AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: SmallcountrySmallcountryPartagez | 
 

 Bienvenue dans ma -fausse- boutique ou comment essayer d'arnaquer quelqu'un... (PV Cara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pearl E. Hawkins


avatar

Age du personnage : 18

Familier : /
Couleur de magie : /
Niveau de magie :
  • Inexistant
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Pas besoin
Résidence : Maison au Lancovit
Dans le sac : Téléphone, iPod bleu, chouchous, bracelets, vêtements de rechange, et un poignard en cas d'urgence...


MessageSujet: Bienvenue dans ma -fausse- boutique ou comment essayer d'arnaquer quelqu'un... (PV Cara)   Sam 22 Oct 2011 - 18:50

"Fais gaffe à pas te faire avoir, c'est une mission de confiance... Nous devons prouver à l'humanité (enfin, si on peut dire "humanité") que les bonbons sont plein de choses que je ne sais pas comment nommer qui peuvent nuire à la santé de la jeunesse de notre planète... dont tu fais évidemment partie, je suppose."

C'est ce que m'a dit Mister Abercrombie (oui, il ne porte que des Abercrombie, Hollister, Converse, Ray-ban, enfin tous les trucs de marques ultra chères) avant de me quitter.
Une mission de confiance, c'est ce qu'il dit...
Faut vraiment avoir confiance en moi pour me laisser vendre des bonbons à des gens, alors que moi-même j'adore les bonbons à la folie. Bah quoi, j'ai quatorze ans, en même temps, donc c'est normal si j'adore les sucreries et que je suis gourmande.
Je n'ai même pas eu le temps de lui confirmer que j'adorais les bonbons qu'il enchaîna :

"Et, surtout, méfie-toi des Voleurs Patentés. Ce sont nos ennemis numéro un. Pire que Magister."

Pire que Magister ?
Il exagérerait quand même pas un peu, là, Mister Abercrombie ?
Je suis la première Naine agente secrète de l'humanité (si on peut dire).
Je n'ai pas peur des Voleurs Patentés. Je n'ai peur de rien.
Enfin...
Mis à part Magister, bien entendu.
Mais ça ne semble pas être l'avis de Mister Abercrombie.

Bref, ce dernier, son oreillette Bluetooth à l'oreille, il appelle un tapis volant.
Je fus à Smallcountry, la ville des sucreries, en moins d'une heure.

Le chauffeur me largua, faux CV à la main, devant la plus connues des bonbonneries de Smallcountry.
D'un pas hésitant, du haut de mes un mètre vingt-sept et six millimètres, je franchis la porte de la boutique, et une musique retentit.
Alors ça faisait ça dès qu'un client entrait ?
Putain.
C'est chiant, de devoir supporter ça à longueur de journée.
C'est vraiment parce que je gagne du pognon, que je fais cette mission.
J'espère que la patronne n'allait pas me refuser parce que je n'ai que quatorze ans...

Je demande à une vendeuse :

"Excusez-moi, où est-ce que je dois aller, pour être vendeuse ici ?"

La vendeuse au joues roses et aux cheveux blonds, avec des yeux tous bleus, et vêtue d'une robe rose bonbon m'entraîna dans l'arrière boutique.
Dans cette arrière boutique, il y avait une porte.
Et, derrière cette porte, il y avait un bureau, avec une femme aux traits secs assise de l'autre côté du bureau en question.
Hésitante, je lui tendis mon faux CV, et lui dis :

"Je... je voudrais travailler pour vous... J'ai vu votre annonce... est-ce possible ?"

La patronne feuilleta mon faux CV, et me dit :

"Vous êtes engagée. Personne d'autre que vous ne s'est présenté. Mais, méfiez-vous. J'ai entendu dire que des agents secrets, ou des espions, si vous préférez, essaye de prouver au monde entier que nous mettons des choses qui peuvent nuirent à la santé dans nos bonbons. Ils ne doivent en aucun cas le découvrir."

Bien. Un indice. Maintenant, il va falloir relever d'autres indices dans les bonbons.

J'enfile mon tablier de vendeuse, et me dirige derrière le comptoir.

Au boulot !

Et je me lance, servant ma première cliente.











One does not forget the face of the person who represented your last hope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Bienvenue dans ma -fausse- boutique ou comment essayer d'arnaquer quelqu'un... (PV Cara)   Sam 22 Oct 2011 - 23:59

Elle y était. Elle y était ENFIN !

