en espérant qu’ils se vendent bien au marché –sur le territoire d’Omois on peut vendre des cheveux pour en faire des perruques, le saviez vous ?


La fille ne m’interessait décidement plus, je tourna mes yeux océans vers son amie. Bon j’avais peut être été un peu méchante de lui dire ça … Mais c’est pas ma faute, la dernière fois elle m’a mis une claque, alors que je voulais juste l’aider moi. Bon, ma façon de le lui faire comprendre était un peu maladroite et ça l’a peut être vexé .. Mais je pensais bien faire je vous assure. Même qu’elle est très belle, presqu’autant que moi d’ailleur. Par contre son amie .. Elle est franchement pas terrible, c’est genre t’as une fille et elle te voit et là, elle te déteste directe. J’aime tellement pas les filles comme ça. D’ailleur j’ai sentis un truc me propulser .. Elle … Elle venait de se jeter sur moi. Pas sympa ! Pour une fois que j’avais des remords ! Elle me prit violement et m’envoya dans le bars. Non mais quoi ! C’est Goliathe cette fille ou quoi ! Jusque là, j’avais mal, mais la suite … La suite .. La suite forçait mon sang à tourner en sens inverse. Elle avait touché mes cheveux .. Mes précieux cheveux …. Mes … Cheveux !!! JE VAIS VOUS LA BROYER CETTE FILLE MOI !!
J’étais toujours sous le choque .. Elle s’éloignait de moi, tourna le regard, puis me regarda de nouveau. Ne me regarde pas sinon tu vas pleurer. Je me leva brusquement et me dressa devant elle :


-Ce sont mes cheveux que t’as osé tirer là ? Hein connasse ?

Je lui mis ma main à la figure et serra son visage avec mes doigts. Je commençais une incantation et de la magie la propulsa violement dans la piscine. Bah quoi ? C’était pas assez que je salisse sa robe, alors je la bousille carrément cette fois.

-Et toi ? Je sais pas c’est quoi ton problème mais cherche pas les ennuies avec moi, parce que pour commencer, tu ne me déteste simplement à mon premier regard et c’est moi que tu traite de petite Barbie ?

Je la vis remonter me pencha et tendis l'oreille:

-Pardon ? J’ai pas compris ? Tu veux me frapper encore ?

Le spéctacle était ridicule et drôle. La pauvre fille pataugeait comme une spatchoune dans l'eau. C'était à mourir de rire, bon avec ça elle reviendra pas je pense. Si elle revient .. Qu'elle me frappe .. Je n'ose pas imaginer ce qui lui arrivera .. Mais n'empêche, je ne peux m'empêcher d'avoir un peu mal pour sa copine. C'est vrai quoi, tu rencontre quelqu'un à une fête .. et .. Cette personne se fait lancer dans une piscine, je suppose qu'elle ira la voir.  





«Angel singin' in the ocean of evil»
(c) ystananas



JE VAIS LA TUER.

Là, elle est allée trop loin. La fureur monte en moi d'un coup. BORDEL ! Vous l'avez vue ? Vous avez vu cette connasse ? Elle a insulté Lisa et l'a poussée dans la piscine ! Tout ça parce qu'elle a touché sa précieuse chevelure...

Je boue sur place. Je ne peux plus me retenir. Et pourquoi je me retiendrais, d'abord ? Pour qui ? Pour cette brolvure ? Comme si j'allais la laisser faire sans rien dire ! Je la hais, duck god, je la hais.

Le moment où Lisa l'a envoyé valser contre le bar était pourtant drôle... Et quand elle lui a tiré les cheveux... Oh, ça avait été jouissif. Qu'elle devienne chauve et qu'on puisse jouer au bowling avec son crâne rond. Lisa en a, de bonnes idées...

Je l'empoigne par les épaules et la secoue violemment. Je hurle. Je m'en fiche qu'on me remarque. Ils n'ont qu'à admirer le spectacle.

-TOI ! TU VAS LE REGRETTER, SALOPE !

Quelques personnes se sont retournées. Elles ont arrêté de danser pour nous regarder. Je les regarde à peine. Cette brolvure va payer. Elle n'a pas le droit d'agir comme ça. On ne lui a rien demandé, merde. Je déteste les pétasses de son genre, oh, ce que je les déteste ! Franchement, tout le monde se fout de ses cheveux ! C'est horrible d'être superficielle au point de ne se préoccuper que de ça.

