AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Chroniques d'AutreMonde :: Autremonde :: OmoisOmois :: Tingapour :: Le Palais de l'ImpératricePartagez
 

 I am in the shade, you're in the light[PV:Ken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jules P. Grimes


Jules P. Grimes

Age du personnage : 19 ans

Familier : None
Couleur de magie : Pourpre
Niveau de magie :
  • Moyen
Niveau de combat :
  • Moyen


Métier : Première Sorcelière d'Omois
Résidence : Un appart' à Tingapour
Dans le sac : Des pétards, du maquillage, du parfum importé de la Terre, il faut dire que ceux d'AUtreMonde sont tellement écoeurants. . . du vernis à ongles, des clopes, un briquet, des bouteilles de diverses substances, des bijoux, des carnets de croquis remplis de dessins colorés, des crayons de couleurs vives, un mp3 autremondiens dernier cri pourpre qui m'a couté mes économies, un casque turquoise, des lunettes d'aviateur, un casque de moto, une moto volante qui commence a se faire vielle, un portefeuille un peu à sec en ces temps dur, des clés qui ne servent à ouvrir que les portes de mon immaginaire, un harmonica, des partitions illisibles, des romans terriens, et un tas d'autre inombrables babioles.

Affinités : avatar (c) Ecstatic Ruby

MessageSujet: I am in the shade, you're in the light[PV:Ken]   I am in the shade, you're in the light[PV:Ken] Icon_minitimeLun 17 Oct 2011 - 19:16

I am in the shade, you're in the light

I am in the shade, you're in the light[PV:Ken] 2011-110 I am in the shade, you're in the light[PV:Ken] Sans_t11


Tchac.
Les couteaux entre mes doigt fuse, les un après les autre, pour venir se planter dans le bois avec un bruit mat.
Quelle intérêt? L'entrainement... A quoi bon? La vie n'est plus qu'un jeu, et il m'importe peu de perdre.
Peut-être préférais-je perdre que gagner ce la dit... Mettre fin a cet existence de merde, dans ce monde de merde.
C'est tellement tentant. J'avais frôler la mort, a quelque jour de cela, et ça ne me choquai pas plus que ça.
Quelle femme cruelle je suis... Ahem. C'est ironique. En fait, je m'en fout parce-que tout le monde s'en fout de ma vie ou de ma mort.
Donc je m'en fout aussi. C'est risible non? Après tout, ai-je apporté une seule fois un sentiment de bonheur a quelqu'un?
Tchac.
La réponse est non.
C'est étrange d'ailleurs. Qu'ai je fais cet dernière année? Rien, j'ai traqué, j'ai tué, j'ai été embarqué dans des aventure génial.
Rien.
Je n'ai pas avancer. Pas d'un fragment je n'ai changé. Pourtant, ce ne sont pas les occasion qui manque...
Mais je reste ancré avec mes principe inutile, mes regle que personne ne m'impose.
Et qui sont probablement les seule que je suit.

Mon dieu, qu'est ce que je suis cruelle avec moi même.
Je manque de me tuer, et je m'en fout.
Je vais vraiment finir par y passer. Bah, pas grave. Bon, allez Alwin, concentration. Si tu veux partir aux plus vite de cet endroit horrible, bruyant et surpeuplé, va falloir que tu te bouge. Formation de merde. Oui je sais je dis beaucoup ce mot pour parler de ma vie. Je l'assume. Deux jour que ça dure, cet misère. Je ne dis pas que c'est facile, loin de la. Nan, c'est juste... Barbant. Je n'aime pas cet endroit, tant de bonheur... m'écoeur. Nombreux sont les gens qui trouve cet endroit rejouissant. Je trouve aussi, ne vous en faites pas, même si j'ai perdu toute ma raison, loin de moi l'idée de devenir morose. Nan, c'est juste que... Comment dire... Vous savez quand vous mangez trop? Oui, des truc lourd, des gâteaux et tout... Ah oui, une indigestion. Une indigestion de joie, voila de quoi je suis atteinte.
C'est grave docteur?
Bah, après tout, ce n'est pas bien grave. Il y des claustrophobe, des xénophobe, des arachnophobe, bah moi je suis joyonophobe.
Bah ouais, c'est la vie hein. Je récupère mes poignard, planté dans le poteaux de bois qui me servait de cible. Le "professeur" vient d’énoncer une autre "activité". Ok, j’arrête de me plaindre, car cet nouvelle activité c'est en fait un... "combat". Merci mon dieu. J'ai grands besoin de me défouler sur quelqu’un.