O joie, ô bonheur intense… Cara dut lutter contre une envie persistante de se mettre à faire des génuflexion d’adoration devant la boutique de confiseries qu’elle avait eu tant de mal à dénicher. Ce qu’ils étaient désordonnés, les gens d’ici ! Même pas capables d’indiquer clairement une direction. Ca faisait pas loin de trois heures qu’elle errait dans la ville à la recherche de son Saint Graal personnel, alias l’actuelle boutique devant laquelle elle venait de se planter. La jeune Apprentie Voleuse affichait un sourire qui lui faisait une dizaine de fois le tour du visage tant il était rayonnant. Le pétillement de ses yeux vert d’eau n’avait rien à lui envier non plus. Son expression béate mis à part, elle était… égale à elle-même. Toute de noire vêtue, la seule touche de couleur qu’elle arborait était un foulard rouge négligemment jeté autour de son coup. Sa tignasse sombre semblait batailler autour de son visage en un joyeux bazar.

Cara esquissa une petite moue. Dommage que Penny ne soit pas là. Elle aurait a-do-ré. Malheureusement, sa meilleure amie était de service auprès de Dame Sirella, coincée au Château Vivant. La jeune fille haussa les épaules. Bon, elle allait lui ramener plein de bonnes choses, pour la consoler d’avoir loupé ça. Cara traversa vivement la rue, évitant de justesse de se faire embrocher par la mandibule d’une énorme mante religieuse qui passait par hasard juste devant elle, puis sauta deux ou trois fois à cloche-pied en manquant d’écraser des gnomes d’un bleu électrique qui n’avaient pas l’air ravis d’avoir failli être écrasés de la sorte. Des lutins Pa’bo la bousculèrent à moitié en riant et en jetant des sorts à droite et à gauche. Cara baissa la tête avant de se faire transformer en… elle-ne-savait-pas-trop-quoi-mais-préférait-éviter.

Enfin, elle mit le pied sur la marche du perron, et ses yeux s’agrandirent lorsqu’elle se permit un regard à travers la vitrine. Des bonbons… il y en avait de toutes les couleurs, de toutes les formes… et certainement de toutes les saveurs. Les mains de la jeune fille la démangèrent. C’était une excellente motivation pour exercer un peu ses talents. Enfin, son manque de talent, pour être exact. D’un geste déterminé, elle poussa la porte, faillit mourir d’une crise cardiaque lorsque la musique se déclencha, et pénétra dans la caverne d’Ali Baba.

Cara entrouvrit la bouche, ce qui lui donna l’air d’un poisson hors de l’eau. Tiens, en parlant de poisson… Tibulle s’extirpa comme une bombe de la poche de la jeune fille, colorant l’air autour de lui d’un arc-en-ciel éphémère. Curieux, il jeta un regard globuleux autour de lui… et s’il avait eu des épaules, il les aurait probablement haussées. Il sentait l’excitation de sa compagne d’âme, mais n’arrivait pas bien à la comprendre. Rien de tout ceci n’était COMESTIBLE, de toute façon. Il transmit cette pensée à Cara, qui en hoqueta d’indignation.

Bon, trêve de plaisanteries… Où étaient passées les sucette Kidikoi ? Ca faisait une éternité qu’elle n’en avait pas goûté, et l’Apprentie Voleuse en mourait d’envie. Désabusé, Tibulle s’en alla voleter dans la boutique, laissant sa maîtresse baver sans intérêt devant les sucreries. Cara passa entre les rayons en adoptant la fameuse technique du « je suis une simple promeneuse, je ne fais que jeter un coup d’œil, surtout, faîtes comme si je n’était pas là ! ». Il fallait avouer qu’au concours du visage le plus innocent, elle aurait probablement remporté la palme, avec ses grands yeux d’un vert liquide et ses traits fins. L’ennui c’était que ses vêtements noirs juraient avec l’effort qu’elle fournissait.

Sans compter ses mains qui, au fur et à mesure de sa déambulation, voletaient de part et d’autres des étalages… laissant un peu moins de bonbons qu’auparavant. Pour un peu plus dans ses poches.

N’empêche... la boutique avait beau se vider tandis que ses poches se remplissaient, elle n’avait toujours pas trouvé les Kidiquoi. Et il était hors de question qu’elle reparte sans. Cara eut une petite moue et se résigna. Bon ben… il ne restait plus qu’à demander à quelqu’un, même si ce n’était pas le summum de la discrétion.