J'ai d'abord envie de la balancer dans la piscine à mon tour, mais ce ne serait pas gentil pour Lisa, la pauvre. Je ne voudrais pas qu'elle se retrouve encore avec elle. Et puis, ça n'est pas assez. Non, j'ai une meilleure idée... Elle est obnubilée par ses cheveux, c'est ça ? Ses si beaux cheveux... Eh bien, tu vas voir, Barbie, je vais te faire une coupe made by L'ilne !

Je la tiens toujours. Elle ne peut pas se dégager, les loups-garou ont une force énorme. C'est ce qui s'appelle avoir de la poigne. Je sors un couteau de ma poche. Mes précieuses armes... Voilà ce qui compte pour moi. C'est bien plus important que des cheveux. Plus utile, aussi. On peut faire de jolies choses avec un couteau.

-Regarde ce que j'en fais, de tes putains de cheveux !

Et j'empoigne la chevelure blonde de l'affreuse et la tranche comme on scierait une branche d'arbre. Duck god, qu'est-ce que ça fait du bien ! J'y prends un plaisir hargneux. Lui arracher les cheveux jusqu'à ce qu'elle devienne chauve et qu'on puisse jouer au bowling sur son crâne rond ? C'est chose faite, Lisa !

Puis je la lâche enfin. Le résultat est affreux. Il lui reste quelques touffes de cheveux hétérogènes sur le crâne. Un sourire satisfait se forme sur mes lèvres. Je crie :

-Là, c'est MA-GNI-FIQUE !

De l'extérieur, je dois avoir l'air d'une folle hystérique. Je m'en fous, vous ne pouvez aps savoir comme je m'en fous.


::::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t5047-solveig-andersen-990-parce-que-le-self-insert-c-est-cool-aussi http://loulou.pratou.free.fr/?surprise=bizzmifia
Lisa Grey

Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
Voleuse Patentée // Gaffeuse Professionnelle
avatar

Age du personnage : 24

Familier : Blanche, ma louve
Couleur de magie : Bleue
Niveau de magie :
  • Faible
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Voleuse Patentée au service d'Omois
Résidence : Un petit cottage à Tingapour
Dans le sac : Deux couteaux, un crochet, un tournevis, une corde et un grapin, deux mousquetons, une aiguille, une paire de gants, une lampe torche, un tube de colle, une paire de ciseaux, un stylo, une pomme, une bouteille d'eau, une boule de cristal, le dernier album des Drive Shaft, quelques crédits-muts, un stick à lèvres, une peluche canard, deux paquets de mouchoirs, un trousseau de clés.

Affinités : Keykey est mon âme soeur. #Keysaforever

MessageSujet: Re: Embrouille en boîte [with ma p'tite nièce et Coin Coin ♥]   Sam 1 Juin 2013 - 13:25


Lisa leva la tête de l'eau, les yeux à deux doigts de sortir de leurs orbites. OMDG, cette fille était complètement malade ! La Voleuse avait été tellement choquée qu'elle en avait oublié de réagir. Le coeur battant, elle se rendit compte qu'elle hurlait. De quoi attirer tous les regards. Mais qu'est-ce que j'en ai à foutre de vos regards ? Allez vous faire voir. Elle parvint à cesser ses cris mais sa respiration restait haletante et saccadée. Elle attrapa l'échelle et sortit de l'eau. Un bon millier de gouttes d'eau tombèrent de sa robe pour venir s'écraser sur le sol. Elle tremblait, elle était complètement gelée. Malgré tout, elle ne pensa même pas à se lancer un Séchus, étant encore un peu trop sous le choc.

Elle s'approcha de la folle. Elle réalisa que cette dernière était devenue chauve. Elle vit le couteau de L'ilne et comprit. Elle eut un rire nerveux, mais ça ne suffisait pas à la calmer. Elle se sentit soudainement mal. Elle crut que sa tête allait exploser. Barbie, tu vas crever. Lisa s'imagina s'approcher d'elle, lui envoyer son poing à la figure, sortir ses couteaux, les enfoncer dans ses yeux, lui fracasser le crâne contre le mur, lui casser tous les os, aller acheter une tronçonneuse, la découper en morceaux... Bref, vous avez compris. Simplement, elle ne fit rien. Elle resta simplement là, tremblante, haletante, les yeux grands ouverts, les dents serrés et les cheveux toujours aussi trempés.