"Attention! fait notre vampyr de professeur, la magie est interdite! Vous n'utiliserez qu'une dague et le but sera de la placer sous la gorge de votre adversaire, sans le blesser je vous pris!"

Bah oui, on est pas con non plus, hein. Je vais pas tuer mes camarade, question de morale. Je suis peut être folle, suicidaire et joyonophobe mais je suis pas cruelle. Quoique. L'idée d'en douter me surprise. ET MERDE!! Nan, je ne suis pas cruelle! Je rejette ma chevelure noir nuit en arrière et m'approche un peu plus. La plupart des étudiant me dépasse et ont l'air plus âgée que moi. Ca me fait bizarre de me retrouver parmi tout ses voleur qui me toise de toute leurs grandeur. Mais je me console en me disant que quand on est voleur, la petite taille est un atout. Le prof parcoure notre petite assemblée des yeux. AH, c'est moi la première. Bah, vus ma chance légendaire ça ne m'éttone pas vraiment. Mon adversaire lui est un jeune homme d a peu près mon age, a la tignasse noir et... très grands. Bon, j'avoue je fais pas la fière moi de mon 1m65, mais bon ça va hein. Je pénètre dans "l’arène". Inexpressive, je fais fasse a mon "adversaire". Et bien mon cher, dansons!




fragility
you broke me a thousand times ✻ you smashed me against the walls, you made me cry until exhaustion, and after all this, how can i still be so weak.


Cette fois, ce n'est pas au corps que je ressens une douleur.
Mais au cœur. Mes sanglot interrompe brusquement.
Il est.. si chauds. Ses bras qui m'entoure sont si rassurant.
Je veux y rester pour toujours. Son odeur m'enivre; sa chaleur me transporte... ailleurs.
Dans un endroit ou je n'est plus peur, ou je n'aurais pas commis de crime.
J'ai juré. j'ai trop juré. Je ne peut plus tenir mes promesse.
Sinon je vais m’effondrée.
Je me suis déjà effondrée deux fois aujourd'hui.
Et deux fois il était la.
Ça ne se passe pas un peu vite?
Bah je suppose que l'on appelle ça "L'amour au 1er regard"
Enfin, pas tellement au premier.

Souvent, Rayon de Soleil me dit qu'il faut que je partage le fardeau que je supporte sur mes épaule avec d'autre personne.
Ça me semblait bête. Ce que j'endure, je ne le dois qu'as moi même.
Mais, mon dieu, qu'est ce que ça fait mal. Je crois... que mon dos a céder.

Les larmes recommence a couler sur mes joues.
Je m'en fous qu'il me prenne pour une fille facile.
J'ai si mal!
Je le serre contre moi. Je partage ma peur avec lui.
Et j’eus encore plus peur. J’eus peur d'être séparé de lui.
J’enfouis mon visage dans sa poitrine.
Il est si chaud.
Pourquoi est-ce qu'il ne s'enfuit pas?
Pourquoi il n'a peur devant la psychopathe que je suis?
Je viens de tenter de mettre fin a mes jours devant ces yeux et...
Et il ne me rejette pas. Et ça me fait beaucoup de bien.
Comme ça, je voulus lui raconter toutes ma vie.
Tout.
Je le serrai contre moi. SI fort qu'il du en avoir mal a force.

"J'ai eu tellement peur! hoquetai-je, quand il m'ont abandonné! J'ai cru que j'allai mourir!"

Bon, il devait surement rien pigé a ce que je disais, mais bizarrement, je me sentit...
Beaucoup plus légère. Et comme ça, j'ai commencer a lui raconter ma vie.
Les bons et les mauvais moment. Tout.
Quand j'y repense, c'est risible! Il doit s'en foutre pas mal de ma vie de merde.
Je suis idiote.
Je crois...
Je crois que je tombe amoureuse...


fragility
you broke me a thousand times ✻ you smashed me against the walls, you made me cry until exhaustion, and after all this, how can i still be so weak.