Du coin de l’œil, la jeune sortcelière repéra une vendeuse qui venait de se planter derrière le comptoir. Elle observa un instant sa crinière blonde, puis fronça les sourcils tout en s’approchant. Cette fille avait quelque chose de… bizarre. Cara n’aurait su dire quoi, mais elle avait le sentiment qu’un truc clochait. Bon… habituellement, lorsqu’elle avait une intuition, ça finissait toujours par une catastrophe, des hématomes, voir même des explosions et des cheveux roussis. Elle chassa ses pensées de ce haussement d’épaule nonchalant qui la caractérisait, puis s’adressa à la vendeuse, avec un air probablement trop innocent pour être honnête :


- Bonjour bonjour ! Est-ce que par hasard vous sauriez où sont les sucette Kidikoi ? J’en voudrais deux douzaines !

Tibulle, qui en avait assez d’observer des trucs non-comestibles de toutes les couleurs, battit des ailes jusqu’à sa compagne et se fourra résolument dans sa poche. On vous laisse imaginer la surprise du blll lorsqu’il constata qu’il y avait autant de bonbons à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il s’agita un peu, et Cara serra les dents en le maudissant intérieurement.

Pour une raison qui lui échappa (ou peut-être était-ce simplement pour faire diversion des mouvements louches de son Familier), la future Voleuse ajouta aimablement :


- Vous travaillez ici depuis longtemps ? Ca fait des mois que je rêvais de rentrer dans votre boutique, tout à l’air si bon !

Elle lui adressa son sourire le plus radieux, se retenant de peu d’assommer purement et simplement le blll dans sa poche.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Pearl E. Hawkins


avatar

Age du personnage : 18

Familier : /
Couleur de magie : /
Niveau de magie :
  • Inexistant
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Pas besoin
Résidence : Maison au Lancovit
Dans le sac : Téléphone, iPod bleu, chouchous, bracelets, vêtements de rechange, et un poignard en cas d'urgence...


MessageSujet: Re: Bienvenue dans ma -fausse- boutique ou comment essayer d'arnaquer quelqu'un... (PV Cara)   Dim 23 Oct 2011 - 19:45

- Bonjour bonjour ! Est-ce que par hasard vous sauriez où sont les sucette Kidikoi ? J’en voudrais deux douzaines !

Je soupira.
J'allais tout de même pas me mettre à bouffer la sucette devant une cliente, et sortir des tubes pour prélever des échantillons !

Je parcourus la bonbonnerie des yeux, à la recherche des Kidikois.
Il fallait que je prenne un air naturel.
Ce qui était dur, car je n'avais aucune idée de l'endroit où se trouvaient les Kidikois.

Cette cliente, plus grande que moi en âge et en taille (bah heureusement pour elle, qu'elle soit plus grande qu'une Naine !), devait être vraiment très curieuse, car elle me demanda :


- Vous travaillez ici depuis longtemps ? Ca fait des mois que je rêvais de rentrer dans votre boutique, tout à l’air si bon !

Non.
Je ne crois pas qu'elle était si curieuse que ça, en fait.
Cette question l'affirmait.
Elle devait tout de même trouver bizarre qu'une vendeuse de bonbons ne sait même pas retrouver dans sa boutique les bonbons en question.
Je poussa mon dixième soupir en moins de dix minutes, et lui répondit, en faisant la moue :

- Bah, pas tellement, non. Je travaille ici depuis dix minutes environ, et vous êtes ma première cliente. Et impossible de savoir où sont ces putains de Kidikois.

Je me massa la nuque qui me faisait souffrir à force de devoir lever la tête pour parler à cette fille aux yeux verts d'eau et aux cheveux... hum... marron foncé, je crois.
Je ne sais pas pourquoi, mais elle ne m'inspirait pas confiance, cette fille.
Il valait mieux m'en méfier.

Je continuai à parcourir des yeux les étagères sur lesquelles d'innombrables bonbons semblait dormir, ne s'attendant pas du tout à se réveiller enrobés de bave, dans la bouche de quelqu'un.
Pauvres bonbons.

Alors que mes yeux commençaient à se fatiguer à force de parcourir des yeux les étagères, ce fut l'illumination.
Des Kidikois.

J'en attrapa une, et dit à la fille en lui montra les sucettes d'un signe de tête :

- Voilà, elles sont ici. Vous voulez bien patientez quelques minutes, j'arrive.