Elle sentit que tout le monde avait les yeux rivés sur elles. Allez vous faire foutre. Elle vit les vigiles s'approcher. Vous aussi, allez vous faire foutre. Elle se mit à haïr tout le monde. Elle se mit à haïr cette foutue boite de nuit. Même pas capable d'embaucher des bonnes chanteuses. Tu m'étonnes qu'ils fassent l'entrée gratuite. Ils auraient aucun succès sinon. Connards. Elle se tourna vers les vigiles et leur lança sèchement :

« Vous dérangez pas, je me casse d'ici de toute façon. »

Elle prit tout de même le temps de chuchoter un remerciement à L'ilne, et de lever un beau majeur en direction de la tarée puis elle se dirigea rapidement vers la porte de sortie. Elle ouvrit la porte brusquement et la referma dans cette même énergie, de façon à ce qu'elle claque bien fort. Le vent froid de la nuit souffla sur sa peau mouillé et elle trembla de plus belle. Mais elle n'avait plus la force de se sécher. En fait, elle n'avait plus la force de rien faire. Elle se sentait comme... vide. Elle se laissa glisser contre le mur et s'assit au sol. Elle enfouit sa tête sous ses bras et commença à pleurer.

Foutue soirée. Mais qu'est-ce qui lui avait pris d'aller en boite ? Merde alors. Elle se sentait tellement conne. Elle aurait jamais dû venir. Et cette pourriture de Barbie, elle n'aurait jamais dû naitre. Espèce d'ordure. T'es contente hein ? T'as gagné, je suis partie. T'es vraiment qu'une grosse salope. T'es pathétique. Tu critiques les gens mais t'es même pas capable de voir tes propres défauts. Gros et nombreux comme ils sont, je sais pas comment tu fais. Mais sérieux, va brûler aux Limbes. Je sais pas ce qu'a bien pu faire AutreMonde pour mériter que le Dieu Canard puisse simplement effleuré l'idée de te faire venir au monde.

La tête encore envahie par tous ces jurons, Lisa en oublia totalement qu'elle avait froid. De toute façon, elle s'en foutait. Elle se sentait trop mal, là. Si elle revoyait cette malade mentale, elle lui ferait voir son poing de près. De vraiment très près. Mais pour l'instant... elle continuait de sangloter. Mais pourquoi elle pleurait, brolk ? Sûrement pas à cause de la pétasse. Cette idiote ne méritait pas qu'on pleure à cause d'elle. La fatigue, peut-être. Le froid. Oui, ce devait être ça. La sortcelière essuya ses larmes puis soupira. Elle avait besoin de réconfort.

« L'ilne... »

Elle avait besoin de ne plus se sentir seule.

« L'ilne... »

Elle ne sut si elle disait ce nom tout haut ou si elle ne faisait que le penser. En fait, elle ne savait même plus ce qu'elle faisait. La seule chose qu'elle savait, c'est qu'elle était complètement congelée. Elle reposa sa tête contre le mur et tenta de reprendre une respiration normale. En vain. Elle tremblait toujours autant et son coeur battait toujours aussi fort.

Elle entendit la porte s'ouvrit juste à côté d'elle, mais elle se sentait trop faible pour regarder qui c'était. De toute façon, ça n'avait pas d'importance. Si ça se trouve, c'était Barbie. Pitié, pas toi. Elle ferma les yeux et murmura dans un souffle quasi inaudible :

« Fous-moi la paix... »

C'était peut-être pas elle. Il n'y avait aucune raison que ce soit elle. Et alors ? Qui que ce soit, je veux être seule. Je sais que je me contredis. Je ne sais même plus ce que je veux. Je veux simplement arrêter de trembler.

\o
 





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Neela C. Tamahees


avatar

Age du personnage : 25 vagues écumées de déréliction.

Familier : Aucun petit animal aux yeux dorés à mes arrières. Fort heureusement.
Couleur de magie : Varie entre le vert algue et le vert oxyde.
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : .
Résidence : .
Dans le sac : .

Affinités : Je suis tristesse. Je suis haine. Je suis solitude, et désespoir.

MessageSujet: Re: Embrouille en boîte [with ma p'tite nièce et Coin Coin ♥]   Lun 24 Juin 2013 - 23:18



Leyla était par terre. La main sur la tête, on venait de lui raser la tête avec un couteau. Pauvre sirène, elle n’en méritait pas tant. Elle qui chérissait tant ses cheveux, voila qu’elle venait de les perdre. Elle était encore abasourdie. D’un geste, elle se leva du sol, sa magie l’enveloppant, elle fit revenir ses cheveux. Bon, moi-même je crois que c’es ce que j’aurais fait en premier, faire revenir mes cheveux, oui oui. Les cheveux. Les cheveux. Les beaux cheveux de Leyla.  Toujours aussi fière, elle se tourna. Elle se rappela que la brune qu’elle avait jeté dans la piscine était partie. Dehors. Ca y est, Leyla avait gagné contre elle. On pouvait dire que tout allait bien. Oui tout allait bien, Leyla a ses cheveux. La brune est partie et a eu la honte de sa vie et L’ilne . . . L’ilne . . . L’ilne va sûrement partir. Oui c’est ça, Leyla avait regardé autour d’elle mais ne la voyait plus. C’est bien ce qu’elle se disait. Amitié amitié. C’est beau l’amitié. Et puis bon, qu’est-ce qu’elle en avait à faire en faite Leyla ? Après tout, personne ne l’aime. Pourtant, elle n’est pas si méchante. En fin de compte, l’autre brolvure méritait ce qui lui arrivait. Oui c’était ça, la fille, l’avait insulté alors qu’elle ne la connaissait pas. Une fille qui s’était permise de juger Leyla, sur son physique –très avantageux au passage-. Les vigils étaient là, ils regardaient Leyla. Ils hésitaient encore lui parler ou se taire. Il fallait croire qu’il n’avait pas envie de finir comme la fille. Ou même pire, qui sait ce qu’il y a dans la tête de Leyla. Après tout, elle n’est pas encore folle. Même qu’elle ne semble pas énervée. Etrange monde. Une atmosphère pesante et lourde régnait dans la discothèque.  

Leyla ne se sentait plus à l’aise ici, malgré le fait qu’elle était le centre d’attention. Ce qu’elle aimait, mais là elle était . . . Dans une situation pour le moins étrange. Elle fixait le sol, puis elle leva la tête. Plongeant son regard au mil nuance de bleu dans les yeux d’un des vigils. Ses yeux profonds ne reflétaient plus rien. Ils étaient vidés, un regard glacé et hostile planait sur l’homme. A sa réaction, son sang se glaça d’un coup.
La blonde se tourna. Elle se dirigeait vers la porte d’entrée. Elle pensait rentrer chez elle à pied, nous aurions dis qu’elle avait quitté son corps et qu’elle ne pensait qu’à une chose. Se reposer.
Mais après avoir vu celle qui lui faisait face, ce n’était vraiment, vraiment pas pour maintenant.


« Fous-moi la paix... »  

Il y eut un « ping » dans l’esprit de Leyla. Elle sentit qu’elle allait lui coller une baffe. Juste une seule. Une seule petite baffe ne suffirait pas. Non, Leyla allait faire bien mieux que de la frapper, bien mieux que de lui faire mal physiquement. Elle s’accroupi à son niveau et posa sa main sur son épaule.

-On dirait que ça ne va pas. Pourtant, je ne t’ai pas fait grand-chose, on voit bien que c’est pas toi qui t’es retrouvé la tête rasée. En même temps, tu devrais me remercier je pense, après tout, cette robe était trop moche, imbibée d’eau et collée sur ton petit corps tout maigre, elle te va beaucoup beaucoup mieux. Tu n’es pas d’accord ?

Elle vit une ombre. L’ilne. Elle venait d’arriver, oh c’est super. Elle allait pouvoir en rajouter.

-Oh salut L'ilne ! Je te remercie de m'avoir fait cette super coupe ! Maintenant, j'ai réalisé qu'après les avoir arrangés moi même, ils étaient encore plus beau qu'avant. Elle bougea la tête pour renvoyer quelques mèches blondes en arrière.Oui, c'était vraiment sympa de ta part, on refait ça quand tu veux.

Après l'avoir provoqué encore plus, elle recula pour laisser L'ilne se jeter sur son amie, qui était . . . Au bord des larmes.