Je m'empara de mon talkie-walkie, et alla dans l'arrière boutique, ma sucette à la main :

- Patron ? Ici Lay'. Attendez, ça craint, là ! Je suis obligée de sortir à chaque fois pour prélever un échantillon !


- Eh bien, sort, Lay', sort. Si c'est la seule solution.

Ok.
Je vais finir par me faire démasquer, mais bon, tant pis.

Après avoir prélevé des échantillons de la sucette, je retourna dans la boutique pour servir la fille.
Mais, elle n'était plus là.
Et les Kidikois non plus.
La...
La...

En plus, moi qui adore les Kidikois !
Indignée à l'idée de ne plus en avoir, je me mis à hurler :

- NON ! PAS LES KIDIKOIS !












One does not forget the face of the person who represented your last hope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Bienvenue dans ma -fausse- boutique ou comment essayer d'arnaquer quelqu'un... (PV Cara)   Lun 24 Oct 2011 - 22:52

… Eh ben. Compte tenu du soupir et de l’air perplexe qui suivit sa question, Cara supposa avec justesse qu’elle avait affaire à une débutante. Et une débutante qui avait relativement envie de… ben d’être n’importe où, sauf ici. Et ça, c’était tout bonnement impossible à intégrer dans l’esprit d’une jeune fille qui, si elle avait pu, aurait passé sa vie à nager dans une piscine de bonbons, comme Oncle Picsou dans sa piscine de pièces d’or. Tibulle lui fit judicieusement remarquer qu’on pouvait difficilement nager au milieu de ces trucs gélatineux. Et puis d’abord, c’était qui Oncle Picsou ? Cara ignora superbement son Familier, trop concentrée sur la vendeuse qui tardait à lui fournir la réponse tant espérée. Les Kidikois, bon saaaaaaaaaang…

La jeune Voleuse tentait, tant bien que mal (plutôt mal que bien, d’ailleurs) de ne pas regarder de haut son interlocutrice. Tâche rendue d’autant plus ardue par le fait qu’elle la surplombait effectivement d’une bonne dizaine de centimètres. N’empêche… cette fille était aussi passionnée par son boulot que Tibulle en plein efforts. Autrement dit, sa barre d’énergie et de bonne volonté devait à peine frôler le… 0,5. Ca ne dérangeait pas Cara, qui s’était même mise à compter les soupirs de la vendeuse pour savoir combien elle était capable d’en faire en une minute.

Le vrai souci restait les Kidikois, résolument, irrémédiablement, cruellement absentes. Evidemment, ça ne pouvait tomber que sur elle. Une toute nouvelle… Cara esquissa un sourire poli quand la vendeuse avoua qu’elle était sa première cliente, puis se mit à la suivre docilement au travers de la boutique à la recherche de la réponse à tous leurs maux. Dans sa poche, Tibulle se démena encore un peu, et, agacé, elle l’en extirpa de force en lui lançant un regard noir. Le blll comprit immédiatement le message : et s’il allait voler un peu plus loin, histoire de voir s’il y était, hein ?

Tibulle lui tira allègrement la langue et s’en retourna errer dans la boutique comme une âme en peine. Pendant ce temps, la vendeuse… venait de dénicher les Kidikoi ! Cara se retint à grande peine de sautiller sur place et se racla la gorge pour garder une contenance. D’un geste fébrile, elle saisit celle qu’on lui tendait, et riva son regard envieux sur toutes les autres. Une question existentielle venait de s’imposer à elle : comment allait-elle faire pour tout embarquer sans que ça se remarque ? Pire : comment pouvait-elle seulement se permettre de ne PAS toutes les prendre ?

Toute à ses réflexions, Cara ne fit qu’à peine attention au fait que la jeune vendeuse venait de s’excuser et s’éclipsait en sortant… un talkie-walkie ? Tibulle, lui, n’avait pas perdu une miette de la scène. Et parce qu’il était curieux (oui, Cara était archi-contagieuse), il voleta discrètement, suivant la jeune fille sans un bruit. Sa petite taille lui permit de se faufiler dans l’arrière boutique juste avant que la porte ne se referme… à quelques millimètres de sa queue. S’il avait pu, Tibulle se serait essuyé le front du bout de sa nageoir avec un « ouf » de soulagement. Le blll se tapit derrière un carton à moitié déballé et ouvrit grand les oreilles. Enfin, ce qui lui servait d’oreilles, quoi. Et ce qu’il entendit le laissa fondamentalement perplexe. Prélever un échantillon ? Ouh là… Qu’y avait-il de louche, dans ces bonbons ? Cette fille voulait-elle voler une recette secrète ? Tibulle ne voyait pas l’intérêt, puisque ces machins colorés ne se mangeaient pas, mais…

Pendant ce temps, loin des réflexions intellectuelles de son Familier, Cara n’avait pas perdu de temps. Puisqu’elle ne pouvait décemment pas embarquer toutes les Kidikois dans cet état sans se faire remarquer, elle avait incanté un discret Camouflus (l’un des sorts qu’elle maîtrisait le mieux, il fallait donc bien le rentabiliser) qui l’avait rendue presque invisible. Petit à petit, avec une infinie précaution (ce qui relevait du miracle) elle avait… disons, « déplacé » les sucettes dans un endroit plus approprié à leur… épanouissement personnel, oui, tout à fait. Autrement dit : elles se perdaient maintenant dans les poches sans fond de sa tenue de Voleuse. Heureusement, d’ailleurs, qu’elles n’avaient pas de fond, à l’image de la gourmandise de la jeune fille.

Au moment où elle terminait de glisser la dernière sucette dans sa poche, la vendeuse revint… curieusement suivie par un Tibulle à l’air soupçonneux. Oui, parfaitement, un poisson pouvait tout à fait avoir l’air soupçonneux, même si on ne voyait pas bien la différence avec son état habituel. Il lui transmit rapidement les images de la scène à laquelle il avait assistée, et les quelques interrogations qui lui étaient venues. Cara fronça les sourcils, perplexe, mais n’eut pas le temps de réagir.

Elle se figea en voyant la vendeuse passer si près d’elle, et retint son souffle. Pourvu que le Camouflus soit efficace, pourvu que le Camouflus soit efficace, pourvu que le Camouflus soit efficace…

Ben pour être efficace, ça, il l’était. Non seulement la vendeuse ne remarqua pas sa présence, mais en plus, elle la fit violemment sursauter en se mettant à hurler sans prévenir. Surprise, Cara en oublia de maintenir le Camouflus, qui frémit et disparut, comme s’il prenait la fuite sous le hurlement de la vendeuse. Ce qui était peut-être le cas. Sans compter que son brusque sursaut lui avait fait perdre l’équilibre, et qu’elle se trouvait présentement affalé par terre avec une grâce digne d’un cachalot, quelques sucettes rebelles échappées de ses poches jonchant le sol autour d’elle.

Bra-vo. Une grande réussite. Bon, et maintenant ? Elle était, on ne pouvait le dire autrement… grillée.

Cara riva un regard furibond en direction de la jeune blonde et se mit à réfléchit à toute vitesse, quitte à ce qu’elle foudroie deux ou trois de ses neurones dans l’opération. Avant d’avoir vraiment bien comprit ce qu’elle allait dire, elle débita à toute vitesse, à tel point qu’on avait l’impression que les mots étaient collés les uns aux autres :


- Si-vous-me-dénoncez-je-vous-dénonce.Je-sais-ce-que-vous-faîtes.

Ce qui était archi-faux, puisqu’elle ne savait rien d’autre que les impressions floues rapportées par Tibulle. C’était toujours mieux que rien, grogna ce dernier. Mais bon, tout était dans le bluff. Et heureusement, elle était plutôt douée, à ce petit jeu-là. Cara défia son « adversaire », toujours assise par terre. Dans cette position, c’était à elle, de relever la tête… et ben c’était pas très agréable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Pearl E. Hawkins


avatar

Age du personnage : 18

Familier : /
Couleur de magie : /
Niveau de magie :
  • Inexistant
Niveau de combat :
  • Plutôt élevé


Métier : Pas besoin
Résidence : Maison au Lancovit
Dans le sac : Téléphone, iPod bleu, chouchous, bracelets, vêtements de rechange, et un poignard en cas d'urgence...


MessageSujet: Re: Bienvenue dans ma -fausse- boutique ou comment essayer d'arnaquer quelqu'un... (PV Cara)   Sam 5 Nov 2011 - 19:04

- Si-vous-me-dénoncez-je-vous-dénonce.Je-sais-ce-que-vous-faîtes.