Spoiler:
 




«Angel singin' in the ocean of evil»
(c) ystananas





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t4022-lisa-grey http://tara-duncan.actifforum.com/t4620-lisa-grey-2-0
Neela C. Tamahees


avatar

Age du personnage : 25 vagues écumées de déréliction.

Familier : Aucun petit animal aux yeux dorés à mes arrières. Fort heureusement.
Couleur de magie : Varie entre le vert algue et le vert oxyde.
Niveau de magie :
  • Plutôt élevé
Niveau de combat :
  • Plutôt faible


Métier : .
Résidence : .
Dans le sac : .

Affinités : Je suis tristesse. Je suis haine. Je suis solitude, et désespoir.

MessageSujet: Re: Embrouille en boîte [with ma p'tite nièce et Coin Coin ♥]   Sam 7 Sep 2013 - 20:11


Leyla resta de marbre face à ce qu’on venait de lui dire. « Chanteuse de merde, chanteuse de merde, connasse ». Pour une fois, Leyla avait senti que cette phrase l’avait atteinte. Son regard se figea quelques instants, retournant la phrase dans tout les sens, se consolant en se disant qu’elle ne serait pas là, si elle était une chanteuse de merde. Elle songea, quelques instants. Se souvenant de la deuxième chose qu’on lui avait dit « Va t’acheter des amis ». Elle baissa les yeux, en se demandant l’espace d’un instant si c’était possible. Non . . . Elle ne devait pas avoir des pensées comme celles-ci, Leyla, tu es seule mais pas désespérée,  tu ne va quand même pas faire une annonce disant « Leyla D’el Mar cherche des amis, venez passer le casting, vous serez bien payés. ». Non, elle n’allait pas tomber si bas. Les phrases s’emmêlent dans son esprit, elle pense à ce qu’elle aurait pu être, ce que cette soirée aurait pu être si elle n’avait pas crois le chemin de ces deux filles. Elle serra les doigts. Songer, réfléchir, penser, c’est comme si plus rien n’existait autour d’elle. Plus rien, le vide totale. Leyla, une jeune fille dans un monde de chaleur, caché dans un glacier, la protégeant de la tristesse et de la faiblesse qu’elle possède face aux autres. Et si c’était vrai ? Et si c’était vrai qu’elle était une chanteuse de merde ? Une connasse ? Une pétasse ? Un premier craque résonne dans son esprit, celui du glacier qui la protège. Le doute, le doute l’envahie, il la traque. La peur, la peur de se faire rejeter par les autres, elle l’énerve. Le doute, il la suit, il la retient, il l’empêche d’avancer, parfois. Combien de temps réussira t’elle à retenir la glace dans ce monde de chaleur ? C’est comme si elle était sur un rocher et que si elle bougeait, elle tomberait. C’est symbolique, si elle lâchait, si elle abandonnait, si elle baissait les bras. Que serait elle ? Une pauvre ombre que personne ne remarque ?

Oui, en fait Leyla, tu n’as jamais rien été d’autres qu’une enfant. Une triste petite fille qui a été privée de son enfance à cause de la disparition de son père, de la mort de sa mère. Une enfant qui ne s’est jamais amusée. Une enfant qui reste dans un glacier sensée la protéger de tout, des gens, des gens qu’elles jalousent pour leur amour écœurant, des gens, des gens auquel elle peine à tenir tête parce qu’ils sont forts et qu’ils se tiennent la main, comme des amis. Comme la brune et L’ilne. La brune, c’était quoi son nom, déjà ? La brune ? La brune ? Elle est pas si forte que ça, LA BRUNE.  La preuve, Leyla, tu l’as battu, tu l’as fait pleuré, elle était en sanglot, et toi tu avais cet air victorieux sur ton visage, ce sourire vainqueur, cet air arrogant qui montre que c’est toi la gagnante. Pourtant, pourtant il y a L’ilne. L’ilne. Oui, c’est comme cette phrase que te disait tout le temps ta mère quand tu lui demandais pourquoi elle ne se séparait pas de ton père, parce qu’elle se disputait souvent avec lui, sur le fait qu’il soit plus souvent sur son bateau qu’avec toi. C’est à ce moment que ta mère te disait toujours que malgré ça, elle l’aimait, que « deux cœurs, valaient mieux qu’un ».

Tu sentis un autre bruit, celui d’une fissure dans ton beau masque de verre. Celui que tu t’efforce tant de tenir, devant les autres. Un masque qui te fait paraître si forte, si chiante, comme le disent si bien les deux brunes. Pourtant, ce masque de verre, c’est tout ce que tu as. Ton masque, ton glacier, ton glacier qui fond peu à peu, face à leur amitié. Tu sens les larmes te venir, pourtant tu ne cède pas. Tu tiens, tu essayes de tenir, de garder bonne figure face aux autres. Pourtant, ton glacier fond, ton masque de verre finit par se casser. Tu réalises et te dit enfin que tu aurais aimé avoir une épaule forte sur laquelle t’appuyer. Chaque jours, quand tu es chez toi, dans ta luxueuse villa que tu échangerais sans hésiter contre une seule amie, la nuit, tu fixe le ciel, dans l’espoir de voir une étoile filante et de souhaiter avoir des amis. Pourtant, ces amis, ils ne sont pas là. Ils n’étaient pas là et ils ne le seront sans doute jamais pour toi. Et alors, tu te souviens qu’en commençant ta carrière, tu t’étais promis de toujours faire face à tout le monde, de ne pas lâcher prise. Alors, tu souris. Dans ton esprit, tu regarde la glacier, celui qui t’entoure, tu le fixe, ton simple regard suffit à le solidifier. Ton masque de verre ? Celui qui a éclaté en mille morceau quand tu t’es passé pour la centième fois ce que t’as dis L’ilne en tête, lui, ce masque, ce beau masque, ce masque d’une personne tellement désagréable, tu le reconstruis. Morceau par morceau, tel un puzzle que tu assembles pièce par pièce, tu refais ton masque, en  te disant une trente cinquième fois que, plus jamais, ca n’arrivera. Mais entre nous, tu es parfaitement consciente qu’un jour, ton glacier fondera entièrement, que ton masque se brisera en tellement de morceau que cette fois, tu ne pourra pas le refaire. Et pourtant, pourtant tu continue d’exposer ta glace au soleil, d’exposer ta solitude qui  te rend faible à tes ennemies. Tu te retourne, ton air arrogant qui se dessine tout le temps sur tes lèvres, cet air que tout le monde pense qu’il est impossible à te retirer, tu t’approches de tes deux interlocutrices, te retenant de gifler celle qui avait une deuxième fois toucher à ta chevelure, ta chevelure que tu vénères tant, t’approchant encore, te retenant de répondre à la provoque de la brune, pourtant, tu sens que cette fois ca suffit. La colle de ton masque, elle n’a pas encore séché, qui sait ce que L’ilne pourrait te dire encore ? Qui sait quel genre de phrase elle pourrait te sortir ? Le genre de phrase qui te ferait douter, toi, Leyla.


« Honnêtement L’ilne, ca ne me fait pas grand-chose que tu n’aimes pas ma musique, j’ai mes fans, mon argent, ma grande maison, que pourrais-je demander de plus ? Je n’ai pas besoin d’amis, je ne veux pas vous ressembler, à toi, à ton « amie », ou bien même ta « maman canard ». Je suis bien toute seule, j’espère vous revoir, ca m’a fait plaisir de pourrir votre soirée. Regarde, regarde toi, tu es énervée, tu sens que tu pourrais me sauter dessus pour me casser la figure. Et ta copine, la brune, sa robe, elle est complètement fichue. Moi, j’ai quoi ? Un ou deux bleu ? Plus sérieusement, je vous trouve ridicule,  bras dessus, bras dessous. »

Tu tournes les talons, t’apprêtant à partir, puis, tu te retourne encore.

« Ah oui, non en fait, j’espère ne jamais vous revoir, l’affection que vous vous portez me donne la nausée. »

Enfin, enfin tu avais fini de coudre ce joli tissus de mensonge, un tissus de mensonge que tu utilisais pour dissimuler ta robe de jalousie. Tu t’en va, te dirigeant vers ton agent pour lui ordonner de te ramener chez toi. Ca y est, tu t’apaises, t’endormant dans ton auto congratulation, te disant que tu avais le dernier mot, que tu avais gagné, elles perdu. . . Ca y est, tu t’endors.




«Angel singin' in the ocean of evil»
(c) ystananas