Je sais que ça ne se fait pas, mais lorsque la fille me dit ça, je lui ris au nez. Bien que nous devions avoir une grosse différence d'âge - et de taille -, je lui dis en riant :

- Ecoute, peti... euh, grande. Cette menace, je m'en fous. En fait, tu vois, je vais te dénoncer direct.

Je me dirigea alors vers le bureau de la directrice, et, devant sa porte, je vacilla légèrement.
J'avais du mal à attraper de l'air, à respirer. Mes bouffées d'air se faisaient de plus en plus rare. Bientôt, ce fut une fois par minute que j'arriva à respirer.
Et puis, au bout d'un moment, plus rien. Plus d'air, et mon coeur battait de moins en moins vite, jusqu'à ce que je le sente s'arrêter.
Je tomba raide morte par terre.


[désolé, c'est court, et un peu embarrassant pour ton perso, mais je n'ai pas trop d'inspi avec Lay et je veux donc la faire mourir pour faire un perso du cirque]











One does not forget the face of the person who represented your last hope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cara Davis


avatar

Age du personnage : 16 ans

Familier : Tibulle le blll !
Couleur de magie : Rouge
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première sortcelière du Lancovit et Apprentie Voleuse Patentée
Résidence : Résidence à Travia et une chambre au Château Vivant
Dans le sac : Deux dagues dans leurs fourreaux, une uniclef, une boule de cristale et tout un tas de bricoles non-identifiées...

Affinités : Penelope DelaClairièreduBoisPerdu > meilleure amie d'enfance. Elles s'adorent, tout simplement !

Sai Niwa > Ami-Ennemi "Y m'énerve, y m'énerve, y m'éneeeeeeeeeeeeeeerve". N'empêche, Cara a beau dire, elle serait bien triste, sans leurs coups en traître mutuels !

MessageSujet: Re: Bienvenue dans ma -fausse- boutique ou comment essayer d'arnaquer quelqu'un... (PV Cara)   Dim 6 Nov 2011 - 22:57

[Ok, pas de soucis, je comprends ! Je clos ça ^^]

Cara avait l’habitude qu’on lui rit au nez… mais dans les circonstances présentes et au vu de sa position d’infériorité, la réaction de la vendeuse lui vrilla les nerfs et lui donna de subites envies de lui balancer les Kidikois à la figure. Non… surtout pas, ne pas gâcher une telle marchandise. La jeune fille resta bouche bée devant le peu d’effet qu’avait eu sa menace improvisée, puis jeta un regard noir à Tibulle. BRAVO ! Quand mossieur joue l’espion, ce n’est pas très concluant, apparemment. Elle qui croyait tenir un moyen de s’en sortir indemne…

Slurk, quel était le plan B, du coup ? Cara entrevit une échappatoire en voyant la vendeuse s’éloigner et disparaître dans l’arrière boutique, dans le but évident d’aller la dénoncer… Ce faisant, elle laissait la jeune Voleuse seule. Sans surveillance d’aucune sorte. Parfait. C’était une chance en or, et probablement la seule qu’elle aurait. D’un bond, elle se redressa, fit signe à Tibulle de prendre ses jambes à son cou (enfin… bref) et perdit deux à trois secondes pour ramasser une partie de son butin. Il fallait bien qu’elle ramène quelque chose à Penny. Et toutes ces émotions devaient bien servir à quelque chose.

Emboîtant le pas à son Familier, elle se rua hors de la boutique, qui salua son départ d’un tonitruant concert de trompettes qui failli l’achever sur place, détruisant toute la discrétion de l’opération. En quelques minutes de courses, elle s’était assez éloignée de la boutique pour se sentir en sécurité. Jamais elle ne saurait ce qu’il était advenu de la vendeuse qui l’avait… ben, vendue, quoi.

Inconsciente de ce qu’il venait de se produire, Cara se saisit d’une Kidikoi et l’entama avec enthousiasme, continuant gaiement sa visite du pays coloré de Smallcountry.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tara-duncan.actifforum.com/t2514-cara-davis http://tara-duncan.actifforum.com/t2458-cara-davis-ou-quand-on-est-juste-pas-douee-on-assume-et-on-se-tait
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienvenue dans ma -fausse- boutique ou comment essayer d'arnaquer quelqu'un... (PV Cara)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienvenue dans ma -fausse- boutique ou comment essayer d'arnaquer quelqu'un... (PV Cara)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: SmallcountrySmallcountry-
Sauter vers: